Un pas en avant pour la mise en place d’une traçabilité des OGM

Ste-Anne-de-Bellevue (Québec), 1er mars 2002 – Première rencontre du genre, l’atelier technologique « Détection des OGM : développement d’outils de traçabilité » tenu le 22 février dernier à Montréal a réuni toute la palette des intervenants de la chaîne agroalimentaire qui sont directement touchés par le débat OGM (des chercheurs aux consommateurs, en passant par l’industrie). L’évènement, organisé par le Réseau de recherche en productivité végétale (RRPV), en collaboration avec l’Université McGill, le Centre québécois de valorisation des biotechnologies (CQVB) et Option consommateurs visait à scruter la faisabilité d’un système de traçabilité des OGM pour les aliments à base de végétaux et à développer une stratégie d’action pour son implantation, tentant ainsi d’accélérer le processus public de réglementation.

L’atelier répondait à un besoin criant considérant que les consommateurs veulent avoir le choix entre aliments OGM ou non, que l’industrie souhaite leur offrir ce choix et que la technologie de détection des OGM existe. Il reste à développer le cadre réglementaire pouvant supporter la mise en place de normes de détection. Le bilan de la journée servira d’ailleurs à préparer une série de recommandations à cet effet pour les instances gouvernementales. Une soixantaine de participants ont travaillé en sous-groupes et en sont arrivés à plusieurs consensus. Il est ressorti qu’un système de détection des OGM est possible et souhaitable et qu’il devrait être accompagné de la traçabilité des aliments, de la ferme à la table. Le gouvernement devrait réglementer des normes, harmonisées au niveau international, surtout pour protéger nos exportations face aux restrictions européennes sur l’importation, que l’étiquetage soit obligatoire ou volontaire. Ces normes devraient être élaborées avec les consommateurs et l’industrie, les intervenants ayant clairement démontré leur volonté d’y participer. Une mise en contexte donnée par des conférenciers concernés, tels Unibroue et Atlangene America, a précédé le débat.

Le RRPV, fondé par l’Université McGill, est un regroupement multidisciplinaire et inter-institutionnel instaurant des structures de recherche innovatrices, le CQVB est un centre de liaison et de transfert favorisant la création de projets technologiques, par les PME québécoises, dans le domaine des bio-industries et Option consommateurs défend les droits et intérêts des consommateurs tout en les informant.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Centre québécois de valorisation (CQVB)

http://www.cqvb.qc.ca

Option Consommateurs

http://www.option-consommateurs.org/

Réseau de recherche en productivité végétale (RRVP)

http://productivi-t.mcgill.ca/repv/

Unibroue

http://www.unibroue.com/

Université McGill

http://www.mcgill.ca/

Commentaires