L’Opération portes ouvertes de l’UPA : réaction de l’Union paysanne

Saint-Germain-de-Kamouraska (Québec), 5 septembre 2003 – Avec son opération de charme du 7 septembre, l’UPA veut refaire le pont entre la population et le monde agricole. Au menu, des visites de fermes biologiques, d’élevage de bisons, de fermes laitières familiales, des agneaux, du miel, des produits maraîchers, etc. Quelques fermes porcines apparaissent mais l’accès aux animaux sera fortement limité, risque de contamination oblige!

Encore une fois, alors que la population ne s’est jamais opposée aux fermes familiales, de petite taille, diversifiées, mais s’insurge devant l’arrivée de vastes complexes industriels, on veut redorer le blason avec des visites de fermes, en évitant soigneusement les sites à la source de la grogne publique. Même en plein coeur de la Beauce, où l’industrie porcine a pris le contrôle de la région, la tournée montrera du miel, du sirop, du bison, du lait, du mouton, du cerf rouge, des bovins Highland, des poules. Les seuls porcs seront sur une ferme diversifiée. Bien sûr que la population sera contente de voir ces fermes. Ce sont précisément celles qu’il faut soutenir, encourager et développer.

Il y a quelques années, on a envoyé sur l’autoroute 20 les éleveurs de porcs en difficulté financière. Les intégrateurs et les représentants de l’industrie de la transformation brillaient par leur absence. On a envoyé au front les éleveurs en bas de la pyramide pour sauver la mise de l’industrie.

Le torchon ne brûle pas entre la ville et la campagne, il brûle parce qu’on ne fait pas de nuance entre l’agriculture et l’industrie agricole. Si l’UPA ne fait pas cette distinction, le citoyen ordinaire la fait, lui.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Union Paysanne
http://www.unionpaysanne.com/

Commentaires