Projet de recherche pour la production de carburant à partir de déchets de la pomme de terre

Grand Falls (Nouveau-Brunswick), 23 janvier 2004 – Un projet de recherche innovateur, lancé au coût de 54 750 dollars, pourrait aboutir à la fabrication de bioéthanol carburant au Centre d’excellence en agriculture et en biotechnolgie.

Le financement a été annoncé par le ministre provincial de l’Agriculture, des Pêches et de l’Aquaculture, M. David Alward, le député de Tobique-Mactaquac, M. Andy Savoy, au nom du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Bob Speller, et le Dr Yves Gagnon, président-directeur général de la Fondation de l’innovation du Nouveau-Brunwick.

Agriculture et Agroalimentaire Canada et le ministère de l’Agriculture, des Pêches et de l’Aquaculture verseront 29 750 dollars dans le cadre du programme complémentaire Canada-Nouveau-Brunswick pour l’innovation en recherche, soit un programme de transition vers le Cadre stratégique pour l’agriculture. La Fondation pour l’innovation du Nouveau-Brunswick octroiera pour sa part 25 000 dollars dans son Fonds pour la recherche et l’innovation.

« Ce projet pourrait aboutir à la transformation des déchets de pelures de pommes de terre des établissements de transformation et des rejets de pommes de terre dans la province en nouveaux produits de valeur, a affirmé M. Alward. Cela créerait de nouveaux débouchés dans le Nouveau-Brunswick rural et je suis heureux d’appuyer ces travaux. »

« Ce projet est une occasion pour notre région d’être un chef de file dans la production d’énergie innovatrice au Canada , a souligné M. Savoy. Il favorise l’exploitation judicieuse de nos ressources naturelles pour fortifier notre économie et améliorer notre environnement. C’est un type d’initiative qui démontre l’engagement de nos gouvernements à l’énergie verte, l’agriculture et le Canada rural. »

« La Fondation de l’innovation du Nouveau-Brunswick a été créée dans le but d’accroître la capacité d’innovation dans la province, a expliqué M. Gagnon. C’est ce que le projet permettra d’accomplir. Toutes les fois que nous cernons un projet susceptible de transformer des idées en nouveaux produits, en particulier en augmentant la valeur de nos ressources naturelles comme celle-ci, nous sommes là pour le soutenir. »

Toutes les parties conviennent que la concertation entre les gouvernements et l’industrie en sciences agroalimentaires et en technologie accélère le développement de nouveaux produits, soit des aliments, des boissons et des produits de santé et nutritionnels.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Centre d’excellence en sciences agricoles et biotechnologiques
http://www.cesab.org

Ministère de l’Agriculture et de l’Aménagement rural du Nouveau-Brunswick
http://www.gnb.ca/AFA-APA/IndexF.htm

Commentaires