Nécessité pour le Cabinet de discuter des préoccupations agricoles

Ottawa (Ontario), 20 janvier 2003 – Au cours des quelques prochains jours, les membres du Cabinet fédéral se réuniront à l’occasion d’une retraite. La Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) veut s’assurer que les questions agricoles figureront à l’ordre du jour de cette réunion. Les agriculteurs canadiens ont de sérieuses préoccupations dont il est nécessaire de discuter.

« Le 20 juin 2002, le Premier ministre et le ministre de l’Agriculture ont pris un solide engagement vis-à-vis de l’agriculture. Leur vision était de mettre fin à l’approche de gestion de crises qui caractérise actuellement l’industrie », a affirmé Bob Friesen, président de la FCA. « Nous appuyons fortement cette vision. Mais ce qui est important ici c’est la manière dont cette vision sera concrétisée, et c’est cet aspect-là qui risque de nuire à la vision. La proposition actuelle sur la conception des programmes offre aux producteurs canadiens une plus faible protection à un coût plus élevé. »

La date limite fixée au 31 mars pour la création de nouveaux programmes de gestion des risques commerciaux en vertu du Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA) approche rapidement. Les fermiers canadiens s’inquiètent de plus en plus de la manière dont les nouveaux programmes sont élaborés. Les propositions actuelles pourraient fort bien réduire l’argent mis à la disposition des agriculteurs faisant face à une crise, ne protégeront pas les producteurs contre les réductions des prix à long terme et empirera la vulnérabilité des programmes canadiens aux contestations commerciales venant de l’étranger. Plutôt que d’atteindre l’objectif annoncé consistant à mettre fin à l’approche de gestion de crises au sein de l’industrie, ces propositions exacerberont la situation.

Une question qui revêt une importance primordiale est celle des contraintes auxquelles sont assujettis des paramètres précis des programmes. D’après le ministre, M. Vanclief, ces contraintes trouvent leur origine dans un Mémoire au Cabinet présenté par le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada au printemps dernier.

« Bien que nous reconnaissions l’importance de respecter l’esprit de l’accord ayant fourni le financement requis pour le CSA, la FCA est d’avis que le Cabinet serait prêt à examiner les paramètres particuliers que les producteurs trouvent inacceptables, puisque leurs préoccupations ont trait à l’effet de ces paramètres sur la capacité du programme de stabiliser l’industrie et ont trait aux graves répercussions commerciales que risque d’avoir le programme », a affirmé M. Friesen.

La FCA a participé activement aux consultations menées dans le cadre de l’élaboration des programmes. De concert avec les autres membres du Comité consultatif sur la protection du revenu, la FCA a soumis des propositions et des solutions mûrement réfléchies pour la création de programmes qui satisfont aux besoins des producteurs. Apparemment, on n’a pas tenu compte de ces suggestions.

« Nous sommes d’avis que la gestion des risques commerciaux représente un élément essentiel du CSA. Nous devons trouver des solutions réalistes aux préoccupations que nous avons formulées. L’industrie continue de vouloir collaborer avec le gouvernement pour apporter les changements nécessaires afin que les négociations concernant le CSA soient couronnées de succès », a déclaré M. Friesen. « Nous pensons qu’il est toujours possible de créer un ensemble de programmes qui répondront aux besoins de l’industrie. Mais nous devons agir rapidement et nous devons agir ensemble. »

Vous trouverez ci-joint un document d’information décrivant les différentes préoccupations de l’industrie en ce qui concerne les propositions actuelles ayant trait aux programmes de gestion des risques commerciaux.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Cadre stratégique pour l’agriculture (CSA)

http://www.agr.gc.ca/canadaentete/

Fédération Canadienne de l’agriculture

http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires