L’Europe publie la liste des produits d’appellation contrôlée qu’elle veut protéger

Bruxelles (Belgique), 28 août 2003 – Après des semaines de laborieuses tractations, les pays de l’Union européenne se sont mis d’accord sur une liste de produits alimentaires qui doivent selon eux bénéficier d’une protection mondiale en matière d’appellation.

Les Quinze espèrent que leur trésor gastronomique sera protégé par les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Mais ils sont critiqués par un grand nombre de leurs partenaires commerciaux, qui voient dans cette manoeuvre une marque de protectionnisme restreignant l’accès aux marchés européens.

Le temps ne joue pas en faveur de l’UE, qui doit envoyer ses négociateurs à Cancun, au Mexique, pour le sommet de l’OMC qui débute le 10 septembre, où les principes de la libéralisation des échanges agricoles devraient être acceptés.

D’après la Commission exécutive de l’Union européenne, la liste finale ne contient pas que les produits de grande valeur, mais également ceux qui sont le plus piratés à l’étranger, comme le Chablis, le Champagne, le Cognac et le Gorgonzola.

« Ensemble, avec ses partenaires, l’UE va faire tout son possible pour une meilleure protection des produits régionaux de qualité, du Roquefort européen au thé Darjeeling indien, en passant par l’huile d’Argan marocaine », a expliqué Franz Fischler, commissaire européen aux affaires agricoles.

« Ce n’est pas une question de protectionnisme. C’est une question d’équité. Il n’est tout simplement pas acceptable que l’UE ne puisse pas vendre son authentique jambon de Parme au Canada parce que la marque ‘jambon de Parme’ est réservée à un jambon produit au Canada », a-t-il ajouté.

Piratage
Des semaines de réunions ont abouti à une impasse car les pays de l’UE n’ont pas toujours su s’accorder en interne sur les produits devant figurer sur la liste.

En juillet, par exemple, la Grèce a menacé de rejeter la liste dans son ensemble s’y n’y étaient pas inclus la Feta, les olives Kalamata et, si possible, sa liqueur anisée, l’Ouzo.

Athènes a remporté une victoire diplomatique puisque l’Ouzo et la Feta ont été ajoutés, mais pas les olives.

La France, elle aussi, a voulu gonfler cette liste en demandant que sept produits supplémentaires y soient inclus.

Une fois le Beaujolais et le Saint-Emilion intégrés, Paris a accepté de retirer le fromage Neufchâtel.

L’Espagne a réussi à faire figurer le safran de la Mancha et la Grande-Bretagne a cédé sur le fromage de Stilton.

Mais la plus grande surprise est la présence dans la liste du Liebfraumilch, un vin allemand doux, bon marché et méprisé par les connaisseurs.

L’idée de protéger de la sorte certains produits a profondément déplu à quelques partenaires de l’UE au sein de l’OMC, particulièrement aux États-Unis, qui voient dans l’insistance européenne à labelliser ses produits une restriction de l’accès à ses marchés.

Mais la Commission européenne n’est pas de cet avis, qui estime que les fleurons de sa gastronomie ont un besoin urgent de protection devant la menace du piratage qui s’effectue aux dépens des producteurs de l’UE.

Les opposants de Bruxelles ajoutent que de nombreux noms que l’Union européenne veut protéger sont d’ores et déjà des termes génériques dans l’esprit des consommateurs.

Les 41 appellations d’origine contrôlée (A.O.C.) qui sera soumise aux 146 pays membres de l’OMC
Vins :
FRANCE – Beaujolais, Bordeaux, Bourgogne, Chablis, Champagne, Graves, Médoc, Saint-Émilion, Sauternes.
ALLEMAGNE – Liebfrau(en)milch. Les appellations Rhin et Moselle peuvent être utilisées par les régions traditionnelles de production.
ITALIE – Chianti, Marsala
ESPAGNE – Rioja, Malaga

Spiritueux
FRANCE – Cognac
ITALIE – Grappa (di Barolo, del Piemonte, di Lombardia, del Trentino, del Friuli, del Veneto, dell’Alto Adige).
GRÈCE – Ouzo
PORTUGAL – Madeira, Porto
ESPAGNE – Jerez (Xerez)

Fromages
FRANCE – Comté, Reblochon, Roquefort
ITALIE – Asiago, Gorgonzola, Grana Padano, Fontina, Mozzarella di Bufala Campana, Pecorino Romano, Parmigiano Reggiano.
GRÈCE – Feta
PORTUGAL – Queijo Sao Jorge
ESPAGNE – Manchego

Charcuterie
ITALIE – Prosciutto di Parma, Prosciutto di San Daniele, Prosciutto Toscano, Mortadella Bologna.

Confiserie et condiment
ESPAGNE – Azafran de la Mancha (safran), Jijona y Turron de Alicante (confiserie à base d’amande).

La protection demandée pour ces appellations s’étendra aussi à leurs traductions dans d’autres langues, telles qu’en anglais Burgundy, Port et Sherry, en français Parmesan.

La liste pourra être étendue aux A.O.C. des dix pays qui adhéreront à l’Union européenne l’an prochain.

Source : Reuters

Commentaires