Superficie record de maïs-grais ensemencée au Québec

Ottawa (Ontario), 25 juin 2007 – Les agriculteurs des Prairies ont indiqué avoir ensemencé une superficie record en canola et en pois de grande culture. Au Québec, une superficie record a été ensemencée en maïs-grain.

Selon les données de l’Enquête sur les fermes de juin, la plus grande enquête de Statistique Canada sur les superficies menée auprès de 29 000 agriculteurs canadiens, les agriculteurs des Prairies ont ensemencé plusieurs superficies record en grandes cultures et ont augmenté la superficie de céréales servant à l’alimentation animale. Par ailleurs, les agriculteurs de l’Ontario et du Québec ont semé davantage de maïs-grain.

À la fin de la période d’enquête (du 25 mai au 5 juin), les agriculteurs ont indiqué que l’ensemencement était presque terminé pour 2007. Les agriculteurs du Manitoba ont indiqué qu’un peu plus de 90 % des champs étaient ensemencés, tandis que l’ensemencement de la superficie de la Saskatchewan et de l’Alberta était achevé à environ 85 %.

Les conditions d’humidité du sol dans l’ensemble des provinces des Prairies étaient classées de satisfaisantes à bonnes. On peut trouver un excès d’humidité dans les régions du nord et de l’est du Manitoba, de l’est et du nord-est de la Saskatchewan ainsi que dans les régions du nord-ouest, du centre-ouest et de la rivière de la Paix de l’Alberta. Dans les zones non ensemencées, les agriculteurs peuvent apporter quelques changements de dernière minute en passant à des variétés ou à des cultures à croissance plus rapide, parce que le temps frais et humide se prolonge jusqu’à la fin de la saison d’ensemencement. Dans certaines régions, des champs resteront non ensemencés.

Dans l’Est du Canada, la superficie ensemencée en maïs-grain a augmenté de façon significative, tandis que la superficie en soya s’est accrue légèrement.

Divergence des tendances pour les oléagineux
Les agriculteurs des Prairies, qui s’attendaient à une forte demande et à des prix plus élevés que ceux connus depuis un certain temps, ont indiqué qu’ils ont ensemencé une superficie record de 14,5 millions d’acres en canola, soit 17,2 % de plus qu’en 2006. Le sommet précédent de 14,2 millions d’acres avait été atteint en 1994. Les mauvaises conditions climatiques à la fin de la saison d’ensemencement pourraient obliger les agriculteurs à adopter des variétés tardives de canola.

Des augmentations de la superficie ensemencée ont été indiquées dans les trois provinces des Prairies, et toutes les superficies sont supérieures à la moyenne quinquennale. La superficie ensemencée de la Saskatchewan a affiché la plus forte augmentation, soit 1,2 million d’acres de canola, pour un total de 7,2 millions d’acres.

Dans les provinces des Prairies, la superficie ensemencée en lin a chuté de 34,4 % pour s’établir à 1,3 million d’acres. La moyenne quinquennale est de 1,9 million d’acres. Le secteur épuise encore les forts approvisionnements des deux dernières campagnes agricoles.

Les producteurs des trois provinces des Prairies ont indiqué des reculs de la superficie à des niveaux inférieurs à leur moyenne quinquennale. En Saskatchewan, où la plupart du lin canadien est cultivé, la superficie ensemencée a régressé de 469 900 acres pour s’établir à 1,1 million d’acres.

La superficie de blé de printemps diminue, tandis que la superficie de blé dur augmente
Les agriculteurs des Prairies ont indiqué qu’ils avaient semé beaucoup moins de blé de printemps. Les ensemencements totaux ont fléchi de 19,0 % pour se fixer à 14,8 millions d’acres, soit la plus faible superficie enregistrée depuis 1970. La moyenne quinquennale est de 18,2 millions d’acres. La recherche de meilleurs rendements et l’augmentation des prix des engrais ont poussé les agriculteurs des Prairies à substituer d’autres cultures au blé de printemps. Les mauvaises conditions d’ensemencement ont également incité les agriculteurs à passer du blé à des cultures à croissance plus rapide, telles l’orge et l’avoine.

Les agriculteurs de la Saskatchewan ont ensemencé 2,1 millions d’acres de moins en blé de printemps pour un total de 7,5 millions d’acres. Les superficies de blé de printemps indiquées dans toutes les provinces des Prairies étaient inférieures à leur moyenne quinquennale.

À l’opposé du recul du blé de printemps, la superficie ensemencée en blé dur a augmenté d’un million d’acres pour s’établir à 4,8 millions d’acres. La superficie ensemencée en blé dur a varié considérablement au cours de la dernière décennie.

La superficie de blé dur a crû en Saskatchewan et en Alberta, où presque tout le blé dur canadien est cultivé, mais est demeurée inférieure à la moyenne quinquennale dans chaque province.

L’orge et l’avoine sont en hausse, et la superficie de pois de grande culture atteint un sommet
Les agriculteurs des Prairies ont ensemencé 10,3 millions d’acres en orge, en hausse de 1,8 million d’acres par rapport aux 8,5 millions d’acres ensemencées en 2006. Malgré cette augmentation, la superficie demeure inférieure à la moyenne quinquennale de 10,5 millions d’acres. Les agriculteurs peuvent avoir été encouragés à semer davantage d’orge en raison des retards d’ensemencement, particulièrement en Alberta, ainsi qu’en raison de l’augmentation des prix liés principalement au cours élevé du maïs à l’échelle internationale.

Les trois provinces des Prairies ont semé davantage d’orge cette année. La superficie ensemencée en orge a atteint la moyenne quinquennale au Manitoba et en Alberta, mais la superficie de la Saskatchewan était inférieure à cette moyenne.

Les agriculteurs des Prairies ont semé plus d’avoine cette année, en hausse de 8,1 % pour atteindre 4,9 millions d’acres.

Les agriculteurs du Manitoba et de la Saskatchewan ont semé davantage d’avoine, tandis que les agriculteurs de l’Alberta ont ensemencé 219 200 acres de moins pour une superficie de 1,1 million d’acres.

La superficie totale en pois de grande culture des provinces des Prairies a atteint un sommet, enregistrant une hausse de 16,8 % pour s’établir à 3,6 millions d’acres. La superficie de pois de grande culture a régulièrement augmenté au cours de la dernière décennie. L’offre de pois s’est resserrée après deux années d’approvisionnements abondants. Les entreprises de cultures spéciales ont réagi en proposant des prix près du sommet atteint pour les pois semés ce printemps.

La superficie de pois de grande culture s’est accrue dans chacune des trois provinces et a atteint un sommet en Saskatchewan, où les agriculteurs ont ensemencé 2,9 millions d’acres de pois de grande culture, en hausse par rapport aux 2,4 millions d’acres ensemencées en 2006.

Les agriculteurs de l’Ontario et du Québec sèment beaucoup plus de maïs-grain
Les agriculteurs du Québec ont indiqué une superficie ensemencée record de 1,1 million d’acres de maïs-grain, en hausse de 17,1 % par rapport à 2006. Il s’agit d’une superficie ensemencée supérieure de 7 400 acres au sommet précédent atteint en 2002. Les agriculteurs de l’Ontario ont ensemencé 2,1 millions d’acres, soit 34,4 % de plus qu’en 2006 et une superficie d’à peine 50 000 acres inférieure au sommet atteint en 1981.

Les agriculteurs de l’Ontario ont ensemencé 995 000 acres en maïs génétiquement modifié, ce qui représente 47 % de la superficie ensemencée en maïs-grain de la province. Les agriculteurs du Québec ont ensemencé 580 700 acres en maïs-grain génétiquement modifié, soit 52 % du total des acres ensemencées de la province.

Les agriculteurs de l’Ontario ont semé davantage de soya, en hausse de 3,9 % pour une superficie de 2,2 millions d’acres, tout juste 85 000 acres en deçà des sommets atteints en 2004 et en 2005. Les agriculteurs du Québec ont ensemencé 434 900 acres de soya, en baisse de 9,5 %.

La superficie en soya génétiquement modifié s’établissait à 1,1 million d’acres, soit 49 % des ensemencements totaux de soya en Ontario. Les agriculteurs du Québec ont ensemencé 207 600 acres, soit 48 % de leur superficie, en soya génétiquement modifié.

Ensemencement des principales cultures en 2007, et production révisée de 2006 
CultureRévisions de 2006Mars 2007Juin 2007Année 2006 à juin 2007Novembre 2006Révisions de 2006
 en milliers d’acresvariation en %en milliers de tonnes
Tout le blé24 24923 75921 701-10,527 27725 265
Blé de printemps18 74317 08015 211-18,820 05218 617
Canola12 42214 83114 58617,49 1058 513
Orge9 11810 81210 86319,110 0059 573
Jachère8 6178 0457 650-11,2
Avoine5 0995 6825 3915,73 6023 852
Blé dur3 7954 9504 81526,93 8213 346
Pois secs de grande culture3 1163 5653 63016,52 8062 520
Maïs-grain2 7013 5113 47428,69 2688 990
Soya2 9982 9312 916-2,83 5333 466
Blé d’hiver11 7111 7291 675-2,13 4033 302
Lentilles1 2761 2701 3354,6693630
Lin1 9891 4301 305-34,41 041989
Graines de l’alpiste des Canaries33541044532,8117133
Graines de moutarde33142043531,5116108
Pois chiches31952043034,8182163
Seigle d’automne1482307295-38,9302383
Graines de tournesol1901851900,0153157
n’ayant pas lieu de figurer
1.La superficie restante après l’hiver.

La publication Série de rapports sur les grandes cultures : «Estimations provisoires de la superficie des principales grandes cultures, Canada», 2007, vol. 86, no 4 (22-002-XIF, gratuite), est maintenant accessible à partir du module Publications de notre site Web.

Note aux lecteurs
À la suite de la diffusion des données du Recensement de l’agriculture de 2006 le 16 mai 2007, les estimations des superficies des grandes cultures et de la production contenues dans la Série de rapports sur les grandes cultures ont été révisées, lorsque cela s’imposait, afin de les harmoniser avec celles du recensement.

Veuillez noter qu’un tableau comprenant les révisions de la production nationale pour 2006 est joint au présent communiqué. Les révisions de la production provinciale de 2006 sont également maintenant accessibles dans CANSIM.

Les tableaux de bilan à l’échelle nationale et à l’échelon des fermes contenant les estimations de production révisées de 2006 se trouvent également dans CANSIM.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires