Réduction de la mortalité néonatale en production ovine

Ste-Foy (Québec), 5 février 2002 – Un plan de réduction de la mortalité néonatale devrait être disponible pour les entreprises ovines d’ici quelques années. Ce plan est présentement en élaboration. Il sera mis à l’essai sur les entreprises membres du Club d’encadrement technique ovin Bas-St-Laurent/Gaspésie à partir du mois de mars 2002.

La mortalité néonatale est élevée dans les entreprises ovines. Elle atteignait 19 % en moyenne, en 1998. L’objectif du plan de prévention de la mortalité sera d’abord d’identifier les facteurs de risque qui influencent le taux de mortalité néonatale, d’éliminer certains de ces facteurs puis de vérifier l’impact de ces changements sur le taux de mortalité. Son utilisation devrait contribuer à la diminution de la mortalité de la naissance au sevrage des agneaux. Les entreprises devraient donc vendre plus d’agneaux, ce qui devrait améliorer leur situation financière.

L’élaboration et l’évaluation du plan de prévention de la mortalité néonatale s’échelonneront sur une période de trois ans. Ce projet est coordonné par les agronomes du Club d’encadrement technique ovin Bas-St-Laurent/Gaspésie en partenariat avec le Centre d’expertise en production ovine du Québec et le Dr Gaston Rioux, dmv.

La réalisation de ce projet est rendue possible grâce au soutien financier du Conseil pour le développement de l’agriculture du Québec, par l’entremise du programme « Amélioration de la capacité concurrentielle ».

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Centre d’expertise en production ovine du Québec (CEPOQ)

http://www.cepoq.com/

Conseil pour le développement de l’agriculture du Québec (CDAQ)

http://www.cdaq.qc.ca/

Commentaires