L’industrie canadienne de la viande est l’une des plus sécuritaires au monde

Ottawa (Ontario), 25 août 2008 – Les consommateurs canadiens doivent être assurés que le système d’approvisionnement en viande du Canada est reconnu comme l’un des plus sécuritaires au monde.

Collectivement, notre industrie de la transformation collabore avecl’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), afin d’instaurer lesmesures et les mécanismes d’assurance de la salubrité de la vianderigoureusement scientifiques, innovateurs et reconnus mondialement, dontjouissent nos clients et consommateurs, tant au Canada qu’à l’étranger.

Plus important encore, en tant qu’établissement sous contrôle fédéral, laLoi sur l’inspection de la viande du Canada et ses règlements d’application etle Manuel des méthodes de l’ACIA, un document hautement prescriptif etexhaustif, régissent vigoureusement toutes nos activités. Nous sommeségalement soumis à des inspections régulières et à des audits aléatoiresqu’effectuent des vétérinaires et des inspecteurs de viande hautementqualifiés et professionnels. Toutes ces mesures sont prises afin de veiller àce que les produits de viandes canadiens demeurent parmi les meilleurs aumonde en termes de salubrité et qualité.

Les transformateurs de viande du Canada adhèrent tous aux bonnespratiques de fabrication (BPF) courantes, aux procédures normaliséesd’exploitation pour l’hygiène (PNEH) et aux processus de contrôle HACCP. Noussommes tous assujettis au système de vérification de la conformité de l’ACIAet des efforts sont constamment en oeuvre pour contrôler, détecter et éliminertous les organismes qui sont sources de dégradation des aliments et lespathogènes d’origine alimentaire, notamment la Listeria monocytogenes, l’Ecoli 0157:H7, la campylobactère et la salmonella, et pour améliorercontinuellement la salubrité de la viande au Canada.

Jusqu’à maintenant, des centaines de millions de dollars ont été investispour des tests de laboratoire, la désinfection des usines, l’achatd’équipement, les moyens de transport, les emballages. Un accent particulierest mis également sur la technologie de pointe et la recherche etdéveloppement. Pour appuyer ces engagements, les usines de transformation dela viande ont recours à des experts et professionnels hautement qualifiés ensciences des aliments et en microbiologie pour gérer leurs programmes desalubrité alimentaire. De nombreuses entreprises comptent des titulaires dedoctorats et des vétérinaires parmi leurs effectifs.

Dans l’ensemble, le Canada exploite un régime d’assurance de la salubritédes aliments de renommée internationale fondé sur l’analyse scientifique durisque au sein de l’industrie de la viande. Les transformateurs de viande, lesgouvernements et les consommateurs jouent tous un rôle prépondérant pouraméliorer et maintenir constamment la qualité et la salubrité del’approvisionnement alimentaire.

Malgré les moyens de protection extraordinaire et les améliorationstechnologiques dans le domaine de la transformation, la contaminationpost-transformation – même dans les résidences des consommateurs – demeure unrisque potentiel. La possibilité de prolifération de diverses bactéries exigele recours à des procédures de manipulation des aliments et de désinfectionappropriées, lesquelles sont essentielles à tous les paliers de la chaînealimentaire pour protéger les consommateurs à risque.

Comment les consommateurs peuvent-ils réduire leurs risques ?
Eviter d’exposer les aliments à des zones de températures dangereuses(entre 4 degrees C et 60 degrees C ou 40 degrees F et 140 degrees F). Garderle réfrigérateur à 4 degrees C (40 degrees F) ou moins et mettre les alimentsau froid sans tarder. Cuire ou bouillir complètement des aliments comme leshot dogs et la volaille, jusqu’à ce qu’ils atteignent une température trèsélevée. Utiliser un thermomètre à viande et faire cuire les hamburgers à unetempérature d’au moins 71 degrees C.

Laver les mains avant, durant et après avoir manipulé des aliments, enparticulier de la viande et de la volaille crue.

Nettoyer tous les ustensiles, les planches à découper et les surfaces detravail avec une solution à faible teneur en eau de javel (5 ml/1 c. à thé dejavel dans 750 ml/3 tasses d’eau), avant et après l’utilisation. Ne pasutiliser les mêmes ustensiles pour les aliments crus et les aliments cuits.

Respecter les « dates d’expiration » indiqués sur les aliments emballés, enparticulier celles qui ont une longue période de conservation et utiliserimmédiatement après l’ouverture de l’emballage.

L’industrie canadienne de la viande est la plus importante industrie dusecteur de la transformation alimentaire au Canada avec quelques 67 000employés et des ventes annuelles brutes de porc, de boeuf, de veau, d’agneauet de volaille de plus de 20,5 milliards $. L’année dernière, le Canada aexporté plus de 1,3 milliard $ de boeuf et plus de 2,4 milliards $ de porc àplus de 150 pays à travers le monde.

Le Conseil des Viandes du Canada et ses membres se dévouent à assurer lasécurité des consommateurs et continueront à travailler directement avecl’ACIA, les agences de santé correspondantes et le gouvernement du Canada,afin de demeurer vigilants et proactifs. Ceci permet de garantir aux Canadienset à nos importants marchés internationaux, le niveau le plus élevé desécurité et de qualité des aliments en tout temps.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Conseil des Viandes du Canada (CMC)
http://www.cmc-cvc.com/

Commentaires