Une réforme agricole de l’UE aiderait le commerce

Ottawa (Ontario), 19 mars 2001 – L’obtention d’un accord commercial global pourrait être facilité dans les années à venir grâce à une réforme agricole prochaine de l’Union européenne, a indiqué lundi le ministre allemand de l’Économie, Werner Mueller.

À l’issue d’une rencontre avec le ministre canadien du Commerce international Pierre Pettigrew, Mueller a affirmé qu’il avait pris note des efforts entrepris depuis l’échec des dernières discussions de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), à Seattle en 1999, concernant les subventions agricoles.

« Mais lors des discussions avec M. Pettigrew, j’ai fait remarquer que l’agriculture européenne a besoin de repenser son approche, notamment à cause de certains problèmes auxquels (nous) faisons face en ce moment », a-t-il dit en point de presse.

« J’aimerais voir une révision de la politique (agricole de l’UE) au cours des années à venir », a-t-il ajouté.

L’Union européenne est farouchement opposée à tout accord international sur une réduction des subventions agricoles, mais Mueller a maintenu que cela pourrait lui causer du tort, surtout alors que l’UE s’apprête à accueillir en son sein des pays de l’Europe de l’Est, où l’agriculture joue un rôle dominant.

Des ministres européens prédisent depuis plus de dix ans que les subventions agricoles seront massivement réduites avec l’agrandissement de l’UE.

Les agriculteurs canadiens ont manifesté la semaine dernière en soulignant qu’ils reçoivent moins de subventions d’Ottawa alors que les importantes aides agricoles aux États-Unis et en Europe ont entraîné une baisse des prix des matières premières et des revenus agricoles au Canada.

Environ 11% des revenus des producteurs céréaliers canadiens provenaient d’aides gouvernementales en 1999, soit 15$ par tonne, contre 46% pour leurs homologues américains (115$ par tonne) et 58% pour les producteurs de l’Union européenne (205$ la tonne).

« J’ai expliqué à M. Mueller la situation dans laquelle les agriculteurs canadiens se trouvent, et qu’à notre avis, des négociations solides sur l’agriculture constituent une priorité », a dit Pettigrew.

Le ministre canadien a indiqué que les négociations agricoles avaient déjà débuté à Genève.

La prochaine ronde de discussions agricoles de l’OMC est prévue en novembre au Qatar, et Mueller a estimé que les ministres devraient discuter de leurs politiques agricoles « dans le cadre d’un ordre du jour plus large ».

« Nous sommes d’accord pour dire qu’il devrait y avoir une nouvelle ronde de l’OMC pour contrer le protectionnisme qui pourrait se développer dans certains pays », a ajouté Mueller.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international

http://www.dfait-maeci.gc.ca/

Commentaires