Ligne de temps

Prêts pour le nématode à kyste du soya?

La présence du nématode à kyste du soya est confirmée au Québec depuis 2013. Heterodera glycines a été découvert en 2012 dans un champ de Saint-Anicet, dans l’ouest de la Montérégie.

« On ne pouvait pas prédire le moment exact de la découverte du premier cas de NKS, mais on savait que le Québec ne serait pas épargné », affirme le nématologiste d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), Benjamin Mimee.

En entrevue au Bulletin des agriculteurs, Benjamin Mimee va d’un scoop : à l’automne 2013, ses collègues et lui ont aussi découvert le NKS dans plusieurs autres champs du Québec, à l’occasion d’une tournée de dépistage dans les régions de production de soya.

D’après Benjamin Mimee, le NKS est un « frère génétique » du nématode doré qui a anéanti la production de pommes de terre dans la région de Saint-Amable. Sa découverte est-elle une mauvaise nouvelle pour nos producteurs de soya?

« On n’est pas chanceux d’avoir le NKS chez nous, reconnaît le nématologiste d’AAC. C’est quand même une bonne chose qu’on l’ait découvert aussi tôt, avant que les populations ne soient élevées. Cela nous donne le temps d’en parler aux producteurs et de leur expliquer les moyens de lutte pour ne pas en arriver à des dommages économiques. »

Passer sous le radar

D’origine asiatique, le NKS est présent aux États-Unis depuis les années 1950. Depuis, il a gagné tous les États où se cultive du soya. Ce ravageur du sol est été démasqué en Ontario la première fois en 1988. « Il était probablement là depuis une vingtaine d’années, affirme Albert Tenuta, phytopathologiste en grandes cultures au ministère de l’Agricuture et de l’Alimentation de l’Ontario (MAAO). Il est capable de passer sous le radar et malheureusement, sa population avait cru à des niveaux qui provoquaient d’importantes pertes de rendement, dans certains cas au-delà de 50 %. »

Albert Tenuta croit aussi que la découverte du NKS au Québec à des niveaux de population aussi bas est une bénédiction. « Si vous le détectez tôt, vous devriez pouvoir le gérer assez facilement et avoir des impacts minimes sur vos rendements », dit-il.

Lire la suite

à propos de l'auteur

André Dumont's recent articles

Commentaires