Prison pour José Bové : vite, réformons la politique agricole !

Chantepie (France), 20 juin 2002 – Le Réseau agriculture durable s’indigne de l’incarcération de José Bové, leader de la Confédération paysanne et de Via Campesina, et témoigne sa solidarité envers lui et ses proches.

Depuis le démontage symbolique du Mac Do de Millau en 1999, José Bové n’a cessé de dénoncer avec
courage et pédagogie les aberrations de la politique agricole, dont les conséquences sur l’agriculture

durable sont dramatiques, au Nord comme au Sud : subventions à l’export et dumping, élimination des
paysans, risques sanitaires majeurs, dégradation de l’environnement.

Alors que la Commission européenne va procéder au bilan de la Politique agricole commune à miparcours,
nous alertons le Gouvernement français sur la responsabilité qu’ils porte quant aux
prochaines orientations de la Politique agricole commune.

Plus que jamais si nous voulons préserver la richesse et la diversité des campagnes européennes et
réconcilier l’agriculture avec la société, il faut réviser les fondamentaux de la Pac, et les défendre à
l’Organisation mondiale du commerce : maîtrise et localisation des productions, conditionnement des
aides au respect de l’environnement et plafonnement par actif, reconquête de l’autonomie européenne
en protéines sans OGM, encouragement des systèmes de production plus économes et plus
autonomes.

Commentaires