L’Ordre des agronomes du Québec entretient la confusion selon l’Ordre des technologues

Montréal (Québec), 28 janvier 2008 – L’Ordre des technologues professionnels du Québec (OTPQ) lance un ultime appel à la raison et demande aux dirigeants de l’Ordre des agronomes du Québec (OAQ) de s’asseoir et négocier la nécessaire modernisation des rapports entre les différents intervenants professionnels du domaine de l’agriculture et de l’agroalimentaire.

La campagne de confusion de l’OAQ auprès des employeurs du secteur quis’intensifie est totalement inadmissible dans un contexte de pénurie demain-d’oeuvre :

– Les technologues professionnels membre de l’Ordre ne sont ni des techniciens ni des technologistes au sens de l’article 28 de la Loi sur les agronomes;

– La Politique générale concernant la surveillance des actes dits agronomiques de l’OAQ n’est ni une loi ni un règlement; l’OAQ ne peut forcer un employeur à s’y soumettre.

Depuis l’an dernier, l’Ordre des agronomes a entrepris une campagnevisant à imposer la Politique générale de surveillance. Avis juridique enmain, l’OTPQ a toujours prétendu et continue à prétendre que cette politiqueest contraire aux principes du système professionnel. La Politique n’est niune loi ni un règlement et n’a donc aucun pouvoir contraignant à l’égard detous les intervenants du secteur agroalimentaire, incluant les technologuesprofessionnels qui sont déjà encadrés par notre Ordre. Un ordre professionnelne peut encadrer les membres d’un autre ordre; une telle ingérence, en plusd’alourdir la charge de travail et de nuire à la productivité de toute uneindustrie, contrevient aux règles de l’ensemble du système professionnelquébécois. Il est à souhaiter que l’Office des professions du Québec débloquel’impasse qui s’annonce en 2008 et mette le plus tôt possible sur pied uncomité technique comme ceux en architecture et en ingénierie.

Le gouvernement est intervenu dans le secteur de la santé, de la santémentale et de la comptabilité en y introduisant une organisation moderne dutravail; il doit maintenant s’attaquer au domaine de l’ingénierie et del’agroalimentaire.

L’industrie ne peut ignorer encore bien longtemps une main-d’oeuvre quipossède une expertise technologique et scientifique reconnue, surtout dans lecadre d’une pénurie de main-d’oeuvre appréhendée où les sociétés modernes selivrent une concurrence féroce.

Les technologues professionnels portent un titre réservé comme le fontles urbanistes, les psychologues, les évaluateurs agréés ou les comptables enmanagement accrédités. On peut les reconnaître grâce aux initiales « T.P. » ou« T.Sc.A. » qu’ils accolent à leur nom. Les membres de l’OTPQ sont desprofessionnels de l’application des sciences. Ils ont une connaissance pousséedes mathématiques et des sciences, acquise par un programme d’enseignementsupérieur de trois ans reconnu par un diplôme d’études collégiales (DEC). Lestechnologues professionnels exercent leur profession dans des secteurstechnologiques comme l’agroalimentaire, l’aménagement du territoire, lebâtiment, la foresterie, le génie électrique et l’informatique.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ordre des agronomes du Québec
http://www.oaq.qc.ca/

Ordre des technologues professionnels du Québec (OTPQ)
http://www.otpq.qc.ca/

Commentaires