PotashCorp affiche une marge brute record pour le quatrième trimestre et l’exercice

Saskatoon (Saskatchewan), 27 janvier 2005 – Potash Corporation of Saskatchewan Inc. (PotashCorp) a communiqué un bénéfice net ajusté de 65,3 M$(1) ou 0,58 $(1) par action après dilution pour le quatrième trimestre (100,1 M$ ou 0,88 $ par action, en tenant compte des gains liés à la vente des actions de SQM et de Yumbes), soit près du double du bénéfice de 0,25 $ par action dégagé au quatrième trimestre 2003. Pour l’exercice, PotashCorp agénéré un bénéfice ajusté par action de 2,42 $(1) après dilution (2,70 $ paraction avant ajustement), comparativement à un bénéfice ajusté de 0,73 $(1)par action pour l’exercice précédent (perte de 1,21 $ par action avantajustement). A la fin de l’exercice, le taux de change du dollar canadienétait de 1,20, alors que les prévisions précédentes situaient ce taux à 1,26,ce qui a entraîné une diminution de 0,11 $ par action du bénéfice et desprévisions pour le quatrième trimestre. Pour l’exercice, l’incidence négativedu raffermissement du dollar canadien s’est chiffrée à 0,16 $ par action. Lahausse de la consommation mondiale de potasse, qui s’est traduite par desvolumes de ventes records pour la Société, a contraint l’industrie, exceptionfaite de PotashCorp, à fournir une capacité de production maximale. Cettetension dans l’offre mondiale est à l’origine de prix records, à l’étranger etsur le marché intérieur, lesquels ont contribué à la progression du bénéficenet.

La marge brute du quatrième trimestre s’est établie à 197,3 M$, ce quiconstitue le deuxième trimestre record d’affilée à ce chapitre et se compare àla marge brute de 92,5 M$ pour le trimestre correspondant du dernier exercice.Pour l’exercice, PotashCorp a réalisé une marge brute de 681,4 M$, un autrerecord et une augmentation d’un peu plus de 300 M$ par rapport à la marge de380,4 M$ pour 2003. Le flux de trésorerie lié aux activités d’exploitations’est chiffré à 168,5 M$ pour le trimestre, par rapport à 142,1 M$ pour lequatrième trimestre 2003. Pour l’exercice, le flux de trésorerie lié auxactivités d’exploitation a atteint un nouveau sommet de 649,6 M$, soit 70 % deplus que les 381,5 M$ de l’exercice précédent.

« Sous presque tous les rapports, 2004 a été profitable à PotashCorp. Cefut une année sans précédent, ponctuée de réussites remarquables », a déclaréBill Doyle, président et chef de la direction de PotashCorp. « Des records ontété établis pour chacun des trois éléments nutritifs, mais la potasse, notreprincipal domaine d’activité et le fondement de notre stratégie, arrive entête, grâce au caractère exceptionnel des volumes, des hausses de prix, desniveaux de production et de la marge brute. Cette situation a débouché sur desflux de trésorerie records et l’annonce, le 25 janvier, d’un programme derachat d’actions au profit de nos actionnaires permanents. »

Conjoncture du marché
Selon les estimations, le PIB mondial a progressé de 5 % en 2004, le tauxde croissance le plus élevé en presque 30 ans, ce qui, jumelé à l’appréciationdes devises à l’égard du dollar américain, a amélioré le pouvoir d’achat d’ungrand nombre de clients étrangers. Par ailleurs, les bons prix des produitsagricoles de base et les conditions météorologiques favorables à l’échellemondiale ont fait augmenter les plantations et l’application d’engrais en2004. Par conséquent, la consommation a été en hausse, l’offre s’est resserréeet les prix ont grimpé.

L’équilibre est demeuré serré entre l’offre et la demande durant lequatrième trimestre, malgré le mauvais temps de l’automne en Amérique du Nordqui a retardé l’application d’engrais. Cependant, les paramètres fondamentauxont été meilleurs pour les trois éléments nutritifs quant à l’établissementdes prix. Dans le secteur de la potasse, les clients nord-américains etétrangers ont continué d’acheter le produit au cas où l’offre demeureraittendue. En ce qui concerne le phosphate, les ouragans du troisième trimestreont continué d’avoir des répercussions au quatrième trimestre en maintenant lasituation de pénurie. En outre, les nombreuses livraisons en Chine ont soutenules prix du diphosphate d’ammonium durant la plus grande partie du trimestre.Quant à l’azote, la tension entre l’offre et la demande dans le monde et lescours élevés du gaz ont propulsé les prix de l’ammoniac à un sommet sansprécédent à la mi-décembre.

Activités liées à la potasse
La marge brute de la potasse s’est chiffrée à 113,9 M$ au quatrièmetrimestre, par rapport à 41,4 M$ pour le quatrième trimestre de l’exerciceprécédent, un gain de 175 %. Cette hausse a contribué à générer une margebrute annuelle de 422,8 M$ pour la potasse, soit 219,1 M$ de plus que l’andernier et 62 % de la marge brute totale de la Société. En pourcentage duchiffre d’affaires net, la marge brute a augmenté, s’établissant à 47 % en2004, par rapport à 33 % en 2003.

Les volumes nord-américains ont été solides durant le quatrièmetrimestre, car PotashCorp a rattrapé son retard dans les livraisons dutroisième trimestre et terminé l’exécution des commandes estivales, ce qui aentraîné une hausse de 76 % des volumes d’un trimestre sur l’autre et un gainde 41 % par rapport au troisième trimestre. Dans l’ensemble, les volumes dePotashCorp sur le marché intérieur ont progressé de 13 % pour l’exercice. Ledynamisme affiché par les prix depuis le troisième trimestre s’est maintenutout au long du quatrième trimestre, et les prix de réalisation ont augmentéde 5,31 $ la tonne ou 5 % en Amérique du Nord, ce qui a permis à la Société derecevoir 29,56 $ la tonne ou 33 % de plus qu’au quatrième trimestre del’exercice précédent.

Les volumes et les prix ont également augmenté sur les marchés étrangers.Les volumes de ventes sont en hausse de 5 % d’un trimestre sur l’autre et de19 % sur douze mois, d’où les volumes annuels records. Le Brésil, qui comptepour 23 % des ventes, est demeuré le principal client à l’étranger, devant laChine qui représente 23 % des volumes. La Société a enregistré une croissancede plus de 10 % de ses volumes de ventes en Indonésie (76 %), en Océanie (60%), en Chine (26%), en Inde (19 %), en Malaisie (17 %) et en Corée (11 %). Parconséquent, Canpotex a vendu un nombre record de 7,8 millions de tonnes pourl’exercice. Les prix réalisés par PotashCorp sur les volumes à l’étranger ontprogressé de 52 % ou 41,10 $ la tonne, comparativement au quatrième trimestredu dernier exercice, et de 7 % ou 8,18 $ la tonne par rapport au trimestreprécédent. Pour l’ensemble de l’exercice, les prix de réalisation ont bondi de26 %, malgré la hausse de 46 % du fret maritime de Canpotex pour leslivraisons à ses clients.

PotashCorp a continué d’accroître sa production pour faire face à lademande croissante et elle a produit 2 millions de tonnes au quatrièmetrimestre, soit 12 % de plus d’un trimestre sur l’autre, ce qui a porté laproduction au niveau record de 7,9 millions de tonnes en 2004, un gain de 0,8million de tonnes par rapport à la quantité produite en 2003. La hausse de laproduction a entraîné une diminution d’environ 5 % du coût unitaire annuel endollars canadiens. Cette baisse a été partiellement annulée par leraffermissement de la devise canadienne, ce qui explique pourquoi la Société aannoncé une diminution du coût de ses produits vendus de 1,62 $ la tonne pourl’exercice.

Activités liées au phosphate
Soutenues par les produits industriels, les activités liées au phosphateont affiché leur meilleur trimestre de l’exercice, leur marge brutes’établissant à 10,4 M$, comparativement à une perte de 7,8 M$ pour lequatrième trimestre 2003. Pour l’ensemble de l’exercice, le secteur duphosphate a généré 15,8 M$ par rapport à une perte de 16,5 M$ en 2003. Lesproduits industriels ont contribué à hauteur de 15,2 M$ à la marge brute duquatrième trimestre et à hauteur de 48,7 M$ pour celle de l’exercice.

Les volumes des engrais liquides ont progressé de 6 % d’un trimestre surl’autre, mais ils ont fléchi de 6 % pour l’exercice, car PotashCorp a décidéde vendre moins en Amérique du Nord où une concurrence féroce a maintenu lespressions s’exerçant sur les prix. Ceux-ci ont diminué de 8 % par rapport auquatrième trimestre du dernier exercice et de 6 % pour l’année, ce qui estprincipalement le fait de la gamme de produits. Les volumes des engraissolides ont reculé de 22 % d’un trimestre sur l’autre, mais ont gagné 6 % pourl’exercice, en raison de la plus grande quantité de produits écoulée au débutde l’année. Les prix ont augmenté du fait de la hausse du coût des intrants età la suite des ouragans qui, durant le troisième trimestre, ont réduit lesstocks en Amérique du Nord.

Les volumes des produits fourragers affichent un gain de 15 % d’untrimestre sur l’autre et de 3 % sur douze mois, ce qui s’explique par la plusforte consommation en Amérique latine et par le fait que la Société a venduplus de tonnes de phosphate défluoré, un produit fourrager spécialisé, aprèsla fermeture des installations d’une société concurrente. Les prix sontdemeurés stables pour l’exercice, mais les hausses de prix annoncéesprécédemment et entrées en vigueur en décembre ont entraîné une hausse de 3 %ou 5,34 $ la tonne comparativement au trimestre précédent.

PotashCorp a vu ses volumes de ventes de produits industriels croître de11 % par rapport au quatrième trimestre 2003 et de 13 % pour l’exercice. Lesprix de réalisation ont progressé de 5 % pour le trimestre et de 4 % pourl’exercice. La baisse des importations en provenance de la Chine, la fermeturedes installations d’une société concurrente et la forte demande sont lesforces à l’oeuvre dans ce secteur.

Bien que les prix du soufre se soient stabilisés durant le trimestre,ceux de l’ammoniac ont continué d’augmenter, ce qui a propulsé à la hausse lescoûts de production du phosphate. L’effet de cette hausse des prix del’ammoniac s’est chiffré à 3,1 M$ pour le trimestre et à 24,3 M$ pourl’exercice. Les prix du soufre ont exercé sur les coûts de la société uneincidence défavorable de l’ordre de 5,1 M$ pour l’exercice. Outre les coûtsplus élevés des intrants, les problèmes survenus lors du démarrage desinstallations agrandies pour la production de phosphate défluoré à Aurora ontréduit d’environ 9 M$ la marge brute pour l’exercice.

Activités liées à l’azote
La marge brute de l’azote a augmenté, passant à 73 M$ par rapport à 58,9M$ au quatrième trimestre du dernier exercice et contribuant ainsi à la margebrute annuelle record de 242,8 M$, en hausse comparativement à 193,2 M$ en2003. Les installations de la Société à Trinité ont compté pour 70 % de lamarge du quatrième trimestre, la part des activités aux Etats-Unis s’estélevée à 18 % et celle du programme de couverture du gaz naturel aux Etats-Unis a été de 12 %. Pour l’exercice, la contribution des installations deTrinité s’est fixée à 60 %, celle des usines des Etats-Unis à 22 % et celle duprogramme de couverture de la Société à 18 %.

La hausse des prix découlant de l’équilibre serré entre l’offre et lademande a plus que compensé la baisse des volumes de l’azote. Le total desvolumes de ventes a reculé de 9 % par rapport au quatrième trimestre dudernier exercice et les volumes annuels ont connu une baisse de 12 %comparativement à 2003, alors que les prix ont augmenté de 19 % d’un trimestresur l’autre et de 21 % pour l’exercice.

Les volumes de ventes d’ammoniac fabriqué ont progressé de 17 % auquatrième trimestre, mais les ventes de tonnes achetées ont chuté de 43 %.Pour l’exercice, les ventes d’ammoniac fabriqué ont été stables, et lesvolumes de produits achetés ont fléchi de 14 %. Les volumes d’urée sont enbaisse de 20 % comparativement au quatrième trimestre 2003 et de 21 % pourl’exercice, en raison d’un délai d’exécution à l’usine de Trinité et de labaisse du tonnage en stock disponible aux installations de Memphis, lesquellesont été fermées en juin 2003. De la même manière, l’arrêt de la production del’ammoniac et des solutions d’azote à l’usine Geismar a entraîné une baisse de38 % des volumes de solutions d’azote d’un trimestre sur l’autre et de 54 %pour l’exercice.

Les prix pour ces trois produits ont été solides, tant pour le trimestreque pour l’exercice, l’ammoniac progressant, respectivement de 16 % et 23 %;l’urée de 25 % et 18 %; et les solutions d’azote de 33 % et 29 %. La tensionentre l’offre et la demande, jumelée à la hausse des prix du gaz, a permis demaintenir le dynamisme affiché par ces produits quant à leurs prix.

Les coûts du gaz naturel sont demeurés élevés tout au long du quatrièmetrimestre, ce qui a découragé tout espoir de redémarrage des installations deproduction d’azote qui ont été fermées aux Etats-Unis. C’est pourquoi lescoûts moyens du gaz ont augmenté de 43 % par rapport au quatrième trimestre2003 et de 25 % pour l’exercice. Ce facteur a été le principal élément de lahausse du coût par tonne des produits d’azote vendus, laquelle s’est chiffréeà 23,55 $ d’un trimestre sur l’autre et de 22,48 $ pour l’exercice.

Survol financier
Le dollar canadien s’est raffermi durant l’exercice, clôturant à 1,2036par rapport au dollar américain, contre 1,2639 à la fin du troisième trimestreet 1,2924 à la fin de 2003. Cette remontée a entraîné une perte de change de17,7 M$ pour le trimestre et de 19,7 M$ pour l’exercice. Chaque variation d’uncent du dollar canadien ajoute environ 3,4 M$ à l’écart de conversion, élémentessentiellement sans effet toutefois sur la trésorerie. Sur une base annuelle,la perte de change a été neutralisée par un gain d’environ 8 M$ découlant dela conclusion de contrats de change prévoyant l’achat de dollars canadiens.

Les frais de vente et d’administration ont augmenté de 22,5 M$ en regarddu trimestre comparable de l’exercice précédent et de 34,5 M$ en glissementannuel. Cette hausse est principalement imputable aux charges derégularisation accrues liées aux programmes d’encouragement à court et à longtermes de la Société, ainsi qu’à la comptabilisation sur douze mois descharges liées à la rémunération en actions. Le programme d’encouragement àlong terme est subordonné à la rentabilité totale pour l’actionnaire et,compte tenu de la vigueur du cours de notre action, qui a presque doublédurant l’exercice, des ajustements aux charges de régularisation s’imposaient.

Pour le trimestre, les produits divers ont augmenté, passant de 32,6 M$ à44,2 M$. Pour l’exercice, ils se sont élevés à 79,4 M$, soit 46,2 M$ de plusqu’en 2003. Au cours du trimestre, près de 9,8 millions d’actions de série Ade SQM ont été vendues, ce qui a entraîné un gain non imposable de 34,4 M$ ou0,30 $ par action après dilution. Postérieurement à la vente de ces actions,la Société a acheté indirectement 19 200 242 actions de série A et 2 699 773actions de série B de SQM pour 100,7 M$. A la fin de l’exercice, notreparticipation dans SQM était passée de 20,39 % à 24,99 %. Pendant letrimestre, la Société a conclu la vente de Yumbes, notre filiale chilienne,pour un produit net de 35 M$, en plus d’ajustements au fonds de roulement, etelle a inscrit un gain de 2,6 M$. Sur une base annuelle, la provision pourYumbes, conjuguée à des réductions de valeur de 6,2 M$ enregistrées durantl’exercice, s’est élevée à 3,6 M$. Les produits divers pour l’exercice étaientégalement en hausse, en raison de comptabilisations de participations et dedividendes plus importantes attribuables à nos investissements liés à lapotasse dans SQM, APC et ICL.

Les intérêts débiteurs ont diminué de 3,9 M$, ou 16 %, par rapport autrimestre correspondant de l’exercice précédent et de 7,3 M$, ou 8 %, surdouze mois. Cette diminution est principalement attribuable à une hausse desintérêts créditeurs résultant de soldes de trésorerie plus élevés etd’économies d’intérêts provenant d’échanges de taux d’intérêt conclus au débutde l’exercice.

Les impôts miniers et autres impôts provinciaux ont fait un bond de 13,2M$ ou 111 % par rapport au trimestre comparable de l’exercice précédent et de35,6 M$ ou 62 % pour l’exercice, à la suite d’une rentabilité nettement plusélevée sur les tonnes de potasse vendues, conjuguée à une hausse des volumeset des prix de vente. Le taux d’imposition réel de la Société s’est établi à33 % pour le trimestre et pour l’exercice, exclusion faite du gain tiré de lavente des actions de SQM et d’un ajustement cumulatif lié à PCS Yumbes. Larépartition pour l’exercice à court et à long termes a été revue à la hausseet fixée à 80/20, en raison des bénéfices supérieurs dégagés par nos activitéscanadiennes concernant la potasse.

Pour l’exercice, les ajouts aux immobilisations corporelles se sontélevés à 220,5 M$, alors qu’ils s’établissaient à 150,7 M$ en 2003; cettehausse s’explique principalement par l’expansion de nos activités liées à lapotasse à Rocanville. Près de 125 M$ du montant global de 220,5 M$ ont étéconsacrés à l’investissement de maintien. Pour l’exercice, l’amortissements’est chiffré à 240 M$, alors qu’il s’élevait à 227,4 M$ en 2003,principalement en raison d’une production de potasse plus importante provenantde nos actifs liés à ce produit qui sont dépréciés à l’aide de la méthode del’amortissement proportionnel à l’utilisation.

Perspectives
Bien que les récoltes aient été exceptionnelles en 2004, les fermiersdoivent composer avec une demande de grain de plus en plus forte. Les stocksmondiaux demeurent à leur deuxième niveau le plus bas en 30 ans, alors quenombre de pays, notamment les pays en développement, recherchent unapprovisionnement alimentaire plus abondant et plus nutritif. Selon lesestimations récentes du département de l’Agriculture des Etats-Unis, à la finde l’actuelle campagne agricole, les réserves mondiales de grains nereprésenteront que 2,3 mois de récoltes.

Voilà qui augure bien pour chacun des trois éléments nutritifs,particulièrement pour la potasse. Canpotex entrevoit un autre record pour2005, notamment des ventes de 8,7 millions de tonnes, reflétant l’augmentationsoutenue de la consommation en Chine et dans d’autres pays de l’Asie du Sud-Est. Sinochem, acheteur pour la Chine, a signé un contrat pour 2005 avecCanpotex qui prévoit une hausse minimale de 17 % des volumes, accompagnéed’une augmentation du prix de 40 $ la tonne. Puisque la Chine se charge elle-même du fret, cette augmentation de prix aura une incidence directe sur nosprix réalisés. Le fret maritime devrait demeurer volatil en 2005 et semaintenir à des niveaux historiquement élevés. Afin d’atténuer ce risque,Canpotex envisage de bloquer les taux de fret pour la moitié de seslivraisons, au bas mot.

En Amérique du Nord, où les autres concurrents fonctionnent à pleinrégime, la Société s’attend à conserver la part de marché acquise en 2004. Leshausses de prix annoncées en 2004 devraient être pleinement réalisées durantle deuxième trimestre de 2005. Il sera prioritaire de s’assurer de ladisponibilité d’un transport ferroviaire pour nos produits.

Notre industrie est toujours soumise à des contraintes de production. En2004, d’autres producteurs de potasse, exception faite de PotashCorp, ontfonctionné à environ 98 % de leur capacité. Notre société a tourné à 65 % etdétient 85 % de la capacité mondiale inutilisée. Il résultera de cesconditions un triple effet de levier : l’augmentation de la production devraitabaisser le coût par tonne, ce qui permettra de vendre des volumessupplémentaires à prix plus élevés. Bref, une fois de plus, l’exercices’annonce exceptionnel pour la potasse.

En ce qui concerne le phosphate, une reprise au second semestre estenvisageable. Les volumes d’engrais liquides devraient augmenter avecl’accroissement de la demande sur les marchés étrangers. Vers la fin de 2004,les prix du diphosphate d’ammonium ont commencé à fléchir et, jusqu’à ce qu’ily ait une correction sectorielle de l’offre et de la demande, ce secteurdemeurera difficile. Les volumes de phosphates fourragers devraient demeurerinchangés, mais une augmentation de 33 $ la tonne annoncée en décembre 2004devrait améliorer les résultats. Nous prévoyons un règlement de nos problèmesd’exploitation à l’usine de phosphate défluoré d’Aurora, ainsi qu’uneamélioration des coûts de production. Dans la division du phosphate, notreforce résidera toujours dans nos produits industriels, particulièrement en cequi a trait aux acides purifiés, que nous sommes à développer.

Quant à l’azote, le resserrement de l’offre sur la demande devrait semaintenir jusqu’à la fin de 2005, alors que les prix du gaz historiquementélevés continueront sans doute à paralyser certaines activités de productionnord-américaines. Pour l’heure, le marché demeure relativement morose, maisavec l’arrivée de la saison printanière, l’équilibre entre l’offre et lademande devrait être rétabli. Bien que nous n’anticipions pas un autreexercice record pour cet élément nutritif, l’azote devrait quand mêmecontribuer de manière appréciable à la marge brute. Pour 2005, en prenant encompte les prix indexés du gaz de la Trinité, nos besoins globaux en gaznaturel sont couverts à environ 80 % pour un prix de 3 $ le million de Btu.Selon les prix en cours à la NYMEX, notre portefeuille de couverture pour 2005aux Etats-Unis est évalué à quelque 30 M$. Aux Etats-Unis, notre position decouverture est subordonnée à des bénéfices liés à des contrats à tauxfourchette jusqu’en mars 2005.

Perspectives financières
Les dépenses en immobilisations devraient atteindre environ 350 M$, dontprès de 125 M$ seront consacrés à l’investissement de maintien. Les dépensestotales ont augmenté par rapport au montant de 220,5 M$ engagé en 2004,principalement au titre de capital réservé à l’accélération de la productionde potasse et aux expansions des usines d’acide purifié à Aurora et d’ammoniacà Trinité.

Les frais de vente et d’administration devraient atteindre des niveauxsemblables à ceux de 2004, tandis que les produits divers devraient êtresupérieurs aux niveaux de 2004, exclusion faite de l’incidence du gain tiré dela vente d’actions de SQM. Cet accroissement devrait découler de bénéfices encapitaux propres et de dividendes plus élevés générés par nos investissementsdans la potasse auprès de SQM au Chili, d’APC en Jordanie et d’ICL en Israel.

Le taux d’imposition réel consolidé devrait demeurer à environ 33 %, larépartition entre l’exercice en cours et les exercices subséquents devants’établir à 90/10. Les impôts miniers et autres impôts provinciaux devraientse maintenir autour de 21 % de la marge brute de la potasse.

Vu les fondamentaux sectoriels positifs, nous nous attendons àenregistrer un autre exercice record en 2005 et prévoyons dégager un bénéficenet se situant entre 400 $ et 485 M$ ou 3,50 $ et 4,25 $ par action aprèsdilution, dans l’hypothèse du taux inchangé de 1,20 pour le dollar canadiendepuis la fin de 2004. Les dépenses en immobilisations d’environ 350 M$dépasseront nos dépenses hors-caisse prévues de 250 M$, essentiellement liéesà l’amortissement. Le bénéfice net du premier trimestre devrait s’établirentre 0,80 $ et 1 $ par action. Les résultats du premier trimestre pourraientsubir l’incidence de problèmes de livraison des marchandises par voieferroviaire dans les délais prévus.

Conclusion
Nous croyons que les conditions prévalant au sein de l’industriemaintiendront PotashCorp dans une situation favorable. Potash s’est dissociéedu cycle des produits, et ses actions sont déterminées par une offre mondialetendue, ce qui lui permettra de mettre à contribution une partie de sacapacité inutilisée pour répondre à la demande.

« Notre exercice record en 2004 est le fruit de près de vingt années deplanification judicieuse, de saine gestion et surtout, de dévouement de lapart de nos employés », a souligné le président et chef de la direction dePotashCorp, Bill Doyle. « Aujourd’hui, le monde entier achète davantage depotasse à des prix plus élevés et PotashCorp se trouve dans une positionunique pour répondre à la croissance prévue. Quant aux autres élémentsnutritifs, nous avons misé sur nos points forts, tel qu’en témoignent notremarge brute record pour l’azote et les résultats vigoureux générés par lesphosphates spéciaux. Nous sommes ravis d’avoir atteint ce niveau de rendementpour nos actionnaires et nous allons continuer à poser les jalons quiassureront la croissance soutenue de notre entreprise. L’exercice 2004 acertes été remarquable, mais à notre avis, le meilleur reste à venir. »

Notes
Les politiques comptables de la Société sont conformes aux principescomptables généralement reconnus au Canada. Tous les montants sont exprimés endollars américains.

(1) Voir le rapprochement et la description des mesures financières nonconformes aux PCGR sous la rubrique ci-jointe, intitulée « Donnéeschoisies sur les rapprochements et les mesures financières nonconformes aux PCGR ».

(2) En ce qui concerne les périodes où il y a eu constatation d’une pertenette attribuable aux actionnaires ordinaires, toute option d’achatd’actions en circulation visant les actions ordinaires de la Sociétéassorties de prix d’exercice sous-jacents inférieurs à la moyenne desprix du marché a été exclue du calcul de la perte nette par actionaprès dilution, puisque l’inclusion de ces titres aurait eu un effetantidilutif sur la perte nette par action.

Potash Corporation of Saskatchewan Inc. est la plus importante sociétéd’engrais du monde à produire les trois éléments nutritifs primaires. LaSociété est également l’un des principaux fournisseurs pour trois marchésdistincts : l’agriculture, à titre de plus grand producteur mondial depotasse, de troisième producteur en importance de phosphate et de quatrièmeplus grand producteur d’azote; la nourriture pour animaux, à titre de plusgrand fabricant mondial de phosphates fourragers; enfin, les produitschimiques industriels, à titre de principal producteur mondial de produitsindustriels à base d’azote et en tant que l’un des trois seuls fournisseursnord-américains de phosphates industriels.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

PotashCorp
http://www.PotashCorp.com

Commentaires