Ultramar projette la construction d’un pipeline entre Lévis et Montréal-Est

Montréal (Québec), 14 février 2005 – La pétrolière Ultramar Ltée annonce qu’elle poursuit ses études en vue de la construction d’un pipeline qui relierait, via la rive sud du Saint-Laurent, sa raffinerie de Lévis près de Québec, à son centre de distribution de Montréal-Est. Cepipeline constituerait un investissement de plus de 200 M$ qui créeraitenviron 2 000 emplois directs et indirects durant la construction et12 emplois permanents, une fois en exploitation.

Ultramar rencontrera au cours des prochaines semaines les représentantsmunicipaux et la population résidant à l’intérieur des corridors envisagés.« Nous voulons informer de notre projet les citoyens concernés et leurs élusafin d’obtenir leurs commentaires quant aux alternatives que nous avonsexplorées. Ces observations de leur part ainsi que les diverses études surl’environnement que nous réaliserons par la suite nous permettront dedéterminer le tracé optimal et sa faisabilité », a précisé Jean Bernier,président d’Ultramar.

Auparavant, le projet sera soumis à l’approbation des diverses instancesgouvernementales tant fédérales, provinciales que municipales, dont leministère de l’Environnement du Québec et la Commission de protection duterritoire agricole (CPTAQ). Ce projet sera également assujetti à la procédured’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement par le Bureaud’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), prévue à la loi sur laqualité de l’environnement. La construction du pipeline, d’une longueur de235 à 255 kilomètres selon le tracé qui sera privilégié, pourrait s’amorcer àla fin de l’été 2007 en vue d’un début d’exploitation à la fin de 2008.

« Le transport des produits raffinés entre notre usine de Lévis et nosterminaux et dépôts en vrac est assuré par camion-citerne, trainconventionnel, navire et train-bloc, ces deux derniers modes comptant pour lamajeure partie des volumes déplacés entre Lévis et Montréal-Est. Contrairementaux autres moyens de transport mentionnés, le pipeline a l’avantage de ne pasêtre soumis aux intempéries, particulièrement en hiver, alors que la demandeest forte. Puisque le pipeline est un moyen de transport en écoulementcontinu, fiable, efficace et qui a peu d’impact sur l’environnement, ilconstituerait un ajout important à notre réseau », d’ajouter Jean Bernier.

La hausse de la demande de produits pétroliers raffinés, au cours desdernières années, et celle prévisible dans un proche avenir entraîne unaccroissement des volumes transitant entre Lévis et Montréal-Est. Dans cecontexte, un pipeline permettrait à Ultramar d’atteindre une plus grandeflexibilité logistique. « Bien que nous continuerons de faire appel à tous lesmoyens de transport actuellement utilisés, nous croyons que l’ajout dupipeline optimiserait l’acheminement de nos produits entre Lévis et Montréal-Est », a conclu le président d’Ultramar.

A propos d’Ultramar
Ultramar Ltée, une filiale de Valero Energy Corporation (symbole VLO à labourse de New York), possède et exploite une raffinerie dont la capacité deproduction actuelle est de 215 000 barils de pétrole par jour à Lévis (Saint-Romuald), près de Québec. Elle commercialise de l’essence et du carburantdiesel par l’entremise d’un réseau d’environ 1 000 points de vente au détailet 87 postes d’approvisionnement par carte, en plus de vendre du mazoutdomestique à quelque 155 000 clients. Ultramar, dont le siège social est situéà Montréal, emploie plus de 3 500 personnes. Ses réseaux de raffinage, dedistribution et de vente au détail contribuent au maintien de plus de 10 000emplois, ce qui en fait l’un des plus grands employeurs de l’Est du Canada.Pour plus de renseignements sur Ultramar, visitez le site Internet de laSociété à l’adresse http://www.ultramar.ca .

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ)
http://www.cptaq.gouv.qc.ca/

Ministère de l’Environnement du Québec
http://www.menv.gouv.qc.ca

Commentaires