Solidarité rurale du Québec se réjouit de l’arrivée de Gendron

Paris (France), 31 janvier 2002 – Malgré qu’il soit à Paris pour un important
congrès sur la question du territoire organisé notamment par l’OCDE, Jacques Proulx, le président de Solidarité rurale du Québec, a déclaré « se réjouir de l’arrivée au sein de l’équipe du ministre Gilles Baril de François Gendron. Je
le connais assez pour savoir que dans notre longue, et parfois ardue,
négociation avec l’Etat pour obtenir la politique nationale sur la ruralité,

il fut un allié. De plus, la forêt, ou plutôt la réforme de sa gestion,
pourrait constituer un ancrage solide et prometteur pour une relance de
plusieurs villages. Néanmoins le ministre devra se hâter lentement car le
gouvernement n’a pas, depuis l’annonce du 6 décembre, répondu aux questions
nombreuses des ruraux sur le sens exact et précis de sa fameuse politique
rurale. Nous sommes un peu dans le flou malgré que nous soyons toujours
optimistes. Le ministre n’a plus grand temps pour réaliser la volonté de
l’actuel gouvernement de relancer les villages sur la voie de la prospérité.
D’ailleurs et malgré ce qu’a dit l’ancienne ministre des affaires municipales
sur le territoire, ici, place de Paris, la gestion du territoire ne saurait se
réduire à la seule élaboration d’un projet urbain. Or, la politique rurale débute par une déclaration qui nous rassurait.
Maintenant François Gendron doit mettre le pied à terre. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Solidarité rurale

http://www.solidarite-rurale.qc.ca/

Commentaires