Troisième diminution consécutive de l’indice des prix agricoles

Montréal (Québec), 19 mars 2002 – En février, l’Indice des prix des
marchandises de la Banque de Montréal a enregistré une hausse modérée de
2,1 %, alors que les producteurs ont continué de puiser dans leurs stocks,
selon le rapport le plus récent de la Banque de Montréal.

« Malgré la légère progression de l’ensemble de l’économie, les stocks de

nombreuses marchandises restent élevés, ce qui ralentit la remontée globale
des prix », a déclaré Earl Sweet, économiste en chef adjoint de la Banque de
Montréal. « Les marchés des marchandises connaîtront vraisemblablement un
resserrement au cours du deuxième trimestre alors que la croissance économique
s’affirmera en Amérique du Nord et à l’étranger. L’augmentation prévue de la
consommation d’énergie, de métaux et de produits forestiers ramènera les
stocks à des niveaux plus normaux et accentuera la pression à la hausse sur
les prix. »

L’Indice des prix des marchandises de la Banque a terminé le mois à 99,2
(1993=100), soit 25,5 % de moins qu’en février 2001. Une bonne
partie de cette baisse annuelle peut être attribuée à la catégorie de
l’énergie, qui a diminué de plus de 48 % par rapport à son sommet
spectaculaire de 12 mois plus tôt.

En février, le sous-indice du pétrole et du gaz a augmenté de 2,1 %, car
une baisse soutenue des cours du gaz naturel a été plus que neutralisée par un
bond des cours du pétrole brut. Les prix du pétrole brut ont augmenté
d’environ 5 % en février et ont bondi encore plus vivement au début de mars.

« Le marché pétrolier a été effrayé par l’escalade de la violence au Moyen
Orient, les répercussions décalées des baisses de production décrétées par
l’OPEP en janvier et l’extension possible de la campagne militaire américaine
à l’Irak », a déclaré M. Sweet.

En février, le sous-indice des produits forestiers a augmenté de 2,9 %,
soit sa deuxième augmentation mensuelle consécutive. Encore une fois, la
hausse des prix des produits en bois a plus que neutralisé une certaine baisse

des cours des pâtes et du papier journal. « La vigueur étonnante de la
construction d’habitations en Amérique du Nord a stimulé la demande de
matériaux de construction comme le bois d’oeuvre, le contreplaqué et les
panneaux à copeaux orientés », a déclaré M. Sweet. « Par contre, le marché des
pâtes et papiers est resté faible en raison d’une demande restée molle et de
la remise en exploitation de certaines usines qui avaient été fermées vers la
fin de 2001. »

En février, le sous-indice des métaux et minéraux a augmenté plus
modérément, soit de 1,3 %, notamment grâce à une hausse de 3,7 % du cours du
cuivre. « Bien que les métaux ne connaissent pas vraiment une hausse
fulgurante, il vaut la peine de noter que les prix dans cette catégorie ont
connu quatre mois consécutifs de hausse », a ajouté M. Sweet.

Les prix agricoles, qui avaient précédemment offert un certain soutien à des marchés des marchandises par ailleurs amorphes, ont connu en février une troisième diminution consécutive, en baisse de 1,1 %. Néanmoins, à la différence des autres catégories, le sous-indice des prix de l’agriculture reste supérieur à son niveau de l’année précédente. La Banque fait observer que bien que les prix du blé soient inférieurs de près de 5 % à ceux de l’année précédente, ceux du canola sont en hausse de 21 % en raison d’une demande relativement vigoureuse et d’une baisse des stocks.

Indice des prix des marchandises de la Banque de Montréal – Février 2002
————————————————————————-
Variation en % par rapport à
Niveau de février 2002 —————————-
1993 = 100 janvier un an plus tôt
————————————————————————-
Toutes les marchandises 99,2 2,1 -25,5
————————————————————————-
Pétrole et gaz 113,1 2,1 -48,4
————————————————————————-
Métaux et minéraux 101,0 1,3 -7,8
————————————————————————-
Produits forestiers 94,1 2,9 -9,8
————————————————————————-
Agriculture 80,0 -1,1 0,6
————————————————————————-

Le rapport intégral sur l’Indice des prix des marchandises de la Banque
de Montréal est accessible sur son site.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Banque de Montréal

http://www.bmo.com/francais/index.html

Commentaires