Recommandations du « Rapport sur l’enregistrement des pesticides »

Toronto (Ontario), 9 mai 2002 – CropLife Canada a réservé un accueil favorable aux recommandations d’un rapport publié par Charles Hubbard, président du Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire de la Chambre des communes, afin de « protéger la santé humaine et l’environnement tout en protégeant la concurrentialité de l’agriculture et d’autres secteurs des ressources naturelles. »

« Les agriculteurs et les consommateurs du Canada ont besoin de s’appuyer

sur un système de réglementation efficace et inébranlable, a souligné Lorne
Hepworth, président de CropLife Canada. Les principales recommandations du
Comité permanent devraient accroître le soutien, la responsabilisation et
l’accessibilité prévus par le système réglementaire actuel. »

CropLife Canada revendiquait ces modifications depuis plusieurs années.
L’organisme en a tout récemment fait part au Comité permanent de la santé,
lors de son exposé présenté le 23 avril 2002 quant au projet de loi C-53 sur
les produits utilisés pour la lutte antiparasitaire. CropLife Canada a réitéré
son opinion voulant qu’agriculteurs et consommateurs doivent bénéficier de ces
changements dans les plus brefs délais.

Voici les recommandations du « Rapport sur l’enregistrement des pesticides
et la concurrentialité des agriculteurs canadiens » :

  • Création d’un poste d’ombudsman indépendant de l’Agence de
    réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLP), en vue de faciliter
    le débat sur les besoins des agriculteurs en matière de lutte
    antiparasitaire.
  • Conclusion d’une vérification de l’optimisation des ressources de
    l’ARLP par le vérificateur général du Canada.
  • Nomination d’un conseiller sur l’usage mineur des pesticides, qui
    interviendra dans la prise des décisions et l’établissement des
    politiques liées à l’enregistrement de produits indispensables, pour
    lesquels d’autres organismes ont déjà publié des données mais dont
    l’usage limité ne justifierait pas leur soumission à un nouveau
    processus d’enregistrement prolongé. La recommandation sur
    l’harmonisation des processus d’enregistrement canadiens et américains
    a également reçu un accueil favorable.

    D’après une quatrième recommandation, Agriculture et Agroalimentaire
    Canada devrait injecter annuellement un montant minimal d’un million de

    dollars pour le financement d’un programme de recherche et d’analyse visant la
    production ou le parachèvement des données qui favoriseraient l’autorisation
    ou l’expansion de l’usage mineur des pesticides. « De toute manière, ce
    financement serait insuffisant », a fait remarquer M. Hepworth, en ajoutant que
    l’exécution de ce programme exigerait un financement minimal de plusieurs
    millions de dollars par année.

    Fondée en 1952, CropLife Canada (anciennement l’Institut pour la
    protection des cultures) représente les fabricants, les concepteurs et les
    distributeurs de solutions phytoscientifiques (pesticides et semences
    génétiquement modifiées) pour l’agriculture, la foresterie et la lutte
    antiparasitaire au Canada. La Société est active sur tous les volets de la
    protection des cultures dans les exploitations agricoles au Canada.

    Le Conseil canadien de la lutte antiparasitaire en milieu urbain
    représente les fabricants, concepteurs et les épandeurs de produits pour
    jardins et pelouses utilisés pour favoriser la santé des espaces verts et pour
    prévenir les maladies et la destruction des propriétés publiques et privées.

    Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

    Conseil canadien de la lutte antiparasitaire en milieu urbain

    http://www.croplife.ca/upm/fr/UPindex_F.html

    Institut pour la protection des cultures (Crop Protection Institute)

    http://www.cropro.org

    Commentaires