Stocks de céréales au 31 juillet 2005

Ottawa (Ontario), 13 septembre 2005 – Les stocks totaux de céréales et de graines oléagineuses, y compris les stocks commerciaux et ceux à la ferme, sont demeurés à des niveaux nettement supérieurs à leur moyenne décennale, selon une enquête menée auprès des agriculteurs et des détenteurs de céréales commerciales.

Les estimations des stocks totaux de blé sauf le blé dur, le blé durum, l’orge, l’avoine et le canola, ont toutes augmenté par rapport à 2004. Les stocks de pois de grande culture se sont situés à un sommet sans précédent, tandis que les stocks de lin sont tombés à un creux jamais atteint.

Les stocks de maïs à la ferme dans l’Est ont augmenté, ayant affiché des valeurs records en Ontario et au Québec. Les stocks de soya à la ferme se sont aussi accrus en Ontario et au Québec, un approvisionnement record de soya ayant été rapporté en Ontario.

Les stocks totaux d’orge sont bien supérieurs à la moyenne
Les stocks commerciaux d’orge et les stocks d’orge à la ferme ont atteint un total de 3,5 millions de tonnes, ce qui constituait un bond par rapport aux 2,1 millions de tonnes de juillet 2004 et le plus haut niveau depuis le sommet de 5,1 millions de tonnes atteint en 1983. La moyenne quinquennale récente est de 2,2 millions de tonnes. Toutes les provinces des Prairies ont fait état d’augmentations considérables des stocks à la ferme. La Saskatchewan a ouvert la voie avec une hausse de ses stocks de 120 %, qui les a portés à 1,1 million de tonnes, tandis que les agriculteurs du Manitoba et de l’Alberta ont déclaré des gains de 75 % et de 60 %, respectivement.

Hausse des stocks totaux de blé par rapport à 2004
Les stocks totaux de blé au Canada, qui comprennent les stocks commerciaux, étaient estimés à 7,9 millions de tonnes cette année, soit 31,4 % ou 1,9 million de tonnes de plus qu’en juillet 2004.

Les stocks totaux de blé à la ferme dans les provinces des Prairies ont grimpé de 90,6 % par rapport à juillet 2004, malgré l’utilisation de grandes quantités de blé pour l’alimentation du bétail. Les agriculteurs ont déclaré 3,0 millions de tonnes de stocks de blé à la ferme en juillet, en hausse de 1,4 million de tonnes. La production de blé a été importante en 2004, mais la récolte a été de piètre qualité et les prix faibles.

Les stocks totaux de blé dur ont affiché une nette progression depuis le bas niveau de 2004 (+40,9 % ou +732 000 tonnes), ce qui les a portés à 2,5 millions de tonnes. La moyenne décennale est de 1,7 million de tonnes.

Les stocks de blé dur à la ferme ont affiché une progression semblable (+40,6 %) pour atteindre 1,0 million de tonnes, soit le double de la moyenne décennale. Les agriculteurs des principales provinces productrices de blé dur, la Saskatchewan et l’Alberta, ont fait état d’augmentations des stocks de 43,3 % et de 31,8 %, respectivement, par rapport à 2004.

Les approvisionnements de blé dur ont été considérables en 2004-2005, mais ceux de bonne qualité, restreints. Comme les marchés d’exportation ont été limités par l’ampleur des stocks de l’Union européenne (UE), qui ont eu tendance à faire baisser les prix, et que les occasions de livraisons ont été rares, les stocks canadiens des catégories de moindre qualité de blé dur ont crû.

Les stocks de canola dépassent nettement la moyenne décennale
Les stocks totaux de canola se sont établis à 1,6 million de tonnes, soit 1,0 million de tonnes de plus que le niveau de 609 000 tonnes observé en 2004. Cette augmentation a placé le volume total des stocks de canola au-dessus de la moyenne décennale de 913 000 tonnes pour le 31 juillet. On a signalé des augmentations des stocks commerciaux et au niveau de la ferme au Canada. Il y a également eu des hausses dans les trois provinces des Prairies, dont chacune a déclaré des volumes de canola supérieurs à leur moyenne décennale.

Les approvisionnements de canola en 2004-2005 ont été les plus élevés depuis 2000-2001, et il semble que les agriculteurs ont gardé leur canola à la ferme en prévision d’une amélioration des prix. Bien que considérables, les exportations de canola broyé d’origine intérieure ont constitué un recul par rapport à 2003-2004, ce qui a laissé des stocks de fermeture élevés à la fin de l’année.

Les stocks d’avoine sont en hausse
Les stocks totaux d’avoine ont atteint 988 000 tonnes, soit 25,4 % de plus que le niveau de 2004 et davantage que les moyennes quinquennale et décennale récentes. Les niveaux des stocks à la ferme dans les Prairies ont également été élevés, ayant progressé de 25,0 % depuis juillet 2004 pour atteindre 775 000 tonnes. Le sommet des estimations des stocks à la ferme de 900 000 tonnes remonte à l’an 2000.

Des stocks imposants au début de 2004-2005 se sont conjugués à une bonne production pour donner les plus importants approvisionnements d’avoine depuis plusieurs années. Malgré certains problèmes de qualité attribuables à une récolte tardive et malgré le maintien des subventions à l’exportation d’avoine de l’UE aux États-Unis, les exportations canadiennes d’avoine et de leurs produits aux États-Unis ont augmenté pour atteindre presque 1,7 million de tonnes. La vigueur du dollar canadien par rapport à la devise américaine et l’ampleur de la récolte de maïs aux États-Unis ont eu un effet d’entraînement sur les prix tout au long de l’année, mais ces derniers sont demeurés plus élevés que ceux des céréales fourragères canadiennes concurrentes. L’imposant stock à la ferme en fin d’année contribuera à assurer des approvisionnements suffisants pour 2005-2006.

Les stocks totaux de lin tombent à un creux record
À la suite de la piètre récolte de 2004 et à d’importantes livraisons déclenchées par le niveau élevé des prix, les stocks de lin ont atteint un creux inégalé de 30 000 tonnes. Ils se situaient à 93 000 tonnes en juillet 2004 et étaient nettement moins élevés que le précédent creux de 41 000 tonnes, qui datait de 1998. Les stocks commerciaux et, à l’échelon provincial, les stocks détenus à la ferme ont partagé le même sort. Les exportations et l’utilisation intérieure de lin ont été limitées par la faiblesse des approvisionnements et les prix élevés.

En Saskatchewan, d’où vient la majorité du lin canadien, les stocks ont chuté de 66,7 %, n’étant plus que de 15 000 tonnes.

Les pois secs de grande culture atteignent de nombreux sommets
Les stocks à la ferme et commerciaux dans les Prairies ont atteint des niveaux records. Les stocks totaux de pois de grande culture étaient de 595 000 tonnes, en hausse de 390 000 tonnes par rapport à 2004, ayant facilement dépassé le précédent sommet de 400 000 tonnes, qui datait d’il y a 5 ans.

Des niveaux records de stocks à la ferme en Saskatchewan et en Alberta ont également été observés, les estimations ayant atteint 220 000 tonnes et 80 000 tonnes, respectivement. La production record de pois au Canada et aux États-Unis et une offre abondante d’autres céréales fourragères ont infléchi les prix des pois, tandis que les taux élevés de fret maritime ont limité la demande d’exportation en début de campagne agricole. La demande de pois de provende de l’UE en fin d’année a fini par propulser les exportations à plus de 1,9 million de tonnes. Cependant, il y a encore eu de forts volumes de pois reportés à la campagne agricole 2005-2006.

Les stocks de maïs-grain à la ferme atteignent des sommets au Québec et en Ontario
Les stocks de maïs-grain à la ferme au Québec ont crû de 58,3 % pour atteindre 950 000 tonnes, ayant supplanté le sommet de 600 000 tonnes atteint en 2004. Les stocks de maïs à la ferme en Ontario ont crû de 25,0 % pour se situer à 1,3 million de tonnes. Le précédent sommet, datant de juillet 2004, était de 1,0 million de tonnes.

Les stocks de soya à la ferme ont fait un bond en Ontario et au Québec, qui les a portés à 185 000 tonnes par rapport aux 55 000 tonnes en juillet 2004. À 150 000 tonnes, l’estimation pour le soya à la ferme en Ontario a facilement dépassé le précédent sommet de 110 000 tonnes, qui remontait à cinq ans.

Les estimations de stocks commerciaux de maïs et de soya seront publiées dans la publication Estimation de septembre de la production des principales grandes cultures, qui paraîtra le 5 octobre.

Stocks totaux de cultures principales et spécialisées au 31 juillet
Culture200420052004 à 2005
 en milliers de tonnesvar. en %
Tout le blé6080799231,4
Blé sauf blé dur4291547127,5
Orge2102348966,0
Blé dur1789252140,9
Canola6091629167,5
Avoine78898825,4
Pois de grande culture205595190,2
Lentilles38245544,7
Graines de moutarde92194110,9
Graines de l’alpiste des Canaries67170153,7
Lin9330-67,7
Graines de tournesol2518-28,0

La publication Série de rapports sur les grandes cultures : Stocks de céréales canadiennes au 31 juillet 2005, vol. 84, no 6 (22-002-XIB, 12 $ / 71 $; 22-002-XPB, 17 $ / 95 $) est maintenant en vente.

Note aux lecteurs
L’Enquête agricole de juillet auprès de 17 600 exploitants agricoles a été menée par entrevue téléphonique et par Internet du 20 juillet au 5 août. Les agriculteurs ont été invités à indiquer les quantités de céréales, de graines oléagineuses et de cultures spécialisées entreposées à la ferme.

Les chiffres sur les stocks commerciaux de céréales de l’Ouest proviennent surtout de la Commission canadienne des grains. Les chiffres sur les stocks commerciaux de cultures spécialisées proviennent d’une enquête menée auprès des manutentionnaires et des agents de commercialisation des cultures spécialisées.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires