Nette amélioration des résultats de Smithfield Foods au troisième trimestre

Virginie (États-Unis), 24 février 2004 – Smithfield Foods, Inc. a annoncé, pour le troisième trimestre de l’exercice 2004, clos le 1er février, un bénéfice net de 46,1 millions $, ou 0,41 $ par action après dilution, comparativement à un bénéfice net de 5,3 millions $, ou 0,05 $ par action après dilution, pour la période correspondante du dernier exercice. Les résultats du trimestre ont subi lecontrecoup défavorable des charges et du gaspillage de ressources, s’élevant à11 millions $, dans le segment du boeuf à la suite de la réaction du marché àla déclaration d’un cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (maladie de lavache folle) dans l’Etat de Washington. En outre, les résultats du trimestrecomprennent des frais de financement de 7,5 millions $ liés à un prêt-relais àcourt terme obtenu pour financer l’achat de Farmland Foods, en attendant laréception d’un produit en espèces tiré de la vente de Schneider Corporation.

Le chiffre d’affaires pour le troisième trimestre s’est établi à2,7 milliards $, comparativement à 1,8 milliard $ pour la périodecorrespondante du dernier exercice. Les résultats du troisième trimestreprésenté et le cumul depuis le début de l’exercice en cours couvrentrespectivement des périodes de 14 et de 40 semaines, tandis que ces périodesavaient totalisé 13 et 39 semaines à l’exercice précédent.

Le bénéfice tiré des activités poursuivies, en excluant les résultats deSchneider Corporation, a atteint 42,1 millions $, ou 0,38 $ par action aprèsdilution, comparativement à 2,9 millions $, ou 0,03 $ par action aprèsdilution, un an auparavant. Le 25 septembre dernier, Smithfield a annoncél’établissement d’une entente définitive portant sur la vente de Schneider àMaple Leaf Foods Inc. La vente, qui est assujettie à l’approbation desorganismes de réglementation, devrait être conclue avant la fin de l’exercice.Depuis le début de l’exercice, le bénéfice tiré des activités poursuiviess’est situé à 91,6 millions $, ou 0,82 $ par action après dilution,comparativement à 7,7 millions $, ou 0,07 $ par action après dilution, pour lapériode correspondante du dernier exercice.

Le 28 octobre dernier, Smithfield Foods a acquis la quasi-totalité deséléments d’actif de Farmland Foods, division de production et detransformation du porc de Farmland Industries, Inc. Les résultats desactivités de transformation du porc de Farmland sont inclus dans le segment duporc de Smithfield. Les résultats des activités d’élevage de porcs de Farmlandsont intégrés dans le groupe de production de porcs de Smithfield.

La hausse considérable du bénéfice du troisième trimestre découleprincipalement de la nette amélioration des résultats que la société ainscrits pour ses activités de production de porcs, cela étant dû à uneaugmentation de 19 % des prix du marché pour le porc vivant et à l’intégrationdes résultats de Farmland.

Le bénéfice d’exploitation dans le segment du porc a grimpé de 32 %,notamment en raison de l’inclusion de Farmland. En excluant Farmland et lasemaine supplémentaire de ventes, le volume du porc frais a augmenté de 6 %,tandis que celui des viandes transformées et des aliments apprêtés a progresséde 3 %. Les marges bénéficiaires pour le porc frais et les viandestransformées ont reculé à cause de la hausse substantielle du coût desmatières premières, qui n’a pas pu être totalement intégrée dans le prix duproduit.

« Nous sommes très satisfaits de nos résultats pour le troisièmetrimestre, compte tenu de la baisse du bénéfice dans le segment du boeuf à lasuite de l’incident lié au cas de vache folle découvert à la fin décembre », acommenté Joseph W. Luter, III, président du conseil et chef de la direction.« Les prix du porc ont augmenté comme nous l’avions prévu, et l’ensemble denotre branche de transformation est très solide. »

« En outre, nous sommes très contents des premiers résultats de Farmland.Le président de Farmland, George Richter, et son équipe apportent une nouvelledimension à l’organisation de Smithfield Foods. Conformément à nos prévisions,Farmland a rehaussé immédiatement le niveau de nos profits, et nous sommespersuadés que, dorénavant, elle contribuera grandement à nos résultats globauxdans le segment du porc », a souligné M. Luter.

Smithfield a constaté que l’acquisition des marques bien connues deviandes transformées de Farmland avait grandement accru sa part du marché dedétail dans les catégories du bacon, des viandes pour les goûters et dessaucisses pour le petit déjeuner. Durant le trimestre, Smithfield a continué àfavoriser la croissance de ce secteur à valeur ajoutée. Dans le segment desaliments apprêtés, les catégories des entrées et des saucisses cuites ontconnu, après des ajustements pour tenir compte des acquisitions récentes et dela semaine supplémentaire de ventes, une hausse dans les deux chiffres, toutcomme les autres catégories de viandes transformées telles que les produits decharcuterie et le saucisson sec.

Le bénéfice d’exploitation dans le segment du boeuf a été nettementinférieur à celui dégagé il y a un an et a accusé un recul de plus de 80 % parrapport à celui du deuxième trimestre. A la suite de l’annonce en décembre dela découverte d’un seul cas d’encéphalopathie spongiforme bovine dans l’Etatde Washington et du déclin subséquent des marchés des bovins et du boeuf, lesactivités de la société dans le segment du boeuf ont comptabilisé des pertesde stocks de 7,7 millions $. Par ailleurs, en raison du manque de bovins demarché dans les semaines suivant l’annonce mentionnée, la société a connu uneutilisation inefficace des capacités dans ses usines de transformation duboeuf, lesquelles ont réduit drastiquement leurs niveaux d’exploitation, cequi a représenté un manque à gagner de quelque 3,3 millions $.

Bien que le groupe de production de porcs a enregistré une légère perte,les résultats ont augmenté de 56 millions $ par rapport à ceux de la périodecorrespondante du dernier exercice, car les prix du marché du porc vivant ontdépassé en moyenne les 36 $ par quintal, comparativement à un peu moins de31 $ l’an dernier. La hausse des coûts est demeurée sensiblement de la mêmeampleur qu’au dernier exercice et qu’au deuxième trimestre. Pour les neufpremiers mois de l’exercice, le groupe de production de porcs a constaté uneforte variation de 137 millions $ dans sa rentabilité.

La remontée des conditions du marché pour l’industrie du dindon aux Etats-Unis ainsi que les meilleurs résultats du segment des viandes transforméesdans les divisions polonaise et française de la société ont été responsablesde la performance extrêmement vigoureuse de l’autre segment de la société.

« Nos activités liées à la production de porcs ont été rentablesrécemment », a précisé M. Luter. « La demande à l’endroit du porc demeure forte,et nos activités sont solides, malgré la hausse du coût des matièrespremières. Nos activités liées aux viandes transformées continuent à croîtreet à accroître leur part de marché, car nous poursuivons notre objectifd’employer toutes nos matières premières à l’interne et d’agrandir notre partdans les catégories des aliments cuisinés et apprêtés. Même si l’industrie duboeuf fonctionnera selon un taux d’utilisation des capacités plus bas au coursdes prochains mois, les perspectives d’ensemble pour Smithfield durant lereste de l’exercice 2004 sont très bonnes. Nous nous attendons à ce que lequatrième trimestre donne lieu à une comparaison très favorable en glissementannuel, et tout porte à croire que l’exercice 2005 devrait être excellent pourSmithfield Foods », a-t-il conclu.

Forte d’un chiffre d’affaires annuel de 9 milliards $, Smithfield Foodsoccupe une position prépondérante dans le domaine de la transformation et dela commercialisation du porc frais et des viandes transformées aux Etats-Unis,en plus d’être le plus important éleveur de porcs de ce pays.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Smithfield Foods, Inc.
http://www.smithfieldfoods.com

Commentaires