Semaine de la prévention en agriculture du 12 au 19 mars 2008 – Ne laissez pas la douleur s’installer!

Montréal (Québec), 12 mars 2008 – Mal de dos, douleur aux épaules, entorse lombaire, tendinite, bursite, épicondylite : voilà quelques-uns des troubles musculo-squelettiques (TMS) qui peuvent être liés au travail à la ferme. En agriculture, ce type de blessures figure parmi les causes les plusimportantes de lésions et représente environ 30 % du total des accidents etdes maladies acceptés par la Commission de la santé et de la sécurité dutravail (CSST) dans ce secteur. Les TMS débutent souvent par des inconforts etdes douleurs et si on les laisse s’aggraver, les conséquences peuvent êtreimportantes autant pour l’employeur que pour le travailleur. Il est possiblede prévenir ces lésions! C’est pourquoi, pour une treizième année consécutive, l’Union des producteurs agricoles (UPA), de concert avec la CSST, invite les producteurs et les travailleurs agricoles à participer à la Semaine de la prévention en agriculture, qui se déroulera du 12 au 19 mars sous le thème Ne laissez pas la douleur s’installer.

Identifier les dangers pour mieux les prévenir
Les risques de TMS peuvent être attribuables à différentes causes, commeles mouvements répétitifs, les efforts musculaires importants et continus, lespostures fatigantes et contraignantes, la compression d’une région du corps etl’exposition à des vibrations et à des chocs. Il n’existe pas de formulestoutes faites pour éliminer les risques de TMS, car les solutions doivent êtreadaptées à l’environnement de travail et à la tâche à accomplir. Il existetoutefois une démarche que tous peuvent suivre pour éliminer les risques à lasource dans leur milieu : identifier les situations à risques, corriger lasituation et contrôler en s’assurant que le risque ne revienne pas.

Les travailleurs sont bien placés pour suggérer des pistes de solution.Les moyens à mettre en place sont souvent simples et efficaces, par exemple :

  • Aménager les postes de tri de façon ergonomique, notamment grâce à des sièges amovible et ajustables, à un éclairage adéquat et à un tapis antifatigue.
  • Utiliser des accessoires de transport tels que des tables ou des chariots sur roues adaptés au champ, ce qui contribue à diminuer les déplacements avec les produits de la récolte.
  • Faire des pauses et privilégier l’alternance avec d’autres tâches pour éviter les postures contraignantes sur de longues périodes.
  • Utiliser un tabouret monopode durant la traite conventionnelle.

Des activités partout au Québec!
Les fédérations régionales de l’UPA organisent partout au Québec desateliers, des démonstrations et des rencontres concernant les TMS et d’autressujets en prévention. Tous les producteurs et les travailleurs agricolespeuvent venir y partager leurs idées et leurs façons de faire.

Des activités de sensibilisation spécifiques pour les jeunes sontégalement prévues, car les jeunes travailleurs constituent des groupesparticulièrement vulnérables en ce qui concerne les accidents du travail. Enagriculture, un accident sur quatre touche un travailleur de 24 ans ou moins.

Pour aider les producteurs et les travailleurs agricoles à discerner lesproblèmes pour ensuite y apporter les corrections appropriées, l’UPA et laCSST rendent disponible le guide La prévention des troublesmusculo-squelettiques dans le secteur de l’agriculture. Ils peuvent se leprocurer gratuitement auprès des fédérations régionales de l’UPA et desbureaux régionaux de la CSST. Le guide est également disponible sur le siteWeb de la CSST.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST)
http://www.csst.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires