Suivi 2007 du Portrait agroenvironnemental des fermes du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Saint-Bruno-de-Guigues (Québec), 7 octobre 2009 – Au cours des dix dernières années, les producteurs et les productrices agricoles de l’Abitibi-Témiscamingue, forts du soutien des deux paliers de gouvernement, ont adopté des pratiques agroenvironnementales qui ont eu des incidences positives sur la protection de l’environnement de leur région, comme le confirme le Suivi 2007 du Portrait agroenvironnemental des fermes du Québec, qui fait suite à un vaste sondage effectué en 2007 et visant les agriculteurs québécois.

C’est ce que révèlent les principaux résultats régionaux rendus publics aujourd’hui par Mme Line Charland, directrice de la Direction régionale de l’Abitibi-Témiscamingue-Nord-du-Québec du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, et par M. Mychel Tremblay, président de la Fédération de l’Union des producteurs agricoles de l’Abitibi-Témiscamingue, à l’occasion d’une conférence de presse tenue à la Ferme Allfond, propriété de Mme Karine Bougie et de M. Benoît Lafond.

« Je tiens à mentionner que, comme ceux des autres régions du Québec, les producteurs agricoles de l’Abitibi-Témiscamingue ont travaillé fort au cours des dernières années pour réaliser des progrès en matière de protection de l’environnement. Dans l’optique d’augmenter les gains environnementaux dans les entreprises agricoles de la région, la formule du partenariat est privilégiée pour nous donner une vision commune des problèmes, puis nous employer à mettre en place des solutions adaptées à notre agriculture. La fédération régionale de l’UPA et les clubs-conseils en agroenvironnement ont été et sont encore nos partenaires dans les dossiers majeurs de la région », a déclaré Mme Line Charland.

Pour sa part, M. Mychel Tremblay a souligné le chemin parcouru depuis le déploiement de la Stratégie agroenvironnementale régionale il y a dix ans : « La Stratégie se voulait novatrice, mobilisatrice et à l’image des fermes témiscabitibiennes. Il est clair que nous sommes très fiers des résultats obtenus jusqu’à présent. Depuis 1998, ce sont 67 activités et projets qui ont été réalisés, réunissant 2 560 participants et participantes. C’est aussi plus de 10 millions de dollars qui ont été investis par les producteurs et productrices agricoles de la région pour la sauvegarde des ressources agricoles. Ce succès est issu de la grande volonté d’agir des agriculteurs et des agricultrices, ainsi que de l’adhésion des partenaires de différents secteurs d’activité à la vision du développement durable de l’agriculture en Abitibi-Témiscamingue. »

Fruit d’une collaboration entre le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, l’Union des producteurs agricoles et Agriculture et Agroalimentaire Canada, le Sondage sur les pratiques agroenvironnementales 2007 est le résultat d’une démarche rigoureuse et structurée qui a permis de mesurer l’évolution des pratiques des exploitations agricoles depuis l’établissement, en 1998, d’un vaste portait agroenvironnemental réalisé dans l’ensemble des fermes du Québec.

Le rapport complet de l’étude de même que des documents d’information complémentaires sont publiés dans le site Internet

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
http://www.agr.gc.ca

Clubs-conseils en agroenvironnement
http://www.clubsconseils.org

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires