Que nous réserve le printemps 2020? Rétrospective de l’année 2019 à la ferme Prolix

Photoreportage à la Ferme Prolix de Saint-Jean-sur-Richelieu

« De toute ma vie, je n’ai jamais vu un aussi mauvais printemps », dit Normand Gagnon. L’agriculteur âgé de 77 ans loue ses terres au clan Alix.

Pour Yvan Alix, comme pour tous les agriculteurs du Québec, les semis 2019 ont été une course épuisante contre la montre.

Marcher la terre pour étudier la portée et l’état des sols.

Trouvez la bonne profondeur du semis.

 On cherche à effectuer un semis de semence de maïs de 1,5 po à 2 po de profondeur.

Régler et ajuster le semoir plusieurs fois plutôt qu’une.

Pour Yvan Alix, la cabine du tracteur devient le bureau d’opération le jour comme la nuit.

Encore quelques ajustements nécessaires au semoir.

Recharger rapidement le réservoir d’engrais solide du semoir.

En 2019, les semis à la ferme Prolix se sont terminés le 1er juin, vingt jours plus tard que normal, à cause d’un printemps diluvien.

à propos de l'auteur

Journaliste, photographe et agroéconomiste

Nicolas Mesly

Nicolas Mesly est agroéconomiste, journaliste et photographe spécialisé dans les enjeux agroalimentaires. Il couvre les grandes cultures pour Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires