Ottawa prépare un programme d’aide financière pour les agriculteurs

Ottawa (Ontario), 12 juin 2002 – Le gouvernement fédéral se prépare à annoncer un programme visant à offrir une aide financière aux agricultueurs du pays, afin de compenser les importantes subventions versées aux agriculteurs américains par le gouvernement de George W. Bush.

Le premier ministre Jean Chrétien a confirmé l’information, qui circulait déjà depuis quelques semaines. Il s’agira d’un programme à frais partagés avec les provinces, qui devront assumer 40 pour cent de la facture.

M. Chrétien n’a toutefois pas indiqué quel montant serait ainsi réservé pour venir en aide aux agriculteurs, mais des sources parlent d’une somme globale d’environ 800 millions $.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Lorne Calvert, a eu un entretien avec le premier ministre Chrétien, mercredi, et a dit par la suite, en conférence de presse, qu’Ottawa devait à son avis offrir pleine compensation aux agriculteurs du pays, qui se sentent lésés, compte tenu des généreuses subventions – estimées à 1,3 milliard $ – versées aux fermiers américains.

Questionné à ce sujet aux Communes, le premier ministre Chrétien a répondu que le gouvernement fédéral ferait sa part et que « les provinces devront aussi faire leur part ».

« L’agriculture est une responsabilité partagée, fédérale et provinciale. Nous sommes plus généreux. Nous payons 60 pour cent, pas 50 pour cent, alors les provinces devraient être très heureuses d’avoir à payer seulement 40 pour cent », a-t-il précisé.

Mais selon le premier ministre Calvert, la facture devrait être assumée « à 100 pour cent par le gouvernement fédéral », parce qu’il s’agit dans ce cas de compenser des agriculteurs pour une perte due à une querelle de nature commerciale et non d’un programme normal d’aide aux producteurs agricoles.

Il a de plus fait valoir que dans le passé Ottawa était venu en aide à d’autres secteurs d’activité – le transport, par exemple, dans le dossier d’Air Canada – sans chercher à partager la facture avec les provinces.

M. Calvert a également soutenu que le nouveau programme américain de subventions aux agriculteurs était particulièrement difficile à avaler parce qu’il englobait certaines cultures – telles que les pois et les lentilles – qui auparavant n’étaient pas admissibles aux programmes de subventions.

Source : Presse Canadienne

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires