Programme de mise en valeur de la biodiversité des cours d’eau en milieu agricole : aide pour appuyer dix projets

Québec (Québec), 1er décembre 2005 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et député de Frontenac, M. Laurent Lessard, accorde une aide gouvernementale de 200 000 $ pour appuyer la réalisation de dix projets s’inscrivant dans le cadre du Programme de mise en valeur de la biodiversité des cours d’eau en milieu agricole. Lancé en janvier 2005, ce programme est géré par la Fondation de la faune du Québec en partenariat avec l’Union des producteurs agricoles (UPA). Il vise la mise en valeur de la biodiversité des cours d’eau en milieu agricole.

La somme consentie servira, pour l’essentiel, à appuyer les actions se rapportant aux dix projets retenus, qui touchent neuf régions agricoles du Québec. Ils couvrent une superficie totale d’environ 50 000 hectares répartis sur les bassins versants des rivières Sainte-Anne, Richelieu, Boyer, Fouquette, du Nord, Batiscan, L’Assomption, Yamaska, Ticouapé et Marguerite. Près de 500 producteurs et productrices agricoles sont associés à cette vaste opération environnementale.

« L’annonce d’aujourd’hui illustre bien l’esprit de collaboration et de partenariat qui s’est développé entre le Ministère et l’Union des producteurs agricoles en ce qui concerne la protection de l’environnement. L’intégration de la biodiversité dans nos actions conjointes est un signal fort, responsable et hautement symbolique. Il confirme notre engagement à maintenir et développer davantage, en zone rurale, un milieu soucieux des ressources et des gens. Cet apport d’argent neuf vient ainsi appuyer les efforts et les actions entreprises par les agricultrices et les agriculteurs », d’affirmer M. Laurent Lessard. En plus de cette aide financière, rappelons que les initiatives de mise en valeur de la biodiversité des cours d’eau bénéficient déjà de l’appui financier ou technique du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), notamment par l’entremise de son programme Prime-Vert. Mentionnons également que le personnel du Ministère est actif dans une cinquantaine d’organismes voués à l’amélioration des principales rivières du Québec.

« La contribution financière du ministère québécois de l’Agriculture dans le cadre du Programme est une excellente nouvelle qui méritait d’être soulignée au Congrès annuel de l’UPA », a déclaré son président, M. Laurent Pellerin. « L’annonce de partenariat du MAPAQ est en parfaite symbiose avec la thématique de notre congrès, Une agriculture qui nous rassemble. Ce projet qui rallie des producteurs et des intervenants de tous les horizons propose des solutions concrètes, réalistes et adaptées qui seront implantées à court terme. Cette vaste initiative s’inscrit dans la stratégie de développement durable que le monde agricole souhaite mettre en oeuvre au cours des prochaines années. La venue de nouveaux partenaires, comme c’est le cas aujourd’hui, permettra assurément de développer de nouveaux projets », a-t-il poursuivi.

Le président de la Fondation de la faune du Québec, M. Bernard Beaudin, a pour sa part mentionné : « Chercher des moyens d’assurer la cohabitation de l’agriculture et de la faune est maintenant une démarche reconnue au Québec grâce à l’engagement de l’ensemble des partenaires impliqués en milieu agricole. La contribution financière annoncée aujourd’hui par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation illustre bien la volonté d’un des plus importants intervenants dans ce domaine de s’investir dans l’élaboration de moyens simples, mais efficaces et d’outils concrets pour vraiment améliorer la biodiversité des cours d’eau en milieu agricole. Grâce à cette contribution majeure, les responsables de nos dix projets pilotes pourront poursuivre leurs démarches auprès des quelque 500 productrices et producteurs qui ont accepté de travailler ensemble au cours des cinq prochaines années. »

Les dix projets relatifs à la mise en valeur de la biodiversité des cours d’eau en milieu agricole permettront la sauvegarde ou l’amélioration de divers habitats riverains au bénéfice de la faune et de la flore. Leur horizon de réalisation est de cinq ans. Il est prévu que le savoir et le savoir-faire acquis déboucheront sur un guide qui servira d’ouvrage de référence pour tout autre projet de même nature auquel seront appelés à participer des agriculteurs ainsi que des partenaires du monde environnemental, municipal, communautaire et universitaire.

Rappelons que la préservation et l’amélioration de la qualité de l’eau en milieu agricole sont des préoccupations constantes des partenaires impliqués dans ce programme environnemental.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fondation de la faune du Québec
http://www.fondationdelafaune.qc.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires