Mordu par deux serpents à sonnette

C’était le 10 septembre dernier, vers 13 h 30. Kevin Cotton croyait être seul dans un champ de soya près de Shellman, en Géorgie.

Tout d’un coup, il a senti une morsure près du talon d’Achille. Il savait qu’il venait d’être mordu par un serpent à sonnette et que la morsure était grave. Il recule de cinq pieds et voilà qu’un deuxième serpent à sonnette s’en prend à sa jambe.

Les cas de morsures par des serpents à sonnette sur des humains sont très rares. Quand elles ont lieu, c’est plutôt en captivité. Le conseiller en grandes cultures Kevin Cotton venait de subir deux morsures et l’espace de quelques secondes.

À l’hôpital, la taille différente des morsures a permis d’établir qu’il s’agissait de deux serpents différents. L’un avait mordu près du talon d’Achille, l’autre quelques centimètres plus haut sur le mollet.

Kevin Cotton n’a jamais vu les serpents. Il savait cependant qu’il devait sortir du champ au plus vite et garder son calme, afin de ne pas succomber aux effets du venin. « Je ne savais pas si le venin allait monter vers mon cœur et me tuer en plein champ. Je me disais : je ne veux pas mourir dans un champ de soya. Ce serait mieux dans un champ de coton », a-t-il confié à Southeast Farm Press.

Sa camionnette étant stationnée à plusieurs centaines de mètres, Kevin Cotton a cru bon de s’adresser à deux hommes qui travaillaient sur un pivot d’irrigation non loin de là. Ceux-ci lui ont d’abord rendu le salut qu’il faisait du bras, avant qu’ils ne comprennent qu’il y avait urgence. Un deux des hommes l’a conduit à l’hôpital le plus près, refusant qu’il conduise lui-même.

Ce jour-là, Kevin Cotton a reçu huit doses de sérum antivenimeux synthétique. Il a passé la nuit à l’hôpital, puis est rentré chez lui le lendemain. En après-midi, il informe son épouse qu’il ne sent plus sa jambe. Elle l’amème à l’urgence d’un hôpital régional plus grand. Il n’y avait plus de circulation sanguine dans sa jambe.

À l’hôpital, le médecin lui dit qu’il faudra probablement lui ouvrir la jambe, en chirurgie. Il plaide qu’il n’a pas le temps de rester alité longtemps et qu’il a besoin de sa jambe pour retourner rapidement sur les quelque 15 000 acres de coton, soya, blé et arachides pour lesquels il est conseiller.

Il lui fallut 18 autres doses de sérum antivenimeux et trois autres nuits à l’hôpital.

Une semaine après les morsures, il était de retour au champ. Alors qu’il s’approchait du champ où il avait été mordu, il a aperçu un serpent à sonnette sur la route. « J’ai déchargé mon fusil, puis j’ai roulé dessus plusieurs fois puis je l’ai battu avec un bâton, a-t-il raconté. Les défenseurs des droits des animaux ne m’aimeront peut-être pas, mais ils n’ont probablement jamais été mordus par deux serpents à sonnette. »

Source : Southeast Farm Press

 

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires