Plus de maïs pour les élevages s.v.p.

En réaction à la hausse des prix du maïs à cause de la rareté de cette céréale dont les rendements ont été grandement affectés par la pire sécheresse depuis 1957, des éleveurs américains demandent une révision réglementaire.

La National Pork Producers Council – la plus importante association d’éleveurs de porcs des États-Unis – appuyée par dix-huit autres groupes représentant des éleveurs de volailles ou de bœufs, ont fait parvenir une pétition à leurs représentants demandant à ce que l’État suspende temporairement l’obligation d’incorporer une certaine quantité d’éthanol à base de maïs dans l’essence.

Ils seraient à ce jour 25 sénateurs à avoir répondu à leur requête en appelant la responsable de l’agence de protection environnementale (Environmental Protection Agency) à revoir la réglementation actuellement en vigueur.

Les éleveurs craignent de devoir réduire leur cheptel en réaction à la hausse des prix du maïs. Pour eux, réduire l’utilisation du maïs destiné à la fabrication d’éthanol, permettrait d’augmenter les stocks et ainsi de diminuer la pression sur les prix. Rappelons qu’environ 40 % du maïs produit aux Etats-Unis sert à la fabrication de l’éthanol.

En 2012, selon la réglementation américaine, 50 milliards de litres d’éthanol à partir de maïs devront être incorporés à l’essence, contre 52 en 2013.  Ces quantités correspondent environ à respectivement 4,7 milliards et 4,9 milliards de boisseaux de maïs.

La National Corn Growers Association (représentant les producteurs de maïs) s’est immédiatement opposé à toute modification du règlement modifiant l’obligation d’incorporer l’éthanol dans l’essence.

Commentaires