Un éleveur de Meurthe-et-Moselle mis en examen pour avoir vendu neuf bovins suspects

Nancy (France), 14 juin 2001 – Un éleveur de 31 ans, installé dans le sud de la Meurthe-et-Moselle, a été mis en examen mercredi pour « vente ou mise en vente d’animaux soupçonnés d’être atteints d’une maladie contagieuse », à savoir l’encépalopathie spongiforme bovine (ESB, dite maladie de la vache folle).

Remis en liberté par le juge d’instruction, il risque six mois de prison, a-t-on appris jeudi de sources judiciaires.

C’est le ministère de l’Agriculture qui avait décelé l’anomalie voici quelques semaines.

Le 2 avril dernier, un cas d’ESB -le 33e de l’année- avait été détecté dans un Groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC) de la Meuse et les 166 bovins du troupeau avaient été abattus.

Les services vétérinaires meusiens chargés d’une enquête disent avoir averti le 17 avril leurs collègues de Meurthe-et-Moselle que des bovins issus de cet élevage devaient se trouver dans leur département.

En effet, le 24 août 2000, 21 bovins de ce cheptel avaient été vendus à un éleveur du sud de Nancy. Ce n’est que le 18 avril dernier -selon les services vétérinaires de Meurthe-et-Moselle- que cet agriculteur a été averti d’un problème. Normalement, les 21 bêtes concernées auraient dû être placées sous séquestre.

Le 9 mai dernier, le préfet de Meurthe-et-Moselle Jean-François Cordet a toutefois été prévenu que neuf de ces bovins avaient été conduits à l’abattoir: pour les uns le 5 avril avant que l’éleveur soit averti, mais les 26 et 27 avril pour les autres.

Les 12 bovins restants font actuellement l’objet d’une expertise.

Par ailleurs, une enquête administrative de la Direction générale de l’alimentation au ministère de l’Agriculture est en cours afin de déterminer les raisons pour lesquelles cet éleveur a reçu, selon ses dires, un premier courrier simple daté du 19 avril, la seconde lettre recommandée ne lui étant parvenu que le 30.

Dans un communiqué publié le 9 juin, le ministère de l’Agriculture a exclu tout risque pour les consommateurs, le plus âgé des bovins n’ayant que 18 mois.

Source : AP

Commentaires