OGM : Greenpeace d’accord avec l’UPA

Montréal (Québec), 2 septembre 2007 – A la suite des déclarations de Laurent Pellerin, président de l’Union des producteurs agricoles (UPA), qui accepte désormais l’étiquetage obligatoire des OGM, Greenpeace annonce qu’elle lui demandera à le rencontrer rapidement afin de voir au règlement de ce dossier.

Greenpeace invite le gouvernement du Québec et le ministre de l’Agriculture, M. Laurent Lessard, de prendre bonne note de cette prise de position historique de l’UPA et de tout faire pour en arriver à un résultat de politique publique au sujet de l’étiquetage obligatoire des OGM.

« Enfin! », s’exclame Eric Darier, le responsable de la campagneAgriculture chez Greenpeace. « Jusqu’à aujourd’hui, la raison principale dublocage de l’étiquetage obligatoire des OGM au Québec était l’opposition del’UPA, malgré l’appui massif et constant de la population, sondage aprèssondage, et malgré la promesse électorale, en 2003, du PLQ et de monsieurJean Charest d’étiqueter les OGM ».

« Maintenant que cet obstacle est levé, Greenpeace demande que legouvernement Québec dépose dès la rentrée parlementaire un projet de règlementpour rendre obligatoire l’étiquetage obligatoire des OGM qui puisse satisfaireà la fois le droit fondamental des consommateurs de savoir ce qu’ils mangenttout en s’assurant que les agriculteurs n’aient pas à assumer l’ensemble descoûts », déclare Eric Darier.

Greenpeace présentera son mémoire pour une agriculture écologiquement etsocialement durable aux audiences nationales de la Commission sur l’avenir del’agriculture et de l’agroalimentaire (CAAAQ), le mercredi 5 septembre àMontréal. Greenpeace tiendra une conférence de presse à 13 h 30 la mêmejournée pour faire le point.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (CAAAQ)
http://www.caaaq.gouv.qc.ca/

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires