Les exportations américaines près d’un record pour 2021

Les exportations américaines près d’un record pour 2021

Le retour de la Chine comme destination des produits américains devrait propulser les exportations vers de nouveaux sommets, estime le gouvernement américain.

En trame de fond réside l’espoir de voir le coronavirus être sous contrôle l’an prochain. Ainsi, les exportations agricoles américaines devraient bondir à un niveau quasi-record de 152 G$ au cours de l’exercice qui a débuté le 1er octobre, a déclaré le département américain de l’Agriculture (USDA). Il s’agit d’une hausse de 12% par rapport aux 135,9 G$ enregistrés à la fin de l’exercice 2020.

La Chine devait importer un montant record de 27 G$ au cours de l’exercice 2021, en hausse de près de 10 G$ par rapport à l’année dernière. La Chine reprendrait donc son rang de premier marché étranger pour les produits agricoles américains. Le record des exportations agricoles vers la Chine est de 25,9 G$ en 2012.

La revue à la hausse de l’estimation de l’USDA pour les exportations agricoles américaines est inférieure de seulement 300 M$ par rapport au record établi au cours de l’exercice 2014. Les prévisions sont basées sur la hausse des prix du maïs et du soya et par la forte demande de la Chine.

Les perspectives d’un vaccin efficace contre le coronavirus “ajoutent également aux espoirs que la croissance du PIB pourrait revenir en force en 2021”, a déclaré l’USDA.

Les exportations américaines ont chuté en 2019 et 2020 en raison de la guerre commerciale, avant de reprendre cet été, à la suite de l’accord commercial «phase un» signé à la mi-janvier.

Les producteurs américains profiteraient  de la reconstruction du cheptel porcin qui s’est rétabli rapidement, tout comme les conditions difficiles de croissance pour les cultures dans la mer Noire et en Amérique du Sud, ainsi que du conflit commercial entre la Chine et l’Australie.

Les exportations de soya devraient atteindre un montant record de 26,3 G$ pour l’exercice en cours, soutenues par des prix plus élevés et un volume d’exportation record de 59,9 millions de tonnes. Les exportations de maïs devraient s’élever à 13,2 G$ en raison des prix plus élevés et une concurrence réduite des autres pays exportateurs.

Les exportations génèrent 20% des revenus des agriculteurs américains. La moitié du blé et du soya, 85% du coton, les deux tiers du riz et un quart du porc produits dans les fermes américaines sont exportés.

La Chine serait la bougie d’allumage économique au niveau mondial dans l’année à venir avec un taux de croissance de 8,2%, soit le double du taux de croissance mondiale projeté de 4%, a déclaré l’USDA. « Ce retour à une forte croissance dépend de nombreuses variables, y compris les conditions de santé publique, qui ont réduit la confiance des consommateurs et retardé la reprise des ventes au détail par rapport au reste de l’économie. La production industrielle a soutenu et continuera de soutenir la trajectoire économique de la Chine, mais son succès est également conditionnel à la reprise de ses partenaires commerciaux », ont déclaré les analystes de l’USDA lors de l’examen des perspectives économiques.

Malgré les prévisions de ventes records au cours de l’exercice 2021, la Chine ne devrait pas atteindre son objectif de «phase un» de 36,6 G$, fixé pour les importations de produits alimentaires, agricoles et de fruits de mer américains au cours du calendrier 2020. Selon les données douanières chinoises compilées par le Peterson Institute for International Economics, la Chine a importé 12,9 G$ de produits alimentaires et agricoles de janvier à septembre.

Les importations agricoles étaient estimées à 137 $ pour 2020, dont la moitié étaient des fruits, des légumes, des noix, du vin, de la bière, des huiles essentielles, des fleurs et d’autres produits horticoles. Le Mexique était la principale destination de ces denrées avec 29,5 G$, suivi du Canada avec 24,5 G$.


 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires