Les États-Unis pourraient eux aussi connaître une épizootie de fièvre aphteuse

Washington (États-Unis), 17 avril 2001 – Le directeur de l’unique laboratoire américain de recherches sur la fièvre aphteuse a annoncé que les chances de voir se développer une épizootie de la maladie aux Etats-Unis étaient « relativement élevées », en raison des nombreux échanges de voyageurs entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

« C’est seulement grâce à la diligence des gens aux ports et aux différents point d’entrée (de notre territoire) que nous avons été capables de maintenir (la maladie) à nos portes. Et aussi grâce à la chance », a déclaré David Huxsoll, le directeur du laboratoire de Plum Island, qui dépend du département américain de l’Agriculture.

Pour se protéger de la fièvre aphteuse, Les Etats-Unis ont suspendu les importations de bétail en provenance de l’Union européenne et renforcé leurs contrôles dans les aéroports.

« Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer qu’elle ne rentrera pas dans ce pays », a déclaré mardi la secrétaire d’Etat américaine à l’Agriculture, Ann Veneman.

Plus de 16 millions de personnes en provenance de Grande-Bretagne arrivent chaque année aux Etats-Unis. Environ 2% d’entre elles transportent des denrées pouvant être contaminées, comme par exemple de la viande ou du fromage, selon une étude du département de l’Agriculture datant de 1999.

Le département américain de l’Agriculture a par ailleurs annoncé avoir demandé à plusieurs services de l’administration américaine, dont les départements de la Défense et de l’Intérieur, de l’aider à se préparer à une éventuelle épizootie de fièvre aphteuse.

« Nous avons les ressources nécessaires » pour maintenir l’épizootie hors des Etats-Unis, mais « nous allons continuer à survement de l’Agriculture », Kevin Herglotz.

Il a cependant observé qu’il n’y a « pas de risque plus élevé actuellement » d’infection du cheptel américain par cette maladie hautement contagieuse « qu’il n’y en avait il y a deux semaines ou un mois ».

Des représentants des différents services concernés ont participé la semaine dernière à une table ronde destinée à apprécier leur capacité à répondre au scénario le plus désastreux possible, selon lequel la fièvre aphteuse apparaîtrait dans l’Iowa et se propagerait rapidement dans le reste du pays.

Les Etats-Unis n’ont pas eu de cas confirmé de fièvre aphteuse depuis 1929.

Source : AP

Commentaires