Les verts attaquent les changements climatiques de front

Montréal (Québec), 23 février 2007 – En conférence de presse à l’Université McGill, le chef des verts, Scott McKay, a dévoilé un plan pour lutter contre le réchauffement climatique et respecter les engagements du Québec dans le cadre du protocole de Kyoto. Ce plan, intitulé « le plan vertdes Verts », prévoit une réduction des émissions de GES de 3% par année pouratteindre 30% en 2020.

Cet objectif sera atteint grâce à une série d’actions concertées qui vont du transport à l’agriculture. La différence entre l’implantation du plan desverts et l’inaction actuelle équivaut à 40 mégatonnes pour 2020 et 93 Mt degaz pour 2050.

Xavier Daxhelet, docteur en physique et candidat dansPointe-aux-Trembles, tenait aussi à rappeler la gravité du problème : « Ilexiste maintenant un consensus scientifique international qui reconnaît queles changements climatiques sont un des plus grands défis auquel l’humanitéfait face. Si le Québec ne prend pas ses responsabilités dans ce domaine, celapourrait avoir des conséquences dramatiques sur son climat et son économie. »

M. McKay tenait d’ailleurs à présenter un plan « économiquement viable » :« Les dépenses engendrées par ce plan sont largement compensées par la créationd’emploi dans des domaines d’avenir comme les technologies vertes et latransformation de la fiscalité pour favoriser l’économie durable. »

M. McKay lance donc un appel à la population pour que la situation change: « Le problème des changements climatiques est trop important pour s’en teniraux beaux discours. Des solutions économiques et technologiques existent. Nousdevons passer à l’action maintenant. » Il déplore d’ailleurs l’inaction despoliticiens dans ce dossier. Il a rappelé que les émissions du Québec avaientaugmentées tant sous les libéraux que sous le PQ. « Ceci est d’autant plusironique puisque André Boisclair et Jean Charest ont tous deux été ministresde l’Environnement dans le passé. La science est connue depuis longtemps,pourtant leurs gouvernements ne se sont pas attaqués sérieusement au problème.Je crois qu’ils devront expliquer à la population leur conversion récente à lacause environnementale », a déclaré M. McKay.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Parti Vert du Québec
http://www.partivert.org

Commentaires