Rapport 2001-2002 du surveillant du grain

Ottawa (Ontario), 28 avril 2003 – Le ministre des Transports David Collenette, de concert avec le ministre responsable de la Commission canadienne du blé Ralph Goodale et le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire Lyle Vanclief, a annoncé la publication du deuxième rapport annuel du surveillant indépendant du grain sur le système canadien de manutention et de transport du grain.

« Ce rapport renferme une foule de renseignements et d’analyses qui seront très utiles aux intervenants », a déclaré M. Collenette. « Je suis heureux que le surveillant indépendant ait affirmé que les réformes de politiques du gouvernement du Canada avaient porté fruit en permettant de réduire l’ensemble des frais de la manutention et du transport du grain payés par les céréaliculteurs. »

« Pour bon nombre de céréaliculteurs canadiens, la campagne agricole annuelle 2001-2002 a été difficile », a affirmé M. Vanclief. « Comme le mentionne le rapport du surveillant du grain, la réforme fédérale a permis de réduire les frais de transport vers les marchés et de renforcer le rendement économique des céréaliculteurs durant cette période difficile. »

« Je suis heureux que les efforts de la Commission canadienne du blé en vue de maintenir un système efficace et abordable pour les céréaliculteurs aient été reconnus dans le rapport du surveillant indépendant », a déclaré M. Goodale. « Cette année, le rapport note que 40,9 millions de dollars épargnés lors de la campagne agricole 2001-2002 ont été retournés aux céréaliculteurs après que des améliorations eurent été apportées au programme d’adjudication de la Commission. »

Voici quelques grandes lignes du rapport :

  • Des améliorations au programme d’adjudication de la Commission canadienne du blé ont permis des économies – selon la Commission canadienne du blé – de 40,9 millions de dollars au cours de la campagne agricole 2001-2002, économies qui ont finalement été retournées aux céréaliculteurs par le biais du compte des livraisons en commun de la Commission.
  • La sécheresse qu’a connue l’Ouest canadien a eu de graves répercussions sur le système de manutention et de transport du grain. La production de grain de la campagne agricole 2001-2001 n’a été que de 42,5 millions de tonnes, une diminution de 21 p. 100 par rapport à l’année précédente.
  • Les volumes anormalement bas de grain ont entraîné un grave ralentissement de la capacité du système de manutention et de transport du grain, faisant passer le temps nécessaire pour remplir le wagon, transporter le grain à destination et vider le wagon de 16,7 à 17,5 jours, surtout en raison de la hausse de 11 p. 100 dans la moyenne des temps de trajet à vide.
  • Le temps que le grain a passé dans le système a augmenté de 4 p. 100, passant de 64,9 jours en 2000-2001 à 67,7 jours cette année – ce qui est plus bas que pour la campagne agricole 1999-2000, alors qu’on estimait ce temps à 71 jours.
  • Des gains d’efficience ont été enregistrés dans les activités portuaires, alors que le temps moyen passé dans les navires dans les ports de la côte Ouest était de 4,9 jours, une diminution de 17 p. 100.
  • La rationalisation des élévateurs à grain s’est poursuivie. Il y a maintenant 500 élévateurs primaires et de transformation enregistrés dans l’Ouest canadien, soit 281 de moins que l’an passé. Par comparaison, le millage total du réseau ferroviaire desservant les élévateurs n’a diminué que de 97 routes-miles pour passer à 18 909 routes-milles.

    Les réformes du gouvernement du Canada au système de manutention et de transport du grain annoncées en mai 2000 prévoyaient la mise en place d’un programme de surveillance par une tierce partie indépendante. En juin 2001, on a retenu les services de Quorum Corporation pour soumettre des rapports trimestriels et annuels permettant de suivre de près la restructuration de l’industrie de la manutention et du transport du grain, l’efficacité du processus d’adjudication de la Commission canadienne du blé, les relations commerciales, l’efficacité et la fiabilité du système, sa performance opérationnelle à court terme et les répercussions sur les céréaliculteurs. Les tarifs du transport et de la manutention des marchandises font aussi l’objet d’une surveillance à des points donnés de livraison du grain.

    Les renseignements offerts par le surveillant indépendant du grain serviront à mieux cerner les problèmes et à découvrir des façons d’améliorer le système de manutention et de transport du grain.

    On peut consulter le rapport en ligne à www.tc.gc.ca/pol/fr/chemins_de_fer/default_f.htm.

    Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

    Agriculture Canada
    http://Aceis.AGR.CA/

    Commission canadienne du blé
    http://www.cwb.ca/

    Office des transports du Canada (OTC)
    http://www.cta-otc.gc.ca/

    Commentaires