L’UMQ plaide pour la complémentarité rurale urbaine

Québec (Québec), 13 octobre 2009 – L’Union des municipalités du Québec (UMQ) participe aux travaux de la Conférence internationale sur le développement rural de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) débutant à Québec. L’événement qui réunit la communauté internationale sera l’occasion d’aborder les différents enjeux et défis d’un développement rural durable et des pratiques publiques. Le président de l’UMQ et maire de Maniwaki, M. Robert Coulombe, a saisi avec enthousiasme l’opportunité de montrer aux pays membres de l’OCDE l’implication de l’Union et des municipalités québécoises dans le développement rural. Il a partagé sa vision et réaffirmé l’importance de la complémentarité rurale urbaine pour une occupation dynamique des territoires.

L’UMQ fait partie du Comité des partenaires de la ruralité et à ce titre elle a contribué au renouvellement de la Politique nationale de la ruralité (PNR) de 2001. Sa contribution a permis au gouvernement de prendre en compte les nouvelles réalités des régions rurales, tout en répondant le plus efficacement possible aux enjeux du monde municipal rural québécois. « L’occupation et l’habitation dynamiques du territoire signifient pour moi, d’abord et avant tout, de permettre aux gens de rester dans leur milieu de vie et d’y développer leur plein potentiel. Notre réflexion comme union municipale s’est réalisée autour des grandes tendances : l’urbanisation, la mondialisation, la complémentarité rurale urbaine et l’occupation du territoire. Il fallait innover par rapport à ces réalités, ce qui a été fait dans la nouvelle politique nationale de la ruralité 2007-2014 et l’UMQ est fière d’y avoir apporté sa contribution », a déclaré le président de l’UMQ.

L’UMQ a rappelé que ses membres confirment que le Pacte rural de la première Politique nationale de la ruralité a favorisé l’émergence de projets structurants pour une occupation dynamique du territoire de leur MRC. Elle a aussi salué les mesures innovantes de la seconde politique qui sont flexibles et simples. Ces mesures ont permis des réalisations qui collent autant à la réalité des milieux et de leurs objectifs de développement, qu’aux grandes tendances qui touchent le monde rural, notamment la prise en compte du territoire rural et de sa complémentarité avec le territoire urbain. À ce titre, le président a rappelé les résultats de l’étude du Conference Board du Canada sur la place des communautés rurales dans l’économie québécoise, réalisée à la demande du Groupe de travail sur la complémentarité rurale urbaine et rendue publique le 29 mai dernier.

« Cette étude démontre que les communautés rurales jouent un rôle significatif dans l’économie québécoise et qu’il existe une grande complémentarité entre l’activité économique en milieu rural et celle qui prend place en milieu urbain. Nous avons tous été surpris par les résultats. La contribution des communautés rurales, en incluant les effets indirects, représente 30% du produit intérieur brut (PIB) global. Les résultats démontrent aussi que le monde rural, qui compte 848 600 emplois, concourt à en soutenir 369 300 autres dans les centres urbains au Québec. Cette étude remet les pendules à l’heure, comme le dit si bien mon confrère Jean Perras, président du Caucus des municipalités locales de l’UMQ et maire de Chelsea, qui m’accompagne à cette Conférence internationale », a ajouté M. Coulombe.

Aussi, dans le cadre de l’élaboration de la future Politique agricole et agroalimentaire québécoise, l’UMQ demande l’intégration d’un volet territorial axé sur l’appui du développement régional à l’occupation et à l’habitation dynamiques du territoire. Un autre chantier sur lequel l’UMQ travaille parce que le milieu municipal est un partenaire de premier plan. L’UMQ croit que l’agriculture a un bel avenir au Québec si elle se pratique au sein de collectivités viables.

À propos de l’UMQ
Depuis sa fondation en 1919, l’UMQ représente les municipalités de toutes tailles dans toutes les régions du Québec. Elle a pour mission de promouvoir le rôle fondamental des municipalités dans le progrès social et économique de l’ensemble du territoire québécois et de soutenir ses membres dans la construction de milieux de vie démocratiques, innovants et compétitifs. Sa structure, qui regroupe ses membres en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole, est l’expression de toute la diversité et de la solidarité municipale québécoise. Ses membres comptent près de cinq millions de citoyennes et de citoyens.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)
http://www.oecd.org/

Union des municipalités du Québec (UMQ)
http://www.umq.qc.ca/

Commentaires