Onze millions de dollars de plus pour l’agriculture, les pêcheries et l’alimentation

Québec (Québec), 22 avril 2005 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Yvon Vallières, se dit satisfait de l’ajout de 11 millions de dollars qui sera accordé en 2005-2006 pour soutenir le développement du secteur bioalimentaire. L’attribution de 5 millions de dollars a été annoncée, dans le discours du budget, pour la mise en place de nouvelles mesures d’appui à la transformation alimentaire et à l’industrie serricole. De plus, le budget de dépenses du Ministère bénéficiera d’une hausse de 6 millions de dollars.

« Dans le contexte difficile que nous connaissons en matière de finances publiques, cette augmentation reflète la sensibilité du gouvernement aux besoins des entreprises bioalimentaires et l’importance qu’il y accorde. Cela est d’autant plus remarquable qu’il n’y a pas si longtemps, certains acteurs du milieu s’attendaient à une baisse importante du budget du Ministère », de déclarer le ministre Vallières.

Augmentation du budget de transfert aux entreprises
Le budget de transfert du Ministère atteindra 484,8 millions de dollars en 2005-2006, ce qui représente une hausse de 2,5 %.

Les ressources consacrées au Programme de remboursement des taxes foncières et des compensations aux exploitations agricoles sont augmentées de 11,3 millions de dollars, pour atteindre un sommet inégalé de 95,5 millions de dollars. Cette augmentation découle des décisions prises afin de bonifier le programme et de la croissance inhérente du coût de celui-ci.

Le budget destiné à aider les entreprises agricoles à relever les défis de la protection de l’environnement et de la cohabitation harmonieuse sur le territoire est porté à 31 millions de dollars. Il s’agit d’une augmentation de 3,5 millions auxquels s’ajouteront deux autres millions de dollars en provenance du gouvernement fédéral, en vertu du Cadre stratégique agricole (CSA). Cet ajout combiné de 5,5 millions de dollars permettra entre autres d’augmenter le soutien aux clubs-conseils en agroenvironnement et à la lutte contre la pollution diffuse.

Par ailleurs, il importe de mentionner que près des deux tiers de l’enveloppe de transfert du Ministère, soit 305 millions de dollars, sont destinés à maintenir l’engagement à long terme du gouvernement en faveur des mesures de gestion des risques des entreprises agricoles. Rappelons que ces mesures visant à aider les entreprises à faire face à une conjoncture difficile, qui sont gérées par La Financière agricole du Québec, comptent parmi les plus progressistes en Amérique du Nord.

Enfin, l’aide accordée aux entreprises du secteur des pêches et de l’aquaculture est maintenue au même niveau que l’an dernier soit à 10,5 millions de dollars. De plus, le Ministère réaffirme son engagement dans le domaine de la santé animale en maintenant le budget consacré au Programme d’amélioration de la santé animale.

Mesures d’appui à la transformation alimentaire
Un plan d’action visant à stimuler le développement et la commercialisation des produits de niche et du terroir sera mis en place dans la foulée d’un projet de loi sur l’encadrement légal de nouvelles dénominations. Ce plan contiendra diverses mesures, dont une aide technique et financière pour les regroupements d’entreprises désireuses d’obtenir une appellation réservée, un soutien aux organismes d’accréditation et de certification, l’organisation du contrôle et de la surveillance ainsi que la promotion des nouvelles dénominations.

Pour améliorer la compétitivité de l’industrie québécoise des boissons alcooliques artisanales, le gouvernement accorde une aide financière temporaire échelonnée sur trois ans. Cette aide servira notamment à faciliter l’accès à des conseils techniques, à la mise au point des produits, à l’acquisition d’équipement et à la mise en marché.

Un budget de 9 millions de dollars sur trois ans sera consacré aux mesures relatives aux produits du terroir et aux boissons alcooliques artisanales.

De plus, au cours de la prochaine année, le gouvernement participera à la création, dans l’est de Montréal, d’un pôle bioalimentaire comprenant notamment un incubateur d’entreprises en vue de faciliter la réalisation de projets novateurs dans le secteur bioalimentaire.

Mesure destinée à l’industrie serricole
Afin d’inciter l’industrie serricole québécoise à diversifier ses sources d’énergie et à atteindre une plus grande efficacité énergétique, le gouvernement crée un programme pour la réalisation de projets pilotes visant la récupération d’énergie et l’introduction de nouvelles sources énergétiques dans l’industrie serricole, cela dans une perspective de développement durable. Un budget de 5 millions de dollars sur deux ans sera réservé à cette mesure.

Au total, c’est donc 14 millions de dollars sur trois ans qui seront consacrés aux mesures d’appui à la transformation alimentaire et à celle destinée à l’industrie serricole.

Réduction sensible du coût de l’appareil administratif
Pour atteindre les objectifs budgétaires du gouvernement, les dépenses de fonctionnement du Ministère seront réduites de 6 millions de dollars. Le Ministère procédera à un recentrage de ses activités en fonction des priorités stratégiques.

« Dans ce budget, le gouvernement a fait un effort notable pour appuyer l’industrie bioalimentaire et l’aider à relever les défis de l’heure. Toutefois, il faudra poursuivre les échanges avec nos partenaires afin de continuer à moderniser nos façons de faire », a conclu le ministre.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec
http://www.financiereagricole.qc.ca

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires