L’industrie de la restauration livre des boîtes de pizzas en guise de protestation contre la hausse des prix du lait

Ottawa (Ontario), 9 décembre 2004 – Les restaurateurs qui sont tannés de servir de vache à lait devant la hausse des prix du lait ont fait une livraison spéciale aux preneurs de décision d’Ottawa : des douzaines de boites de pizzas remplis de 3 600 cartes postales de protestation.

L’Association canadienne des restaurateurs et des services alimentaires(CRFA) effectue la livraison des ces boîtes de pizza à la Commissioncanadienne du lait (CCL) accompagnée d’une demande pour un gel des prix dulait qui sont parmi les plus élevés au monde selon des études internationales.Les mêmes cartons de protestation ont également été envoyés au ministre del’Agriculture.

La CCL annoncera le prix du lait industriel le 15 décembre prochain et lenouveau prix entrera en vigueur le 1er février 2005. Le lait industriel estutilisé dans la fabrication de produits tels le beurre, le yogourt, la crèmeglacée et ce qui est le plus important pour la restauration, le fromage.

La CCL indique qu’une hausse substantielle de prix des produits laitiersest nécessaire afin de contrer les effets des pertes subies dans le dossier dela vache folle. Mais la compensation pour la vache folle ne fait pas partie dumandat de la CCL. Le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux ontdéjà en marche un processus visant à déterminer le niveau de compensationadéquat pour les éleveurs de boeuf et les producteur laitiers.

« Si la CCL reproduits ces efforts, cela signifiera que les payeurs detaxes canadiens passeront deux fois à la caisse, dit Stéphanie Jones, vice-présidente, Approvisionnement pour la CRFA. Les fermiers ont droit à unecompensation pour les pertes subies à cause de la vache folle, maiscertainement pas sur la base d’une hausse des prix permanente. »

La CRFA interpelle également le Ministre de l’Agriculture afin de rendrela CCL plus redevable envers les payeurs de taxes canadiens. Dans les dixdernières années, les prix du lait canadien ont augmenté de 38 %, alors queles coûts de production ont diminué de 5 %, selon les chiffres de la CCL.

« Sous le régime de la gestion de l’offre au Canada, les prix du laitdevraient augmenter ou diminuer selon les coûts de production. Cela ne s’estjamais produit. La CCL continue d’agir seule sans rendre de compte à qui quece soit et de hausser artificiellement les prix du lait, selon StéphanieJones. Ceci est loin d’être une recette pour un succès à long terme. Peuimporte l’industrie où vous évoluez, cela n’a aucun sens de diminuer lademande pour vos produits et ce, en prenant vos meilleurs clients pour desvaches à lait ! Nous voulons travailler avec l’industrie laitière afin dehausser la demande pour les produits laitiers. Mais cela est impossible dansle contexte actuel d’établissement des prix, » de terminer S. Jones.

Des études de la Fédération internationale du lait, de l’Organisationpour la coopération et le développement économique et le ministère del’Agriculture indiquent clairement que les prix du lait au Canada sont très au-dessus des prix mondiaux. « Le rapport de l’OCDE montre que lesconsommateurs subventionnent l’industrie laitière de 2 milliards par an -l’équivalent d’une taxe de 178 $ pour le ménage canadien moyen, » selon S.Jones.

La CRFA est une des plus importantes associations au Canada avec 17 500membres qui représente des bars, traiteurs, hôtels et autres établissements deservices alimentaires. Il s’agit d’une industrie générant des revenus annuelsde 46 milliards $ et qui emploie plus de 1 million de personnes.

Fais sur le prix du lait

  • En 2004, l’industrie des services alimentaires s’est procuré pour 2 milliards de dollars de produits laitiers.
  • Entre 1994 et 2004, la hausse des prix du lait ont coûté à l’industrie 653 millions $.
  • Une hausse de 10 % des prix du lait coûtera à l’industrie de la restauration 216 millions $ chaque année.
  • Le restaurant moyen travaille avec une marge bénéficiaire de 4,6 % ce qui équivaut à 9,4 cents sur un verre de lait de 2,00 $.
  • Les prix du lait ont augmenté de 38,2 % depuis 1994 alors que les coûts de production ont diminué de 5,1 %.
  • Afin de protéger les prix élevés du lait au Canada, des tarifs de près de 300 % bloque l’entrée des produits laitiers des Etats-Unis au Canada.
  • Les restaurateurs canadiens doivent payer 30 % de plus pour le fromage domestique que leurs plus proches compétiteurs, les fabricants de pizza congelées

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Association canadienne des restaurateurs et des services alimentaires (CRFA)
http://www.crfa.ca/

Commission canadienne du lait (CCL)
http://www.cdc.ca

Commentaires