Prix de détail des produits de viande bovine : il y aura enquête

Québec (Québec), 27 août 2003 – La ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Mme Françoise Gauthier, annonce la formation d’un groupe de travail qui devra analyser la problématique des prix de détail du boeuf depuis l’imposition, le 20 mai dernier, de l’embargo sur les exportations canadiennes de viande bovine.

Dans un premier temps, le groupe de travail aura pour mandat de mesurer et d’expliquer les écarts entre les prix moyens hebdomadaires d’une sélection de produits de viande bovine dans les grandes chaînes d’alimentation, au Québec et dans les autres provinces, pour la période du 20 mai au 31 août 2003.

Par la suite, le groupe de travail aura la tâche d’expliquer les raisons pour lesquelles la baisse substantielle des prix payés aux producteurs de bovins ne se traduit pas par une baisse des prix au détail des produits de viande bovine pour les consommateurs du Québec. Pour ce faire, il devra tenir compte du réseau de commercialisation et des pratiques en vigueur.

« Les travaux de ce groupe permettront de mieux comprendre la dynamique qui existe entre les différents acteurs de l’industrie, à savoir les distributeurs, les transformateurs, les propriétaires d’abattoirs, les grossistes ou encore les détaillants », a déclaré la ministre.

Le groupe de travail mis sur pied par la ministre est présidé par :
M. Guy Jacob, ex-sous-ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ex-président de la Commission canadienne du lait.

Les autres membres du groupe de travail sont :
M. Michel Librowicz, professeur au Département stratégie des affaires et titulaire de la Chaire Philippe-Pariseault de formation en mondialisation des marchés de l’agroalimentaire à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal; M. Maurice Doyon, professeur adjoint au Département de l’économie agroalimentaire et des sciences de la consommation de la Faculté des sciences de l’Agriculture et de l’Alimentation de l’Université Laval.

« Nous nommons à ce comité des gens d’expérience dans le domaine de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Le prix de détail des produits de viande bovine est une question très importante pour les consommateurs québécois. C’est pourquoi ces travaux feront l’objet d’un rapport qui me sera remis le 10 octobre prochain », a conclu la ministre.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires