Plus de deux millions de dollars pour le financement de projets d’adaptation

Moncton (Nouveau-Brunswick), 19 mars 2001 – Le Conseil agricole du Nouveau-Brunswick, un organisme piloté par l’industrie qui administre le programme fédéral du Fonds canadien d’adaptation et de développement rural (FCADR) dans la province, a annoncé aujourd’hui qu’il avait surpassé la marque des deux millions de dollars dans le financement de projets visant à rehausser la compétitivité à long terme du secteur agricole et agroalimentaire du Nouveau-Brunswick.

Outre les deux millions de dollars et plus de fonds versés par le FCADR qui sont déjà engagés pour 245 projets allant de la planification écologique en agriculture aux programmes de salubrité des aliments à la ferme, le Conseil s’attend à investir un autre montant de 2,6 millions de dollars dans des projets d’adaptation au cours des deux prochaines années. Jusqu’à présent, l’injection de fonds par le FCADR a incité l’industrie à contribuer 1,7 million de dollars de son cru.

« Je suis heureux de constater comment le Conseil agricole du Nouveau-Brunswick met l’argent du FCADR au service du secteur agricole et agroalimentaire de la province, a affirmé le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief. L’avenir appartient à ceux qui innovent et veulent se concerter, et ces projets favorisent cette approche par la recherche, la commercialisation et l’adoption de pratiques de production nouvelles et innovatrices. »

Dans le cadre de l’un de ces projets, des producteurs de pommes de terre du Nouveau-Brunswick recourent au Système de positionnement par satellite afin d’interpréter les conditions de surface et transmettre l’information recueillie directement à l’ordinateur des producteurs qui se trouvent sur le terrain. L’information permet aux producteurs d’utiliser judicieusement les intrants pour leurs cultures et d’accroître leur compétitivité tout en réduisant au maximum l’incidence de la production végétale sur les ressources en sols et en eau.

« Le FCADR incite réellement les innovateurs de l’industrie à aller de l’avant avec des idées qui aident le secteur non seulement à faire face à ses défis, mais aussi à envisager les possibilités à venir avec un regard neuf et différent, a déclaré la coprésidente du Conseil, Mme Hanna Searle. Les projets que nous exécutons jusqu’à présent prouvent que le programme réalise cet objectif. » « Le Conseil intervient dans cinq domaines prioritaires : la protection de l’environnement, la commercialisation, l’innovation, la mise en valeur du potentiel des ressources humaines et la salubrité des aliments; nous nous sommes associés aux producteurs et aux transformateurs pour mener à bien des projets dans chacun de ces domaines, » a pour sa part affirmé l’autre coprésident du Conseil, M. Jean-Paul Losier.

Créé lors du dépôt du Budget fédéral de 1995, le FCADR est une initiative dotée d’un budget de 60 millions de dollars par année qui vise à donner au secteur agroalimentaire canadien les outils dont il a besoin pour s’adapter à un contexte commercial en constante évolution.

En mars 1999, M. Vanclief annonçait le renouvellement du FCADR. Ce fonds est l’un des programmes fédéraux en cours qui visent à assurer aux collectivités rurales canadiennes de continuer de croître et de prospérer.

Les conseils d’adaptation pilotés par le secteur, comme le Conseil agricole du Nouveau-Brunswick, ont été créés dans chaque province et territoire en vue d’administrer l’argent versé par le FCADR conformément aux priorités fixées par le secteur en matière d’adaptation.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires