Vache folle : réaction des producteurs de bovins du Québec aux résultats du test d’ADN

Longueuil (Québec), 6 janvier 2004 – C’est avec une certaine déception que le président de la Fédération des producteurs de bovins du Québec, M. Michel Dessureault, a appris la confirmation des résultats du test d’ADN concernant l’origine canadienne de la vache atteinte d’ESB récemment découverte aux Etats-Unis. Toutefois, pour M. Dessureault, « cette nouvelle nechange en rien le statut actuel du Canada, qualifié, selon les règles del’Office international des épizooties, de « pays à risque minimal » pour l’ESB.L’enquête épidémiologique réalisée par l’Agence canadienne d’inspection desaliments, en juin dernier, nous avait d’ailleurs indiqué qu’il n’était pasimpensable qu’on puisse retracer quelques autres cas d’ESB. »

Le président de la Fédération a réitéré qu’il n’y a toujours aucun dangerà consommer du boeuf d’origine canadienne. En aucun cas la santé desconsommateurs est en cause, il s’agit plutôt d’une nouvelle dont les enjeuxsont économiques et directement reliés au commerce du boeuf nord-américain.Rappelons que des mesures de précaution et de surveillance de l’ESB sont enplace depuis plus d’une décennie, et qu’elles ont fait leur preuve. Cesmesures ont d’ailleurs été renforcées, en juillet dernier, par une nouvelleprocédure qui a pour but d’éliminer lors de l’abattage des animaux, lesmatières à risque spécifiées (cerveaux, moelle épinière, etc.).

La Fédération continue de penser que les Américains tout comme les autrespartenaires commerciaux, baseront leurs décisions sur des considérationsscientifiques, ce qui permettra plus rapidement de régulariser le commerce etla situation de marché. En Amérique du Nord, l’industrie du boeuf est unsecteur grandement intégré. En ce sens, il importe, pour la Fédération, que leCanada et les Etats-Unis poursuivent leur travail d’harmonisation quant à laréglementation qui prévaut de chaque côté de la frontière.

Rappelons que, bon an, mal an, plus d’un million de bovins traversent lafrontière entre les Etats-Unis et le Canada.

La Fédération des producteurs de bovins du Québec regroupe24 300 producteurs de boeufs et de veaux établis dans toutes les régions duQuébec. Quatrième plus importante production animale au Québec, l’industriebovine génère des ventes annuelles de plus de 600 millions de dollars etcommercialise annuellement quelque 800 000 bovins. La Fédération représenteles cinq secteurs de production bovine, soit ceux des veaux d’embouche, desbouvillons d’abattage, des veaux de grain, des veaux de lait ainsi que desbovins de réforme et veaux laitiers.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Fédération des producteurs de bovins du Québec (FPBQ)
http://www.bovin.qc.ca/

Commentaires