L’indice Scotia des produits agricoles fléchi en juillet

Toronto (Ontario), 28 août 2006 – L’Indice Scotia des prix des produits debase, qui mesure la tendance des prix de 32 des principales exportationscanadiennes, a rebondi en juillet, progressant de 3,4 % pour se retrouver àmoins de 1,2 % seulement du niveau sans précédent de mai 2006.

En juillet, l’indice des produits agricoles a fléchi grâce au léger recul des prix du boeuf et du porc qui a compensé une remontée des cours du blé, laquelle est liée à la sécheresse qui touche la région des Prairies aux Etats-Unis. Bien qu’ils aient fléchi le mois dernier, les prix du bétailcanadien continuent de se remettre de la découverte, en mai 2003, de cas demaladie de la vache folle et ils affichent un gain de 7,7 % depuis le début del’année. L’indice global se situe actuellement à 17,3 % au-dessus de sonniveau de l’an dernier.L’indice desmétaux et des minéraux a effectué une remontée rapide et se situe à moins de1,6 % de son sommet du mois de mai, car les fonds de placement ont renouveléleurs positions dans les principaux métaux de base, encouragés en cela parl’accélération de la croissance du PIB de la Chine (progression de 11,3 % surdouze mois au deuxième trimestre 2006) et par la faiblesse des stocks enposition commerciale. La crainte d’éventuelles perturbations dansl’approvisionnement, en relation notamment avec les négociations collectivesardues à Escondida, au Chili (la plus importante mine de cuivre au monde, engrève depuis le début du mois d’août), a également poussé à la hausse les prixdu cuivre.

Les prix du nickel à la Bourse des métaux de Londres (LME) ont monté enflèche et établi un nouveau record de 15,76 $ US la livre le 24 août, ce quidépasse largement le sommet conjoncturel précédent de 10,84 $ US en 1988, enraison de la forte demande mondiale en nickel des secteurs de l’acierinoxydable et des superalliages, des difficultés de production en Australie eten Indonésie ainsi que des stocks « visibles » dangereusement bas à la LME(lesquels équivalent à la consommation mondiale pour moins d’unedemi-journée).

« Les prix du nickel demeureront inhabituellement élevés pendant lamajeure partie de 2007 et ils devraient, en moyenne, se situer à 9,75 $ US lalivre en 2006 et à 7,50 $ US en 2007. Les prix de l’uranium au comptantpoursuivent également leur ascension et devraient s’établir au-delà de 50 $ USla livre au cours du second semestre 2006 », a indiqué Patricia Mohr,vice-présidente d’Etudes économiques Scotia et spécialiste du marché desproduits de base.

En juillet, l’indice du pétrole et du gaz a également connu une flambéequi l’a fait se rapprocher de son sommet de mai, lorsque les prix du brutléger à Edmonton ont atteint le niveau record de 75,66 $ CA le baril. Ledéclenchement des hostilités au Proche-Orient a fait craindre une réduction del’approvisionnement en provenance de l’Iran. Bien que les prix du pétrole àl’échelle internationale se soient repliés en août devant l’annonce d’unfragile cessez-le-feu, un risque géopolitique continue de planer surl’approvisionnement. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a fixé au 31août l’échéance de l’ultimatum lancé à l’Iran pour qu’elle cesse d’enrichir del’uranium, faute de quoi elle s’expose à des sanctions.

Au cours des dernières années, le caractère serré de l’offre mondialepour les appareils de forage et les ouvriers de champs de pétrole a constituél’un des facteurs limitant le nombre de projets de mise en valeur, et ce, mêmesi les prix ont frôlé des niveaux record. Les activités de forage en mer ontété limitées par des problèmes de capacité en Afrique occidentale, en Inde etdans le golfe Persique (particulièrement en Arabie saoudite et au Qatar) cetteannée. « Bien que la hausse vertigineuse des profits aient récemment incité lespropriétaires d’appareils de forage à devancer leurs commandes de nouvellesmachines, l’expansion du nombre d’engins de forage demeurera tout à faitmodeste en 2007 (spécialement dans le cas des plateformes semisubmersibles quisont utilisées en eaux profondes) », a commenté Mme Mohr.

La vigueur du secteur des métaux et de l’énergie en juillet a plus quecompensé un nouveau repli de l’indice des produits forestiers, car la chutedes prix des matériaux de construction n’a fait qu’annuler d’importants gainsdans la pâte et le papier. « Aux Etats-Unis, le nombre de mises en chantier adiminué depuis le sommet conjoncturel de 2,123 millions d’unités sur une baseannualisée au premier trimestre 2006, mais il demeure relativement élevé avec1,795 million de mises en chantier en juillet. Cependant, la correction desprix du bois d’oeuvre et, dans une moindre mesure, des panneaux à copeauxorientés, a été plus rapide que prévu, ce qui s’explique en partie par le faitque l’industrie s’était préparée à servir un marché de la construction de deuxmillions de mises en chantier aux Etats-Unis », a précisé Mme Mohr.

Etudes économiques Scotia propose à sa clientèle une analyse approfondiedes facteurs qui façonnent l’avenir du Canada et de l’économie mondiale,notamment l’évolution macroéconomique, les tendances des marchés de change etdes capitaux, le rendement des produits de base et de l’industrie, ainsi queles enjeux relatifs aux politiques monétaires, fiscales et gouvernementales.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Banque Scotia
http://www.scotiabank.ca./ScotiabankFr/index.html

Commentaires