Pas de demande accrue pour le propane

La demande demeure stable malgré les conditions météo

On ne peut pas dire que les conditions de récolte cette année soit faciles. Les journées de temps beau et sec ont été plutôt rares et la pluie est souvent venue jouer les troubles fête. Le froid s’est aussi mis de la partie récemment avec des précipitations de neige dans certaines parties de la province. Rien en fait pour faire progresser les récoltes de soya ou encore celle de maïs qui débutent.

La situation n’est pas sans rappeler ce qui s’est passée dans l’Ouest canadien où la neige est tombée depuis septembre, faisant augmenter la demande pour le propane afin de sécher les grains. Bien que la situation ne soit en aucune mesure comparable ici, le Bulletin a voulu vérifier si une hausse avait été observée dans les commandes de propane auprès de différents distributeurs.

“Rien dans les chiffres en ce moment ne nous permettent de constater une hausse”, indique Dominic Fontaine, représentant pour le secteur agricole et commercial chez Gaz Propane Rainville. “C’est difficile de donner un aperçu puisque certains démarrent la saison avec des réservoirs pleins mais nos systèmes de télémétrie n’indiquent pas de changement.”

M.Fontaine ajoute que malgré les apparences, les degrés-jours pour octobre ne sont pas tellement différents de ceux de l’an dernier, ce qui pourrait expliquer la demande similaire à celle notée en 2017. Rainville assure d’ailleurs avoir tous les effectifs pour répondre à la demande.

Le distributeur de propane Filgo-Sonic ne disposait pas de données sur la demande en lien avec la période de la récolte de soya. L’entreprise anticipe toutefois que la période de séchage pour le maïs sera devancée cette année. En contrepartie, la demande pourrait toutefois être moindre, indique la porte-parole Manon Leenhardt.

Quant aux prix, ils fluctuent de manière notable depuis trois semaines avec des variations dans les prix à chaque jour. D’un point de vue hebdomadaire, les variations s’annulent mais M.Fontaine admet que pour les producteurs dont les besoins sont ponctuels, les impacts de la volatilité des prix pourraient être plus notables.

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires