Les grains en recul

Les prix des grains ont connu un recul très important de leur valeur la semaine dernière (13 au 17 juin). Ce repli s’appuie sur plusieurs facteurs négatifs :

-Le retour du beau temps aux États unis a marqué la fin des incertitudes entourant les ensemencements et le début de saison difficile qu’ont connu les producteurs américains. Rappelons que les prix des grains ont grandement bénéficié des nombreuses avaries météorologiques aux États-Unis, mais également en Europe, au cours des semaines précédentes pour atteindre de nouveaux sommets.

-Gonflés par l’engouement des marchés à leur égard depuis la mi-mai, la parution du rapport mensuel du USDA et la confirmation de la fin des semis de maïs aux États-Unis, les prix des grains se sont retrouvés à bout de souffle par manque de nouvelles fraîches stimulantes.

-Sans égard au contexte fondamental toujours très préoccupant de l’offre et la demande de grains pour la prochaine année commerciale (2011-2012), un vent de panique a soufflé sur l’ensemble des marchés financiers au cours de la semaine dernière. Crise financière de la Grèce, difficultés économiques et financières aux États-Unis et inflation préoccupante en Chine ont toutes eu l’effet d’une douche froide sur le sentiment optimiste qui a caractérisé le comportement des investisseurs et spéculateurs depuis la mi-mai. Ceux-ci se sont retiré massivement du marché des grains et des autres marchés d’investissements jugés les plus à risque.

Plusieurs spécialistes avaient envisagé un tel revirement des prix des grains considérant leur hausse importante des dernières semaines. Certains ont profité de l’occasion pour rappeler que par principe, cette correction s’appuyait sur des fondations saines et essentielles à ce que les prix puissent par la suite à nouveau connaître une nouvelle relance de leur valeur.

Il reste maintenant à savoir jusqu’où cette correction forcera dans leur retranchement les prix des grains. Suivant leur baisse de la semaine dernière, tout indique que les prix seraient maintenant confrontés à des niveaux à partir desquels il leur sera difficile de se replier davantage.

Dans moins de deux semaines, le USDA doit présenter deux rapports très importants aux yeux des marchés : rapport officiel des superficies ensemencées aux États-Unis et rapport sur le niveau trimestriel des inventaires aux États-Unis. Les incertitudes entourant les superficies semées aux États-Unis et la précarité des inventaires américains de grains restent plus que jamais à l’ordre du jour.

Dans ce contexte et considérant la correction de la dernière semaine, tout indique que d’ici la fin du mois de juin, les marchés devraient reprendre leurs activités d’achat dans les grains, à moins que les incertitudes économiques et financières qui ont assailli les marchés financiers la semaine dernière ne s’aggravent et menacent davantage une reprise des prix des grains.

Prix du maïs
Au terme de la semaine du 13 au 17 juin, le prix du maïs aura connu un important revers. Après avoir atteint le vendredi 10 juin un sommet historique de près de 8 $US/boisseau (308,5 $CAN/TM) sur le contrat à terme de juillet 11, celui-ci a essuyé une baisse importante de près de 1$US/boisseau (38 $CAN/TM).

Prix du soya
Profitant des incertitudes qui entourent toujours la fin des ensemencements aux États-Unis, le prix du soya est parvenu à moins reculer que celui du maïs. Il aura quand même perdu au cours de la semaine dernière plus de 0,50 $US/boisseau (18 $CAN/TM) sur le contrat à terme de juillet 11.

Plus d’information sur www.grainwiz.com

Commentaires