Smithfield Foods publie ses résultats pour le quatrième trimestre

Virginie (États-Unis), 4 juin 2003 – Smithfield Foods, Inc. a déclaré des bénéfices de 5,1 millions $ ou de 0,05 $ par action après dilution, pour le quatrième trimestre de l’exercice 2003, ayant pris fin le 27 avril, comparativement à 24,9 millions $ ou 0,22 $par action après dilution, pour la période correspondante de l’an dernier. Lesrésultats du quatrième trimestre de l’exercice 2003 comprennent des chargesavant impôts de 2,2 millions $ ou 0,01 $ par action après dilution, imputées àdes réserves pour mauvaises créances liées à la faillite du groupe de sociétésFleming. Les ventes au quatrième trimestre ont totalisé 1,9 milliard $, ce quiéquivaut aux résultats du trimestre correspondant de l’exercice précédent.

La société a adopté une nouvelle méthode pour les résultats sectoriels.Le groupe de transformation des viandes a été supprimé; Smithfield présenteradésormais les résultats pour les secteurs du porc, du boeuf, le secteurinternational et la production porcine. Voici le chiffre d’affaires et lebénéfice d’exploitation de la société par secteur :

Résultats du quatrième trimestre
Les résultats pour le trimestre indiquent une forte rentabilité dans lessecteurs du boeuf et des viandes transformées, ce qui a quelque peucontrebalancé la faiblesse persistante des prix du porc et du porc frais.

Dans le secteur du porc, le volume de porc frais a grimpé de 3 % enraison de l’augmentation du nombre de porcs transformés. Le volume de viandestransformées a bondi de 7 %, ce qui illustre d’importantes augmentations devolume dans les catégories bacon, jambon et saucisse. La société a enregistréune croissance similaire du volume des ventes dans les domaines du servicealimentaire et détail, ainsi qu’une hausse de 23 % du volume dans le groupenouvellement constitué, Smithfield Deli.

Le secteur du boeuf a continué de dégager de solides bénéfices malgré lesprix plus élevés des bovins vivants. La demande pour tous les transformateursdemeure forte et les prix du boeuf continuent de se maintenir à des niveauxrecords. A l’échelle internationale, les résultats des activités de la sociétéen Pologne ont connu une amélioration marquée, mais ont été neutralisés enpartie par une baisse des bénéfices au Canada et au Mexique. Le trimestre del’exercice précédent affichait des marges exceptionnellement élevées auCanada. Le bénéfice d’exploitation de la production porcine a poursuivi sachute au cours du trimestre, ce qui s’explique par un recul des prix de ventemoyens et une hausse des frais d’élevage, principalement les fraisalimentaires.

« Compte tenu de cette conjoncture défavorable à la fois pour le porcvivant et le porc frais, je suis plutôt satisfait des résultats du trimestre »,a déclaré Joseph W. Luter III, président du conseil et chef de la direction.« Bien que nous nous attendions au quatrième trimestre à de meilleurs résultatsqu’au troisième trimestre, le maintien des prix du porc vivant dans la partieinférieure et médiane de la fourchette de 30 $ a entraîné des pertes pour nosactivités de production porcine. Nous avons toujours misé sur le long termepour nos activités et nous ne nous laisserons pas distraire par les facteursinfluençant le marché à court terme », a-t-il signalé.

La société a mentionné qu’elle était sur le point d’effectuer deschangements synergiques par suite de la fusion précédemment annoncée deSmithfield Packing et Gwaltney. Cette intégration entraînera la création d’uneseule entreprise comprenant deux divisions de ventes au détail et un groupe deservice alimentaire. Les deux sociétés pourront ainsi maximiser leurscapacités de fabrication et réduire les frais généraux et logistiquessuperflus. Les principaux avantages de cette fusion commenceront à êtrevisibles aux deuxième et troisième trimestres de l’exercice 2004.

Résultats pour l’exercice
Pour l’exercice 2003, Smithfield a réalisé un chiffre d’affaires de7,9 milliards $ comparativement à 7,4 milliards $ pour l’exercice précédent,ce qui représente une progression de 7 %. Le bénéfice net s’est chiffré à26,3 millions $, ou 0,24 $ par action après dilution, comparativement à196,9 millions $, ou 1,78 $ par action après dilution l’an dernier. Les deuxexercices ont enregistré un gain de 1 % sur les éléments inhabituels.

Le bénéfice d’exploitation du porc a bondi de 13 %, en raison de la netteamélioration des marges dans les viandes transformées, ce qui a largementcompensé les faibles marges pour le porc frais. Le volume de porc frais aaugmenté de 2 % alors que celui des viandes transformées a progressé de 8 %;la croissance du volume a été importante dans plusieurs autres catégories. Levolume de porc Lean Generation de Smithfield a affiché une croissance de 4 %pour atteindre un volume annuel de 108 millions de livres. Les résultats desactivités du boeuf, acquises au cours de l’exercice 2002, s’appliquent à toutl’exercice, et font ressortir des marges considérablement améliorées parrapport à l’an dernier. Les bénéfices des activités internationales ont grimpéde 60 %, Animex de Pologne ayant connu sa première année rentable sous lecontrôle de Smithfield, ce qui constitue un redressement par rapport à laperte appréciable subie l’an dernier. Schneider du Canada a également obtenud’excellents résultats.

Le bénéfice d’exploitation des activités de production de porc vivant deSmithfield a reculé, affichant une baisse de 375 millions $ par rapport à l’andernier. En effet, les prix du porc vivant ont été inférieurs de 21 % ou de22 $ par tête en moyenne à ceux de l’exercice de 2002, les coûts d’élevageayant augmenté, principalement les frais alimentaires.

M. Luter a précisé que bien que les douze derniers mois aient étédifficiles pour la production du porc frais et du porc vivant, le déclin pourle porc vivant n’a pas été aussi marqué qu’en 1998 où les prix avaient atteintleur plus bas niveau en 50 ans. En général, la production du porc frais et duporc vivant ont des cycles qui se compensent, mais ce ne fut pas le cas en2003.

Jetant un coup d’oeil au premier trimestre de l’exercice 2004, M. Luter adéclaré : « Les premiers signes sont très encourageants. Les prix du porcvivant ont grimpé de près de 30 % au cours des 60 derniers jours et les prixdu porc frais sont en progression. Bien que les marchés du porc vivant soientsouvent instables et imprévisibles, les marchés des contrats à termenormalisés prédisent actuellement un marché ferme pour le porc vivant pour lapériode de l’été et le début de l’automne. De plus, les activités du boeufenregistrent des bénéfices qui se rapprochent des records. La combinaison defacteurs tels que des produits du boeuf de qualité, des prix du porc vivantplus près de la normale, une demande croissante pour de la viande fraîche etun marché très ferme de viandes transformées me rend optimiste au momentd’amorcer l’exercice 2004 », a-t-il affirmé.

Smithfield Foods, qui réalise un chiffre d’affaire annualisé de huitmilliards de dollars, est le plus important transformateur et distributeur deporc frais et de viandes transformées des Etats-Unis, ainsi que le principalproducteur de porcs vivants. Pour obtenir de plus amples renseignements,consultez le site de la société à l’adresse www.smithfieldfoods.com.

Le présent communiqué peut renfermer des énoncés « prospectifs » au sensdes lois fédérales américaines sur les valeurs mobilières. Les énoncésprospectifs peuvent contenir des déclarations au sujet des perspectivesd’avenir de la société, ainsi que des déclarations représentant ses opinions,projets et stratégies d’avenir, ou des événements prévus, ainsi que d’autresexpressions de même nature qui ne portent pas sur des faits rétrospectifs. Lesénoncés prospectifs sont soumis à des facteurs de risque et d’incertitudesusceptibles d’entraîner des écarts considérables entre les prévisions et lesrésultats. Ces risques comprennent notamment l’offre et le prix duporc vivant, des matières brutes et des fournitures, les coûts liés àl’élevage, le prix de vente des produits, la concurrence et les conditions dumarché, le rendement de l’exploitation, l’accès à du capital, lescoûts liés à l’adoption de mesures pour se conformer aux normesenvironnementales et sanitaires, les conséquences défavorables des litiges encours, ainsi que les mesures prises par les gouvernements nationaux etétrangers.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Smithfield Foods, Inc.
http://www.smithfieldfoods.com

Commentaires