Les commentaires du ministre du Commerce inquiètent la FCA

Ottawa (Ontario), 21 décembre 2006 – La Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) a de graves réserves au sujet des commentaires faits par le ministre du Commerce international, David Emerson, lors d’une entrevue accordée au Western Producer. Dans un article paru dans le numéro du 21 décembre du Western Producer, M. Emerson se demande si le Canada doit continuer de défendre la gestion de l’offre dans les négociations commerciales internationales.

« La FCA exhorte le premier ministre Stephen Harper à préciser la position de son gouvernement. Son gouvernement est il encore en faveur de la position équilibrée du Canada sur l’élargissement de l’accès aux marchés, l’élimination des subventions à l’exportation et le maintien du droit des agriculteurs de tous les pays d’opter pour la mise en marché ordonnée? », se demande le président de la FCA, Bob Friesen.

Dans ses commentaires, le ministre Emerson allègue que la position canadienne sur la gestion de l’offre limite les négociateurs canadiens et a empêché le Canada de conclure des accords commerciaux qui auraient élargi l’accès aux marchés des exportateurs canadiens. Ces allégations vont à l’encontre des affirmations faites par le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada à la suite de la dernière série de négociations de l’OMC. En effet, le ministre Strahl avait alors insisté sur le fait que la défense de la gestion de l’offre n’avait pas isolé le Canada dans les négociations commerciales et ne freinait pas le progrès des négociations sur l’élargissement de l’accès aux marchés.

Dans le débat actuel au sujet de l’avenir de la Commission canadienne du blé (CCB), les agriculteurs ont exprimé leur inquiétude à l’égard de l’approche qu’est en train d’adopter le gouvernement fédéral et des précédents que cela pourrait établir pour d’autres mécanismes de commercialisation dirigés par les agriculteurs. Commentant récemment le débat sur la CCB, le ministre Strahl et le ministre de la Justice, Vic Toews, ont souligné qu’ils continuaient à soutenir la gestion de l’offre.

« Nous avons un ministre fédéral de haut niveau dont les déclarations contredisent carrément des déclarations faites précédemment par d’autres ministres et remettent en cause ce qui demeure, selon des promesses répétées faites aux agriculteurs, la position du gouvernement du Canada, ajoute M. Friesen. Il me semble donc normal que les agriculteurs soient très inquiets en ce moment. »

Fondée en 1935 afin de donner une seule voix unifiée aux agriculteurs canadiens, la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) est le plus important organisme agricole au pays. On trouve, parmi ses membres, des organismes agricoles provinciaux et des groupements nationaux et interprovinciaux de producteurs spécialisés. Par l’entremise de ses membres, la Fédération représente plus de 200 000 agriculteurs canadiens et familles canadiennes d’agriculteurs, d’un océan à l’autre.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires