Les producteurs de lait, de volaille et d’oeufs rejettent la proposition de l’OMC sur l’agriculture

Ottawa (Ontario), 8 décembre 2008 – Les producteurs de lait, de volaille et d’oeufs du Canada demandent au gouvernement de rester ferme dans son rejet des propositions sur les produits sensibles du projet de texte sur les modalités que Crawford Falconer, président du Comité des négociations sur l’agriculture à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), a publié en fin de semaine.

Gyslain Loyer, président des Producteurs d’oeufs d’incubation du Canada,a dit: « Nous sommes encouragés du fait que le gouvernement n’ait aucunementmodifié sa détermination à maintenir sa position au nom des secteurs canadiensdes produits laitiers, de la volaille et des oeufs. Nous faisons écho àl’opposition exprimée hier par le gouvernement face aux propositions de cetexte, qui ne tiennent pas compte d’un aspect non négociable de la positioncanadienne. »

« Le texte est toujours mauvais pour la gestion de l’offre au Canada », aajouté Jacques Laforge, président des Producteurs laitiers du Canada. « Bienque pour une première fois, les dispositions pour les « produits sensibles »font état de difficultés pour la gestion de l’offre, elles demeurent porteusesde désastre pour les secteurs canadiens du lait, de la volaille et des oeufs.Elles pourraient entraîner des pertes d’environ un milliard de dollarsseulement pour les producteurs de lait. »

Laurent Souligny, président des Producteurs d’oeufs du Canada, a pour sapart déclaré : « Le gouvernement s’est engagé à refuser tout compromis sur lessolides fondements de l’économie agricole canadienne, dont la gestion del’offre, qui fonctionnent bien et qui assurent de nombreux avantages auxCanadiens. Nous offrons notre collaboration au gouvernement pour veiller à ceque ces négociations n’aient pas de répercussions économiques négatives pournos agriculteurs. »

David Fuller, président des Producteurs de poulet du Canada, a aussioffert son commentaire au sujet des négociations de l’OMC. « Des dirigeantsmondiaux influents insistent pour obtenir un accord commercial à l’OMC, maisnous restons préoccupés par la portée de ces modalités à compromettre lastabilité et la prospérité de nos industries en gestion de l’offre, et lamenace pour les emplois connexes de 215 000 personnes. »

Mark Davies, président de l’Office canadien de commercialisation dudindon, a mis en lumière la nécessité pour le gouvernement de veiller à ce queles consommateurs canadiens continuent d’avoir facilement accès à des produitsalimentaires locaux de qualité. « Le marché canadien est fort précieux etimportant; plus de 70 % des revenus agricoles et agroalimentaires canadiensviennent de la vente d’aliments au sein même du Canada », a t il dit.

À l’approche d’une autre rencontre ministérielle possible, lesproducteurs de lait, de volaille et d’oeufs demandent au gouvernement deprendre toutes les mesures possibles à l’OMC pour préserver les trois piliersde la gestion de l’offre au Canada.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de lait du Québec
http://www.lait.org

Fédération des producteurs de volailles du Québec
http://www.volaillesduquebec.qc.ca/

Les Producteurs de poulet du Canada (PPC)
http://www.poulet.ca

Les Producteurs d’oeufs du Canada
http://www.lesoeufs.ca

Organisation mondiale du commerce (OMC)
http://www.wto.org/

Commentaires