Résultats de PotashCorp pour le deuxième trimestre

Saskatoon (Saskatchewan), 25 juillet 2002 – Potash Corporation of Saskatchewan
Inc. (PotashCorp) a communiqué aujourd’hui un bénéfice net de 11,9
millions $US, ou 0,23 $ par action après dilution, pour le deuxième trimestre.
Les principaux facteurs de cette réduction par rapport au bénéfice par action de 0,83 $ du deuxième trimestre de l’exercice précédent sont les prix et les marges moins élevés en ce qui concerne l’azote.

Le flux de trésorerie(1) du deuxième trimestre du présent exercice s’est
chiffré à 1,58 $ par action après dilution, soit 33 % de moins qu’au trimestre
correspondant du dernier exercice. Pour le deuxième trimestre, le bénéfice
avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (BAIIA(2)) a affiché une
meilleure performance, reculant de 28 % seulement (96,3 millions $ en 2002;
133,5 millions $ en 2001). Environ 70 % ou 26,0 millions $ de cette diminution
du BAIIA s’explique par la baisse de la marge brute de trésorerie liée à
l’azote.

Pendant le trimestre, les pertes sur les opérations de change ont réduit
le bénéfice avant impôts de 11,4 millions $, mais la majeure partie de cette
somme consiste en une écriture hors caisse ayant exercé une plus grande
influence sur le bénéfice net que sur le flux de trésorerie. La hausse de la

dépréciation et de l’amortissement, un autre élément hors caisse, a contribué
à une diminution du bénéfice d’exploitation d’une somme supplémentaire de 8,6
millions $ comparativement au deuxième trimestre du dernier exercice.

« Tout au long du trimestre, l’industrie a souffert des mauvaises
conditions printanières en Amérique du Nord. Les plantations tardives ont
réduit l’application d’engrais et exercé une pression sur les prix », a déclaré
Bill Doyle, président et chef de la direction. « Nos trois éléments nutritifs
ont tous ressenti l’effet de cette conjoncture, même si notre stratégie pour
chacun d’eux a continué de produire un bénéfice concurrentiel. »

Activités liées à la potasse

Au deuxième trimestre, les activités de la Société liées à la potasse ont

inscrit une marge bénéficiaire brute de 69,9 millions $. Les volumes de vente
sur le marché intérieur ont baissé de 8 % et ceux des ventes à l’étranger
diminuaient de 2 %.

En cumul annuel, les volumes de ventes intérieures de PotashCorp étaient
en baisse de 3 %, tandis que les ventes de ce secteur en Amérique du Nord
devraient demeurer stables. Le marché nord-américain a connu des pressions
considérables, car des concurrents cherchant à augmenter leur flux de
trésorerie ont tenté de vendre un plus grand nombre de tonnes de potasse.
PotashCorp a maintenu sa philosophie selon laquelle le prix est plus important
que les volumes, sacrifiant du coup une certaine part de marché.

Depuis le début de l’exercice, les ventes à l’exportation, bien que moins
robustes que prévu, ont quand même progressé de 7 % par rapport à l’an
dernier. Pendant le trimestre, Canpotex a continué ses expéditions à Sinochem
en Chine en vertu du contrat pour 1,3 million de tonnes conclu au premier
trimestre. Même si certaines ventes à prix réduit ont été perdues au Brésil,
les exportations vers ce pays ont augmenté par rapport au premier semestre
2001.

Les pressions exercées par la concurrence se sont traduites par une
baisse des prix, tant au pays qu’à l’étranger, par rapport au deuxième
trimestre du dernier exercice. Les prix à l’échelle nationale ont été
meilleurs qu’au trimestre précédent (en hausse de 3 %), alors qu’à l’étranger,
ils sont demeurés essentiellement inchangés.

La durée des arrêts d’exploitation de PotashCorp est passée de 8
semaines, pour le deuxième trimestre du dernier exercice, à 11 semaines pour
la même période cette année, ce qui a entraîné une augmentation des coûts par
tonne.

La marge brute totale pour les activités liées à la potasse a également
souffert de l’inscription de ses activités liées au nitrate au Chili où la
production a commencé en février 2002. L’usine de Yumbes a continué d’éprouver
des problèmes de démarrage, mais la Société prévoit les résoudre avant la fin
de l’exercice. Les prix du nitrate demeurent en baisse par rapport aux niveaux
observés à la fin des années 1990.

Activités liées au phosphate

La marge bénéficiaire brute des activités liées au phosphate s’est
établie à 12,0 millions $ au deuxième trimestre, comparativement à 16,3
millions $ pour la même période de l’exercice précédent.

Le volume des ventes d’engrais liquides et solides a diminué (23 % et
51 %, respectivement), ce qui reflète la décision de la Société de réduire la
production d’engrais phosphatés. Ce choix s’est traduit par une augmentation
de ses frais fixes par tonne, laquelle a nui à la marge bénéficiaire brute.

Les prix des engrais phosphatés ont progressé, comparativement à la
période correspondante de 2001. En effet, le prix des engrais liquides a
augmenté de 8 % et celui des engrais solides de 9 %. La faiblesse des stocks
dans l’industrie devrait jouer un rôle positif pour l’établissement des prix à
l’avenir. PotashCorp continue d’évaluer le marché afin de décider du moment
opportun pour remettre la capacité inutilisée en production.

Les volumes de vente de compléments à base de phosphate ont augmenté de
8 % par rapport au même trimestre du dernier exercice, tandis que les prix ont
reculé de 2 %. Toutefois, par rapport au premier trimestre de cette année, les
prix ont progressé de 4 %, car la concurrente a été moins forte à l’étranger.

Le prix des phosphates industriels a subi une baisse de 6 % au deuxième
trimestre, par rapport à l’exercice précédent, et de 2 % comparativement au
trimestre précédent. Cette diminution s’explique principalement par la prise
en compte de l’acide silicofluorohydrique, un sous-produit auparavant inclus
sous la rubrique « autres produits ». Exception faite de l’acide
silicofluorohydrique, les volumes de vente ont diminué de 3 % par rapport au
deuxième trimestre de l’exercice précédent et les prix ont été stables, ce qui
indique la force des prix malgré les pressions en matière de volume.

Une production moins importante et l’utilisation d’une roche en stock à
prix de revient élevé ont fait augmenter les coûts du phosphate. Les coûts de
cette roche, qui provient du déplacement dans une nouvelle zone d’exploitation
minière (NCPC), ont désormais été effacés et ils devraient aller en
s’améliorant à l’avenir. La fin de la transition vers la zone d’exploitation
minière NCPC devrait également réduire les stocks de produits au cours des 18
prochains mois.

Activités liées à l’azote

Au deuxième trimestre, la marge bénéficiaire brute des activités liées à
l’azote s’est élevée à 4,8 millions $, comparativement à 36,0 millions $ pour
le trimestre correspondant du dernier exercice. Durant le premier semestre de
2001, les prix de l’azote avait profité de l’augmentation des prix du gaz
naturel au début de l’exercice. Alors que les prix de l’ammoniac chutaient de
21 % comparativement à la même période du dernier exercice, ils ont progressé
de 20 % par rapport au trimestre précédent, en raison de l’augmentation des
prix du gaz.

Les volumes de vente des solutions d’urée et d’azote ont été en hausse au
cours du trimestre, les agriculteurs ayant utilisé moins d’ammoniac en raison
de l’humidité dans les champs. Les prix de l’urée (en baisse de 24 % par
rapport au deuxième trimestre du dernier exercice) ont souffert des ajouts de
capacité précédents. L’élément le plus défavorable a été le prix des solutions
d’urée et d’azote qui a dégringolé de 40 % par rapport au trimestre
correspondant de 2001. En conséquence, PotashCorp a interrompu la production
des solutions d’urée et d’azote à Geismar au début d’avril et elle ne l’a
reprise qu’à la fin juin.

Les opérations de couverture du gaz naturel de la Société ont procuré un
gain de 5,4 millions $ durant le trimestre, comparativement à ce que la
Société aurait payé sur le marché au comptant. Pour le trimestre correspondant
du dernier exercice, le bénéfice s’était élevé à 16,5 millions $. Selon les
cours actuels à la NYMEX, la position de couverture de la Société pour le
second semestre de 2002 est positive de 8,5 millions $ par rapport au marché,
dont 3,2 millions pour le troisième trimestre. La valeur de la position de
couverture en 2003 est de 20,7 millions $, selon les mêmes facteurs de
comparaison.

Situation financière

En cumul annuel, le flux de trésorerie est de 2,98 $ par action après
dilution. Pendant le trimestre, le flux de trésorerie a servi à terminer la
nouvelle usine de nourriture pour animaux à base de phosphate défluoré et à
poursuivre l’accroissement de 50 % de la production de son usine d’acide
épuré. Ces deux projets utiliseront la roche à prix abordable d’Aurora. En
outre, la Société a investi une somme supplémentaire de 23,0 millions $ en
achetant d’autres actions de SQM, ce qui porte son placement total à 153,5
millions $ et donne l’assurance à la Société qu’elle fera élire trois des huit
administrateurs à l’occasion de la prochaine assemblée annuelle.

PotashCorp continue de limiter ses frais de vente et d’administration,
lesquels ont augmenté de 2 % seulement par rapport à la période correspondante
de l’exercice précédent. L’impôt provincial sur l’exploitation minière a
décliné de 6 %, en raison de la diminution des volumes de vente de potasse.
Les autres produits ont progressé de 2,4 millions $, ce qui s’explique
principalement par les dividendes de 2,7 millions $ reçus de SQM cette année.

Les intérêts débiteurs se comparent à ceux du deuxième trimestre de
l’exercice précédent, mais ils représentent 5,0 millions $ de plus en cumul
annuel à cause de l’augmentation de la dette liée à l’achat de crédit-bails à
Trinidad en mai 2001.

Le taux d’imposition réel pour le trimestre était de 36 %, alors qu’il
était de 33 % au dernier exercice. Cette hausse provient d’un redressement
cumulatif effectué pendant le deuxième trimestre de 2001. PotashCorp continue
de jouir d’un bilan sain, comme en témoigne son ratio de la dette nette par
rapport au capital qui est de 41 %, c’est-à-dire le meilleur du secteur.

Perspectives

Bien que, à l’échelle nationale, la saison ait été décevante en Amérique
du Nord et que des pressions continuent de s’exercer sur les engrais, certains
facteurs fondamentaux sont positifs : les stocks de clôture de presque tous
les produits agricoles ont continué de fléchir. Selon le USDA (département de
l’Agriculture des Etats-Unis), le ratio mondial des stocks à la demande pour
les grains devrait être de 20 %, le plus bas niveau en 20 ans. Les stocks de
céréales secondaires devraient s’établir à 17,5 percent, le plus bas niveau en
25 ans.

« Ces stocks peu élevés pourraient diminuer encore plus si la culture du
mais au pays continue d’empirer cette année pendant la période critique de
pollinisation au cours des prochaines semaines », a mentionné M. Doyle. « Il y a
habituellement plus qu’un seul facteur influençant ce secteur et les
possibilités actuelles sont nombreuses. »

L’Institut potasse et phosphate rapporte que 43 % des échantillons de
sols prélevés en Amérique du Nord affichent des teneurs basses ou moyennes en
potassium, ce qui devrait favoriser de bon taux d’application à l’automne.
Ceci et le nombre accru de fermetures au troisième trimestre, le mouvement des
prix à la hausse et les signes d’une demande internationale plus forte,
devraient préserver la stabilité de la potasse.

La demande en phtalate de diallyle dépasse actuellement l’offre, en
raison des fortes exportations et de la hausse de la demande au pays. Les
statistiques du Fertilizer Institute (TFI) sur les stocks à la fin de juin
2002 montrent que le phtalate de diallyle se situe à 34 % en dessous de la
moyenne des cinq dernières années, ce qui soutient les prix. Pour ce qui est
des liquides, la demande a dépassé la production au cours des deux dernières
années, ce qui a considérablement réduit les stocks et soutenu les prix. La
nouvelle usine de nourriture pour animaux à base de phosphate défluoré de
PotashCorp, dont les coûts sont les moins élevés au monde, entrera en service
pendant le troisième trimestre, appuyant ainsi la stratégie de diversification
des activités de la Société liées au phosphate.

Les coûts du gaz naturel, le principal facteur déterminant pour le prix
de l’azote, devraient être plus élevés pendant le second semestre de
l’exercice. Etant donné la couverture presque totale de l’approvisionnement en
gaz naturel aux Etats-Unis et l’accès au gaz à faible coût à Trinidad, la
Société est avantagée lorsque les prix du gaz sont élevés.

Il se peut également que les cours du gaz augmentent en Russie si
l’établissement des prix en fonction du marché devient le signe avant-coureur
de l’admission de ce pays au sein de l’Organisation mondiale du commerce. Ceci
pourrait entraîner une diminution des exportations d’azote russe aux Etats-
Unis et donc le resserrement de l’offre et de la demande. La demande en azote
industriel montre des signes de redressement grâce à la faiblesse des taux
d’intérêt et à la demande des consommateurs. Tous ces facteurs, ainsi que la
hausse prévu de la production de phtalate de diallyle aux Etats-Unis,
favoriseraient les marchés de l’azote.

Même si les indicateurs positifs sont nombreux, ils ne se sont pas encore
manifestés. C’est pourquoi, selon la conjoncture du marché actuelle,
PotashCorp prévoit que son bénéfice du troisième trimestre 2002 s’établira
autour de 0,20 $ par action et que son bénéfice annuel sera d’environ 1,20 $
par action. Toutefois, vu le caractère imprévisible des devises étrangères,
des prix du gaz naturel et des conditions météorologiques, les résultats
pourraient différer des prévisions actuelles.

(1) Le flux de trésorerie représente les rentrées tirées des activités
d’exploitation avant les modifications au fonds de roulement. La
Société a inclus ces données parce que certains investisseurs et
analystes les utilisent pour mesurer la liquidité d’une société et
pour évaluer sa situation financière. Ces données ne sont incluses
qu’à titre indicatif. Selon les PCGR du Canada et des Etats-Unis, le
flux de trésorerie, tel qu’il est défini, n’est pas un instrument de
mesure du rendement financier. Lorsqu’ils évaluent le flux de
trésorerie, les investisseurs devraient se rappeler que les sociétés
et les analystes n’utilisent pas tous nécessairement la même méthode
de calcul.

(2) La Société a inclus les données sur le BAIIA parce que certains
investisseurs et analystes les utilisent pour mesurer la capacité
d’une société d’amortir une dette et de satisfaire à ses autres
obligations financières, ainsi que pour évaluer sa situation
financière. Ces données ne sont incluses qu’à titre indicatif. Selon
les PCGR du Canada et des Etats-Unis, le BAIIA n’est pas un
instrument de mesure du rendement financier. Lorsqu’ils évaluent le
BAIIA, les investisseurs devraient se rappeler que les sociétés et
les analystes n’utilisent pas tous nécessairement la même méthode de
calcul du BAIIA.

Potash Corporation of Saskatchewan Inc. est la plus importante société
d’engrais du monde à produire les trois éléments nutritifs primaires. La
Société est également l’un des principaux fournisseurs pour trois marchés
distincts : l’agriculture, à titre de plus grand producteur mondial d’engrais;
la nourriture pour animaux, à titre de plus grand producteur mondial de
compléments à base de phosphate; et les produits chimiques industriels, à
titre de plus gros producteur mondial de produits industriels à base d’azote
et en tant que l’un des trois seuls fournisseurs nord-américains de phosphates
industriels.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Potash Corporation of Saskatchewan Inc.

http://www.potashcorp.com

Commentaires