Un rapport parlementaire fustige la gestion de la fièvre aphteuse en 2001

Londres (Angleterre), 14 mars 2003 – Un rapport parlementaire a sévèrement critiqué la « grave erreur du jugement » du gouvernement britannique lors de l’épizootie de fièvre aphteuse de 2001, qui a coûté plus de 8 milliards de livres (plus de 12 milliards d’euros) au Royaume–Uni.

Ce rapport de la commission des comptes publics à la Chambre des Communes (chambre basse du Parlement) reproche principalement au ministère de l’Agriculture de n’avoir pas prévu de plans d’urgence permettant de faire face à une crise de cette ampleur.

De plus, les seules mesures prévues en cas d’épidémie concernaient le secteur agricole, alors que l’industrie du tourisme a été la plus touchée avec plus de 5 milliards de livres de pertes (contre 3 milliards à l’agriculture et au secteur public).

Le gouvernement, écrivent les auteurs du rapport, a tardé à imposer une interdiction de mouvement au bétail au niveau national, ce qui a facilité la propagation de cette maladie hautement contagieuse.

Le ministère n’aurait pas dû autoriser les bûchers sur lesquels les carcasses des animaux contaminés ont été incinérées aux quatre coins du pays et il n’aurait pas dû ordonner la fermeture prolongée de tous les chemins de randonnée du pays, selon ce document.

Par ailleurs, le rapport reproche au gouvernement d’avoir manqué d’une politique claire sur la vaccination des animaux, et d’avoir tardé à faire intervenir l’armée pour aider à contenir l’épizootie.

Le ministère de l’Agriculture avait établi ses plans d’urgence ––conformément aux normes européennes–– en supposant qu’une dizaine d’exploitations au maximum seraient infectées en même temps. Or quelque 2.000 fermes et abattoirs ont été touchés au total.

Le ministère, rebaptisé entretemps ministère de l’Environnement et des Affaires rurales (DEFRA), a de son côté reconnu avoir fait des erreurs, mais il a expliqué avoir été pris de court par l’ampleur « sans précédent » de la crise.

Plus de six millions d’animaux avaient été abattus au Royaume–Uni lors de l’épizootie, qui s’était déclarée en février 2001 et avait été officiellement éradiquée près d’un an plus tard, en janvier 2002.

Source : AFP

Commentaires