Mise au point de Canards du Lac Brome relativement au dossier de la grippe aviaire

Lac Brome (Québec), 2 mars 2006 – A la suite de récents reportages sur la grippe aviaire, le président-directeur général de Canards du Lac Brome, M. Claude Trottier, tient à faire la mise au point suivante :

1. Canards du Lac Brome n’est d’aucune façon concernée par la toute récente mesure préventive de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIP) qui a consisté à placer en quarantaine des fermes québécoises ayant reçu des canards et des oeufs de couvée en provenance de la France, et à tester ces derniers.

2. Malgré ce fait, nous nous réjouissons que les récents tests effectués par l’ACIP dans ces fermes québécoises se soient tous avérés négatifs.

3. Notre ferme d’élevage, la plus ancienne du Canada, est un complexe intégré (couvoir, élevage, production) doté des procédures de contrôle et de vérification les plus sûres qui soient. Par voie de conséquence, tous les produits de Canards du Lac Brome, sans exception, sont sans danger pour la santé des personnes qui les consomment.

4. Nous suivons néanmoins de très près les développements dans le dossier de la grippe aviaire et nous prenons toutes les mesures requises pour que nos installations demeurent totalement sécuritaires, en particulier sur les plans de la biosécurité et l’innocuité, de sorte que nos canards sont protégés contre le virus de la grippe aviaire.

5. Les membres de la direction et du personnel de Canards du Lac Brome prennent tous les moyens requis pour continuer à garantir les approvisionnements des clients en produits de la plus haute qualité et totalement exempts de quelque risque que ce soit pour la santé des personnes qui les consomment. Cet engagement concerne tous nos clients, incluant ceux du Japon qui ont manifesté leur intention d’augmenter immédiatement leurs commandes auprès de Canards du Lac Brome, depuis la récente apparition du virus, en France.

Le président-directeur général de Canards du Lac Brome profite del’occasion pour inviter l’ensemble des consommateurs québécois à biens’informer. « Dans un dossier comme celui de la grippe aviaire, l’amplificationet la mésinterprétation des faits et des données sont sources dedésinformation et d’inquiétude, voire de panique. Il faut éviter de tirer desconclusions hâtives. »

Commentaires