Mesures d’urgence pour garantir l’approvisionnement de semences de soja certifiées en 2002

Ottawa (Ontario), 9 octobre 2001 – Devant l’insuffisance des rendements et la faible qualité des cultures de semences généalogiques (pedigree) de soja de cette année, l’Association canadienne des producteurs de semences (ACPS) a autorisé la production, sous étroite surveillance, d’une quantité limitée de semences certifiées de soja à partir des récoltes de semences certifiées de 2001.

D’ordinaire, la semence certifiée provient de champs ensemencés avec de la semence enregistrée, laquelle se situe une génération plus haut dans l’échelle des différents niveaux de pureté, la semence de départ étant la semence du sélectionneur.

« Une telle mesure nous aidera à combler les besoins des producteurs de soja qui utilisent la semence certifiée pour sa plus grande rentabilité », a affirmé M. Art Bolton, producteur de semences de Dublin, en Ontario, et président de l’ACPS, l’organisme responsable de la semence enregistrée pour toutes les grandes cultures au Canada. « Nous avons pris des mesures de contrôle supplémentaires pour nous assurer que la semence certifiée de deuxième génération respectera les normes rigoureuses de pureté, de qualité et de rendement que les utilisateurs de semence certifiée recherchent. »

Les champs récoltés dans le cadre de cette initiative d’urgence devront respecter les normes de l’ACPS en matière de pureté variétale et mécanique, d’isolement et de rotation des cultures. Les procédures standard d’inspection des récoltes de semence certifiée seront appliquées par des inspecteurs de l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

Comme garantie supplémentaire de qualité, le sélectionneur reconnu pour chaque variété devra vérifier que la récolte respecte les normes de pureté variétale applicables à la semence certifiée.

L’ACPS a acquiescé à la demande de mise en œuvre d’un programme de semence certifiée de deuxième génération après avoir été informée que les approvisionnements de semences certifiées seraient insuffisants pour les ensemencements de 2002.

« Le problème est particulièrement critique dans le cas du soja », affirme Dave Scott, président du Comité du maïs, du soja et des céréales de l’Est de l’Association canadienne du commerce des semences. « Outre l’assurance d’une semence vigoureuse et de rendements élevés et uniformes, les producteurs de soja utilisent la semence certifiée pour se qualifier sur de nombreux marchés de catégorie alimentaire. »

La Commission ontarienne de commercialisation du soja et le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario ont confirmé que la sécheresse et les ravageurs avaient fortement affecté les champs de soja dans la plupart des régions, réduisant souvent les rendements de 50 % ou plus.

M. Bolton affirme que, sans la semence produite dans le cadre du programme de semence certifiée de deuxième génération, de nombreux producteurs seraient obligés d’utiliser de la semence non certifiée qui a été soumise à de difficiles conditions de croissance et qui pourrait ne pas donner un rendement satisfaisant.

« Notre objectif est de réagir de façon proactive à cette situation d’urgence, en nous appuyant sur une évaluation exhaustive de la récolte de soja de semence et en appliquant des mesures équitables pour les producteurs de soja et pour l’ensemble des entreprises semencières », a déclaré M. Bolton. « Nous croyons fortement à la valeur du système de contrôle des semences et à sa capacité de fournir aux producteurs la semence la meilleure qui soit. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Association canadienne des producteurs de semences

http://www.seedgrowers.ca/

Commentaires