Sandy : moins d’impact que prévu

L’ouragan Sandy, qui a paralysé la ville de New York et causé de nombreux dégâts sur la côte est américaine, a fait plus de peur que de mal au Québec.

La province a tout de même reçu des rafales de vent violent dans la nuit de lundi à mardi. La région des Bois-Francs a enregistré des vents de 92 km/h, l’Île d’Orléans de 91 km/h, Beauport, près de Québec, de 80 km/h. Dans la région de Montréal, des vents de 89 km/h ont été enregistrés par Environnement Canada.

Peu de dommages ont été signalés, on parle de quelques arbres cassés jusqu’à présent et de nombreux abonnés sans électricité, particulièrement dans les régions des Laurentides et de Lanaudière.

En date du 30 octobre, Environnement Canada émettait tout de même des avertissements pour les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et la Côte-Nord. Il y aurait risques de déferlement de vagues sur les côtes de la vallée du Saint-Laurent. Pour ces régions et celles plus au centre du Québec, telles que le Saguenay-Lac-Saint-Jean et Charlevoix, on prévoit encore quelques périodes de pluies fortes (de 20 mm à 40 mm) et des rafales de vent pouvant aller jusqu’à 60 km/h.

Aux États-Unis

Quelques heures avant l’arrivée de Sandy aux États-Unis, le secrétaire américain à l’Agriculture, George Greig, a exhorté les producteurs à se préparer pour minimiser les dégâts. Dans un communiqué, il recommandait aux éleveurs, particulièrement ceux de l’est de la Pennsylvanie, de s’assurer d’avoir assez d’aliments et d’eau pour nourrir le bétail pendant 72 heures. Il leur suggérait de déplacer le bétail, les machineries, les céréales, les pesticides, situés normalement à basse altitude, pour éviter qu’ils ne soient inondés. Il proposait également de débrancher l’alimentation électrique des bâtiments pouvant être inondés et de s’assurer de la capacité des fosses à fumier à absorber les fortes pluies.

à propos de l'auteur

Journaliste et rédactrice en chef adjointe

Marie-Claude Poulin est journaliste et rédactrice en chef adjointe au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Marie-Claude Poulin

Commentaires