Nouveau plan pour la relève agricole : coup d’envoi d’une longue série, espèrent la FRAQ et l’UPA

Saint-Lambert-de-Lauzon (Québec), 13 mai 2008 – La relève agricole accueille ce nouveau plan du MAPAQ avec satisfaction : il constitue un jalon très attendu dans la mise en oeuvre de la politique jeunesse du ministère (volet établissement et relève). C’est le coup d’envoi d’une longue série, espérons-le ».

C’est en ces termes que le président de la Fédération de la relève agricole du Québec (FRAQ), monsieur Benoît Martin, a réagi ce matin au lancement, par le MAPAQ, de nouveaux programmes en faveur de la relève agricole, en compagnie du premier vice-président de l’Union des producteurs agricoles (UPA), Monsieur Pierre Lemieux.

« L’accès au capital est un problème de taille pour les jeunes de la relève. L’injection des fonds dévolus à ces programmes sera la bienvenue, même si les besoins sont encore grands. Pour plusieurs, cette aide va signifier un pas de plus dans la concrétisation de leur projet », de commenter Benoît Martin.

« C’est particulièrement le cas au chapitre de la modernisation des bâtiments agricoles, a pour sa part illustré Pierre Lemieux. Dans des productions comme l’agneau-mouton ou la production laitière caprine, la revalorisation des bâtiments agricoles favorise effectivement l’établissement des jeunes tout en stimulant le renouveau de l’agriculture en région ».

L’annonce du MAPAQ est d’autant mieux accueillie que les programmes annoncés viennent élargir, de façon complémentaire, la palette des mesures existantes destinées à la relève et couvrir ainsi un éventail de situations auxquelles ne s’appliquent pas nécessairement certains des programmes actuels, notamment à l’égard des productions non conventionnelles ou à plus petite échelle.

Benoît Martin souhaite par ailleurs que cette annonce pave la voie à d’autres mesures importantes également attendues par la relève agricole : l’introduction d’un capital « patient » (prêt avec modalités avantageuses) et la mise en place d’incitatifs à l’épargne-retraite (au plan financier et fiscal) de façon à encourager le transfert des entreprises par des producteurs qui, le moment venu de se retirer, dépendent trop souvent du seul produit de la vente de leur ferme en guise de revenu.

« L’intégration des jeunes constitue l’un des plus importants défis qui interpellent notre agriculture. L’ampleur de la tâche en ce domaine en appelle à d’autres mesures, et il faut en faire une priorité politique soutenue au cours des prochaines années », ont insisté MM. Martin et Lemieux, tout en rappelant qu’en encourageant la relève, on favorise l’essor de l’ensemble du secteur pour un futur qui frappe déjà à nos portes, spécialement si l’on tient compte du vieillissement de la profession agricole.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération de la relève agricole du Québec (FRAQ)
http://www.fraq.qc.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires